Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlien Sex Fiend › Possessed

Alien Sex Fiend › Possessed

cd | 12 titres

  • 1 Possessed (intro)
  • 2 Shit's coming down
  • 3 It's in my blood
  • 4 Carcass
  • 5 Ghost in the machine
  • 6 Amnesia
  • 7 Spine-tingler
  • 8 Gotta get back
  • 9 Invisible (the beyond mix)
  • 10 neutron
  • 11 Bloody reprisal
  • 12 Shit's coming down (monster mix)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Nik Fiend (chant), Mrs Fiend (claviers, programmation, sampling), Doc Milton (guitare), Mat Pod (guitare additionnelle)

remarques

Les titres 4, 5, et 10 sont des versions exclusives pour le cd (quel bol !) et les heureux acheteurs de la version double LP se farciront encore plus de remixes.

chronique

Styles
gothique
batcave
Styles personnels
electro batcave expérimental moisi

Un album destiné à ‘réconforter les personnes perturbées et à perturber le confort’, dixit les artistes…LOL. En même temps, c’est bien fait pour ma gueule, il faudra enfin que j’admette que Alien Sex Fiend est perdu pour la science. Ok, je ne suis pas du genre à lâcher l’affaire si aisément, on peut avoir des creux dans une carrière, rien ne prouve que c’est définitif et pas mal d’artistes se sont relevé avec panache alors qu’on les tenait pour morts. Pas A.S.F. Eux, ils pourrissent lentement depuis 1992 et leur ultime vrai bon disque (‘Open head surgery’) en sortant des kilomètres de compilation et de live (ce qui n’est jamais bon signe), il n’y a que les crétins dans mon genre pour ne pas s’en apercevoir. J’avais même trouvé ‘Para-abnormal’ pas si mal, naïf que j’étais, croyant donc fermement à la résurrection de ce projet culte. ‘Possessed’ est affreux, une daube, un gros caca de bout en bout, même sa pochette (Hey Nick, sympa de se montrer solidaire avec la France mais t’aurais pu te donner de la peine parce que même en tant que peintre, tu régresses). Pour se la jouer courte, rappelez-vous des morceaux expérimentaux de remplissage dont le combo avait pris l’habitude de truffer ses albums, ceux qui durent des plombes avec le même beat, des kilos de sample, trois phrases répétées ad Nauseam déformées par les effets…’Posessed’, c’est ça. A se demander si ce disque a été écrit ou juste improvisé. Après la petite intro d’usage avec des petits bruits spatiaux, voilà ‘Shit’s coming down’ (exactement ce que ressentira l’auditeur): beat lents, cassés, des tas de bruits, des bidouilles from outer space, le chant qui répète en boucle les mêmes trucs et ça dure plus de six minutes, sans variation, climax, ou je ne sais trop quoi qui pourrait rompre cette impression d’ennui. Rassurez-vous, avec ‘It’s in my blood’, le duo frappe plus fort: c’est presque sur douze minutes qu’on va se faire chier à entendre ‘ It’s in my head, it’s in my blood’ à satiété bouffé par les échos, avec un beat uniforme vaguement technoïde, ces synthés spatiaux qui commencent à saouler grave, une montée de gratte (quand même) mais cette production bouillie, ça gave aussi très vite. Pour ‘Carcass’, A.S.F., qui n’ont déjà plus d’inspiration reprennent des vieillies bandes de ‘Doing time in a maximum security’, foutent des effets, des filtres, rajoutent des bruits, et hop, le tour est joué ! Mon Dieu, la chanson suivante dure huit minutes. La production n’a pas l’air trop saturée, c’est un début. On ralentit le rythme de ‘Hurricane fighter plane’, on simplifie les guitares, on greffe des bandes orientales en arrière-plan, avec des breaks, quelques samples de rigueur, et y a plus qu’à laisser dérouler…Quel ennui, mes aïeux ! Pour ‘Amnesia’, on a l’impression que le combo a laissé tourner sa batterie et s’est amusé à greffer dessus ce qui lui passait par la tête; Nik qui ne sait plus chanter balance quelques phrases noyées d’effets (à moins qu’il ne s’agisse d’échantillonnage ?). A ce stade-là, on aurait presque envie de se couper un doigt pour avoir l’illusion qu’il se passe quelque chose tant ces titres paraissent sans fin. Ce n’est pas ‘Gotta get back’ qui modifiera la donne; le groupe ne fait même plus semblant de composer, il laisse tourner un beat minimal, deux nappes en second plan, la voix récitant vaguement trois pauvres trucs, l’unique variation provenant du son plus dur de boîte qui surgit soudain ( de nouveau cette impression que des anciens titres sont déformés et trafiqués). Pitié ! Achevez-moi, il faut encore se taper une compo de six minutes…D’anciennes pistes vocales sur lesquelles on ajoute un beat lent, minimal, des boucles chiantes ? J’avoue qu’à ce stade, je n’ai même plus envie de le savoir. A genoux, je me farcis le beat de marimba cheap de ‘Neutron’, ses deux notes de guitare loopées (et loupées), avec, deviner quoi, des petits bruits spatiaux en interférence. Génial, nos Anglais pour nous gâter, se sont crus obligés de nous ajouter deux versions remixées avec un ‘Shit’s coming down’ encore plus bordélique, brouillon, que l’original et un ‘It’s in my blood’ heureusement court. Tu comprends, Twili, t’es trop fermé, ils n’allaient pas continuer à faire les mêmes trucs qu’à leurs débuts. Sauf que l’audace, oui, si ce disque était sorti à la fin des 90’s mais là, depuis le temps que A.S.F. nous livrent des merdes influencées par leur goût de la techno qu’ils présentent comme expérimentales pour faire passer leur manque d’inspiration pour de l’art, je ne marche plus. Même ‘Nocturnal emissions’ sonne comme un chef-d’oeuvre à côté…

note       Publiée le samedi 17 novembre 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Possessed' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Possessed"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Possessed".

ajoutez une note sur : "Possessed"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Possessed".

ajoutez un commentaire sur : "Possessed"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Possessed".

Richard › dimanche 18 novembre 2018 - 15:48  message privé !

Ce qu'il y a de plus intéressant maintenant dans le duo, ce sont ses interviews.

Note donnée au disque :