Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGothzilla › The dark is rising

Gothzilla › The dark is rising

cd • 12 titres

  • 1The dark is rising
  • 2Nightime
  • 3Negative creep
  • 4Whipping boy
  • 5Blanket
  • 6Rememberance
  • 7Bigger
  • 8The lesson
  • 93 into 2 won't go
  • 10The edge of forever
  • 11World blind
  • 12Disconnect

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Frielance Music, Glasgow, Ecosse.

line up

Gothzilla (chant, guitare, basse, clavier), Alpha Prime (guitare, clavier), Omega Prime (guitare, clavier)

Musiciens additionnels : Denise Sutherland, Holly Jarvis, Karen Barkte (voix féminines)

remarques

https://gothzilla.bandcamp.com/

chronique

Tu tombes de cheval, remonte en selle, tu te tapes un plat en plongeant des cinq mètres, essaie à nouveau, tu te quittes fâché avec Gothzilla, essaie un autre skeud (ok, là, il faut du cran)…Ils ont eu six ans pour le pondre, ils n’ont que pu s’améliorer. Effectivement, ça démarre plutôt bien avec la première chanson, goth rock old school avec une basse bien claquante, de l’énergie, un refrain catchy mais attention, ils nous avaient déjà fait le coup sur le disque précédent donc on va pas s’exciter trop vite. On ne flanche pas quand résonnent les petites bruits electro d’intro, visiblement Gothzilla ont cette fois décidé d’assumer plus clairement la lourdeur attachée à leur blase. Guitares plombées, vocaux entre The Mission ou The Sisters of Mercy époque ‘Floodland’, boîtes musclées…Ca ne sue pas le génie mais ce n’est pas désagréable. Trois chansons potables, on reprend confiance. Aïe aïe aïe, qu’est-ce que c’est que ce truc dark wave electro-fetish ? On a entendu pire mais ça casse ce début d’ambiance et ça sonne quand même un peu ridicule dans le meilleur des cas, faiblard dans le pire surtout avec ce final grandiloquent kitsch…Le groupe va-t-il retomber dans ses travers et métisser son goth rock pas original avec des choeurs à la Laibach ? ‘Blanket’ le laisse à penser, la touche Rammstein goth, ça fout la gerbe assez rapidement, vite on zappe. Merde, voilà le gus qui veut rappeler qu’il a une palette vocale large en proposant un titre émotionnel au piano…Plat. Merci les grosses grattes, la boîte qui tabasse, retour au goth rock lourdeau mais écoutable. Idem pour l’instrumental glauque suivant. Bon, visiblement, c’est reparti…Paf, caca prout again, ‘World blind’ avec son beat technoïde de merde, son feeling indus goth de merde, ses effets vocodeur de merde. Une faiblesse. La dernière chanson renoue avec le goth rock musclé avec bon jeu de basse, guitares riffées, un chant sombre. Meilleur bilan donc mais les coquilles demeurent…Premièrement, cette sale manie de vouloir mélanger les styles, ensuite le manque de finesse de l’écriture, pour un résultat pas entièrement cohérent, peu clair dans l’intention et relativement dépourvu d’originalité…Car la concurrence est rude dans le style, ne l’oublions pas.

note       Publiée le mercredi 29 juillet 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The dark is rising".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The dark is rising".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The dark is rising".