Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJungle Rot › Slaughter the weak

Jungle Rot › Slaughter the weak

cd | 9 titres | 26:56 min

  • 1 Left for dead [03:54]
  • 2 Gore bag [03:51]
  • 3 Infectious [02:47]
  • 4 Demigorgon [02:08]
  • 5 Consumed in darkness [03:33]
  • 6 Murder one [02:13]
  • 7 Butchering death [03:21]
  • 8 World of hate [03:33]
  • 9 Deadly force [01:36]

enregistrement

Produit par Chris Djuricic et Jungle Rot Enregistré et mixé à Studio One, Racine, WI, en mai 1997

line up

Jim Bell (guitare, voix), Dave Matrise (guitare, voix), Mike Legros (basse, voix), Rob Pandola (batterie)

remarques

Toutes les rééditions de cet album incluent le titre "Darkness foretold", tiré de l'EP "Darkness Foretold" sorti en 1998.

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
neanderthal groove

L’été, je me prépare à la guerre : contre les moustiques, les tiques, la sueur, les dermatomycoses, les coups de soleil, les coups de chaleur. Ça fait beaucoup pour un seul homme. Y’a écrit JAPD sur mon CV, pas Indochine. Voilà pourquoi je me suis tourné vers Dave. Dave, lui, c’est un bonhomme. Il bute des ours. Non, pas à la massue, à l’arc ! Véridique. Je découvrais l’eurodance qu’il était déjà guide de chasse professionnel. Il fondait Jungle Rot, que je chopais mon premier pied d’athlète. Mmmhh ? Oui, OK, le risque d’amputation mis à part, c’est quasiment la même saloperie. Enfin, il y en a un que tu chopes dans les gymnases et l’autre dans les forêts tropicales. Il en sait quelque chose notre GI stéroïdé de la pochette, à mariner dans ses rangeos comme un anchois en saumure. C’est pour ça qu’il est colère, qu’il brandit son couteau (sa machette ? sa griffe de Predator ?). Mais j’ai une autre théorie, c’est peut-être parce que, comme Dave et sa bande, il est arrivé après la bataille pour achever les blessés. Ben ouais, c’est écrit « Slaughter the weak », pas « … for Victory », ça sent plus l’abattoir que le champ d’honneur. Faut dire que 1997, c’est pas vraiment ce qu’on peut appeler l’âge d’or du death metal, a fortiori dans sa forme la plus primaire/primitive. Pourtant, à une époque où le death se voyait contraint d’évoluer, Jungle Rot choisissait la régression. Du Devo-death ? Pourquoi pas… Tenez, leur label actuel qualifie leur musique de « knuckle-dragging Neanderthal death metal ». Le groupe assume. Quoi de plus normal ? En un peu plus de vingt ans, il n’a pratiquement rien changé à sa recette. Cet album, c’est le sludge d’Obituary dépouillé de ses solos, le groove d’un Bolt Thrower devenu prosaïque, les growls d’un Chris Barnes période "Eaten back to life" doté du coffre d’un John Tardy période John Tardy. Pas une once d’originalité, pas la queue d’une surprise. C’est la cuisine de l’étudiant. Les pâtes au beurre du death metal. On aime tous les pâtes au beurre. Si, toi aussi. Ah, c’est les métaphores que t’aimes pas ? Parfait, tu commences à saisir le truc. Mets le disque maintenant. Écoute ces tambours. Oui, je sais ça te rappelle Jumanji. Ne pense plus, laisse-toi aller. Tu le sens le groove ? Qu’est-ce que tu marmonnes ? Trois, quatre ? Non, ça fait encore deux de trop. Voilà, tu y es maintenant, tu es prêt. Allez, en piste, mords ton front et fais la danse de la jungle.

note       Publiée le lundi 15 juillet 2019

partagez 'Slaughter the weak' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Slaughter the weak"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Slaughter the weak".

ajoutez une note sur : "Slaughter the weak"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Slaughter the weak".

ajoutez un commentaire sur : "Slaughter the weak"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Slaughter the weak".

Klarinetthor › mardi 16 juillet 2019 - 17:38  message privé !

guts encore plus metalagain on dirait. Benvenuto!

Potters field › mardi 16 juillet 2019 - 12:29  message privé !

il passe très bien oui. prod de swano, reprise de kreator, pochette terrible. devil is in the détails.

Raudus › mardi 16 juillet 2019 - 12:21  message privé !
avatar

"Skin the living", très bon ! Quant au dernier (quelle pochette encore!), il me semble plus influencé hardcore, sûrement à cause du passage chez Victory, tout en restant bien efficace. Y'a de bonnes chances pour que j'y retourne.

Note donnée au disque :       
Potters field › mardi 16 juillet 2019 - 11:29  message privé !

Ah putain j'adore ce groupe, ça fait plaisir de le voir chroniqué. grosse préférence pour l'album d'avant par contre. et le dernier est très bon, avec une prod hallucinante.

Rastignac › mardi 16 juillet 2019 - 08:19  message privé !
avatar

beuargh aussi!