Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoulgrind › Into the dark vales of death

Soulgrind › Into the dark vales of death

10 titres - 47:37 min

  • 1/ Into the dark 0.59
  • 2/ Lurid circle 3.49
  • 3/ Rutjas rapids through the river of the otherworld 4.22
  • 4/ Odious emotion 3.37
  • 5/ The swan and the fox 3.52
  • 6/ Dance through the macabre void 4.13
  • 7/ Soulpanders 4.33
  • 8/ Beyond good and evil 5.11
  • 9/ Until love kills 3.52
  • 10/ Umpijään taistelijat 10.37

enregistrement

Enregistré en mai 2002 au Studio 303, Helsinki, par Doctor Coxx. Produit par Holy Records.

line up

Lord Heikkinen (guitares, basses et vocaux) ; Agathon Frosteus (batterie et vocaux) ; Azhemin (vocaux et claviers) ; Ms W. Lilith (voix) / Roope Latvala (lead guitares)

remarques

chronique

Styles
metal
metal extrême
Styles personnels
heavy/black/death sympho'... pfff....

La sensation qui m’a peu à peu envahi à mesure des premières écoutes, à la sortie de ce «Dark vales of death» se voit diaboliquement renforcée depuis quelques jours : «À quoi bon ce disque ?… ». En ce moment nos oreilles ébahies découvrent les nouvelles magies d’OMC, hallucinent comme jamais sur le chef d’œuvre de Septic Flesh… Soulgrind, lui, grand praticien du plurimetal nocturne claviérisé, continue son chemin, avec son gros heavy, death et black, symphonique et grandiloquent, qui puise sans distinction dans l’imagerie du metal et de la nuit. Tout est là, bien ficelé, bien produit, clavier présent, nappes et arpèges, richesse d’arrangements, sons variés, chant black, chant death, voix féminine de qualité et une volonté mélodique constante. Après tout ce temps et ces albums, entre Gloomy Grim et Soulgrind, les finlandais savent faire un disque, incontestablement. Structures, breaks, passages divers, atmosphères travaillées (mais somme toute surfaites), et cette manière de puiser dans plusieurs registres rythmiques du metal, afin d’offrir du varié, du dense, du riche, tout en sachant rester cohérent. «Into the dark vales of death» n’échappe pas au savoir-faire ni à l’univers du groupe. Mais désormais l’auditeur à d’autres choses à se mettre à l’oreille, sinon les précédentes productions du groupe. Pas une mélodie ne sort réellement du lot, les lignes de chant sont simplistes malgré le talent de Ms Whisper, les riffs lourds sont poussifs, les accélérations creuses. Les sons sont appropriés, mais on les voudrait superbes ; les mélodies sont dans l’esprit, mais on les voudrait bouleversantes ; les enchaînements sont fluides, mais on les voudrait redoutables. Soulgrind a tout mis et il serait exagéré de dire que cela ne fonctionne pas. Les fans en auront sûrement pour leur argent. Le registre extrême-sympho-nocturne, séduisant en soi, a en Soulgrind un de ses plus importants fer de lance, mais le groupe s’est trouvé, et ne s’amuse plus qu’à faire selon ses bonnes vieilles habitudes. Un coup d’Horror Gloomy, puis quelques semaines plus tard, un tour d’épique Sougrind. Hélas aujourd’hui la concurrence est rude dans les sphères voisines, et l’envie ne suffit plus. Le monde de l’extrême onirique est désormais dressé de plusieurs monuments, et les simples édifices, si respectables soient-ils, n’ont en comparaison que trop peu à offrir. Un disque qui ne vaut que par son ancrage résolu et assumé dans le style que le groupe s’est créé.

note       Publiée le mercredi 5 février 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Into the dark vales of death" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Into the dark vales of death".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Into the dark vales of death".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Into the dark vales of death".

Nicko Envoyez un message privé àNicko
avatar
totalement d'accord avec SK... C'est pas mauvais, bien fait, bien écrit, bien joué, mais il manque le truc ! Ca passe, du heavy au black eu death, au je ne sais koi d'extrême avec cette dose de claviers, mais bon, ça manque de qqchose pour rendre l'album vraiment bon ! Les anciens albums sont bien meilleurs. Et même "Until love kills", très proche de Shape Of Despair n'arrive pas à donner le renouveau salvateur pour le groupe. "Beyond good and evil" permet quand même de se dire que Soulgrind est véritablement un groupe sur lequel il faut compter. J'espère qu'il ne s'agit que d'un 'petit' faux pas...
Note donnée au disque :