Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSinsaenum › Repulsion for humanity

Sinsaenum › Repulsion for humanity

  • 2018 - Ear Music, 0213150EMU (1 cd digipack)

cd | 11 titres | 62:28 min

  • 1 Repulsion for humanity [05:02]
  • 2 Final resolve [04:52]
  • 3 Sworn to hell [04:40]
  • 4 I stand alone [05:42]
  • 5 Rise of the light bearer [03:51]
  • 6 Manifestation of ignorance [06:43]
  • 7 Sacred martyr [04:27]
  • 8 My swan song [08:16]
  • 9 Nuit noire [04:40]
  • 10 Insects [04:50]
  • 11 Forsaken [09:25]

enregistrement

Enregistré aux Batiskaf Studios, aux Evil-2 Studios, aux Vorticist Studios, au studio Darth Mader Music, aux Bronx Sound Machine Studios et aux Totentanz Studios

line up

Attila Csihar (chant), Sean Zatorsky (chant), Frédéric Leclercq (guitares, basse, synthés), Stéphane Buriez (guitares), Heimoth (basse), Joey Jordison (batterie)

Musiciens additionnels : Les Tambours Du Bronx (percussions [2]), Lauren Hart (chant [7]), Pierre Le Pape (orchestrations [11])

chronique

Il ne s'agissait donc pas d'un one-shot. Après un premier album honnête, le super-groupe mené par le français Frédéric Leclercq, Sinsaenum, revient deux ans plus tard avec ce "Repulsion for humanity". Ils avaient déjà sorti un amuse-bouche l'année sous le forme d'un EP 6-titres, "Ashes", là il s'agit d'un véritable album de plus d'une heure. Le line-up n'a pas changé, donc pour les sceptiques qui pouvaient voir ce projet comme une grosse opération marketing, c'est loupé ! Même avec des membres venant des deux côtés de l'Atlantique, il s'agit d'un véritable groupe à part entière qui est parti en tournée pour la première fois à la suite de la sortie de ce deuxième album. Contrairement au premier album qui incorporait des interludes entre quasiment chaque morceau, ce "Repulsion for humanity" enchaine les brûlots de death metal. Au programme ici, nous avons droit à 11 morceaux dans une mouvance plutôt moderne dans la production mais gardant ce côté gras old-school spécifique aux années 90. Il ne s'agit pas ici de death metal couplé à du hardcore, non, pas du tout, le chant est bien caverneux et gras mais pas du tout hurlé. Sean Zatorsky fait ici un travail impeccable. Mais là, au delà même du talent des musiciens (qui n'est plus à prouver), ce qui fait la réussite de cet album, et c'est le plus important, c'est son inspiration. Sans rien révolutionner, Sinsaenum réussit à proposer un album ultra-solide et dont les riffs restent en tête. L'album propose suffisamment de variété pour ne pas tomber dans une lassitude qu'on retrouve si souvent dans ce style. C'est vraiment dans ces deux aspects que le groupe réussit son pari sur ce deuxième album. Après, niveau interprétation, c'est l'avantage de proposer un line-up si impressionnant parce que forcément, on a affaire à des musiciens accomplis, à tous les niveaux. Je n'ai jamais été fan de Slipknot mais putain, Joey Jordison est incroyable derrière les fûts, quelle puissance et quelle dextérité. Et puis en termes de death metal, Stéphane Buriez se place quand même un peu là comme un Maître du sujet. Le duo qu'il forme avec Frédéric Leclercq est impressionnant, complémentaire et super judicieux, que ce soit au niveau des riffs, que de la rythmique de plombs et des soli particulièrement bons. Les compositions sont vraiment bien ficelées, sortant des schémas traditionnels, incorporant pas mal d'idées, alliant puissance et énergie avec une ambiance toujours très noire. On a aussi des percus joués par Les Tambours du Bronx sur "Final resolve" et un "Manifestation of ignorance" très bien placé au centre de l'album, quasiment doom avec une atmosphère horrifique très bien réalisée. Et plus j'écoute l'album, plus je l'aime avec des refrains qui restent en tête. Le rythme global de l'album est bien pensé avec une bonne diversité des rythmes et des ambiances, entre bourrinage en règle et parties plus lentes et oppressantes, avec toujours ces riffs de guitares qui te restent en tête. Il y a des parties à la Emperor avec une rythmique effrennées et par-dessus des arpèges de guitares super inspirés. Ma seule réserve se situe au niveau d'Attila Csihar. Comme sur le premier album, j'ai du mal à voir véritablement sa plus-value ici. Je ne remarque pas de dualité au niveau du chant et ses capacités vocales ne m'ont pas l'air d'être particulièrement exploitées ici. En plus, il n'est pas présent sur les photos promotionnelles du groupe dans le livret de l'album même s'il est toujours indiqué comme faisant partie intégrante de la formation. Il n'était pas non plus de la partie pour la tournée du groupe. Cependant, sur la globalité, ce "Repulsion for humanity" reste un album qui ne dçoit pas et qui confirme tout le potentiel de cet all-star band. Ce deuxième album enfonce le clou, il s'agit d'une véritable réussite ! Il s'agit de l'un de mes coups de cœur de cette année 2018 sans hésitation !

note       Publiée le dimanche 21 octobre 2018

partagez 'Repulsion for humanity' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Repulsion for humanity"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Repulsion for humanity".

ajoutez une note sur : "Repulsion for humanity"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Repulsion for humanity".

ajoutez un commentaire sur : "Repulsion for humanity"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Repulsion for humanity".