Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNocturnal Depression › Spleen Black Metal

Nocturnal Depression › Spleen Black Metal

cd | 7 titres | 46:51 min

  • 1 Élégie [02:48]
  • 2 L'isolement [06:12]
  • 3 Acédie [07:38]
  • 4 Méditation grisâtre [07:35]
  • 5 Un immense désespoir [07:19]
  • 6 Remords posthume [09:21]
  • 7 Spleen Black Metal [05:58]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé par Svarhandis et Xavier.

line up

Lord Lokhraed (voix, guitare), Avskrius (guitare), Krahne (basse), Morkhod (batterie)

Musiciens additionnels : Algol (basse [5]), Marion Ferrieu (violoncelle [4,7]

remarques

Sorti en cd, cassette, digital. La majorité des titres ont leurs paroles extraites de poèmes du XIXe et du début XXe : L'isolement est repris d'Alphonse de Lamartine ("L'isolement" - extrait de "Méditations poétiques", 1820), Méditation grisâtre est repris de Jules Laforgue ("Méditation grisâtre" - extrait de ses "Œuvres complètes", 1903), Un immense désespoir est repris de Charles Cros ("Un immense désespoir" extrait de" Le collier de griffe", 1908), Remords posthume et Spleen de Charles Baudelaire ("Les Fleurs du Mal", 1857)
Illustration par David Berbel.

chronique

Quand vous commencez à chercher "Nocturnal Depression" sur guts, on vous propose : Crucifix Nocturnal Christians, Nocturnal Breed, Nocturnal Emissions, Nocturnal Prophecy. Lequel de ces quatre est le plus proche de Nocturnal Depression ? Aucun. Enfin à part peut-être de loin Nocturnal Prophecy. Il faudrait faire d'autres recherches dans le style "black metal dépressif". Ce genre me parle, c'est pour ça que je cherche. Il me parle parce qu'il ressemble à du screamo, vous savez, ce sous genre du hardcore punk joué exclusivement en mode mineur, avec un gars qui hurle ses tripes, et des mélodies poignantes, un crescendo ça monte ça monte et là un gars finit par s'égosiller en pleurant en japonais, ça fait bizarre dans le plexus solaire, on a envie en même temps d'embrasser le monde et de se jeter dans un torrent. Voilà pour le style. Ensuite, le groupe : il vient de Grenoble, s'est formé au moment où je suis parti de cette ville. Y avait pas grand chose en métal... je me souviens, dans le peu de concert faits là bas dans le genre d'Inside Conflict qui rigolait devant trois pelés à l'adaep pour ceux qui connaissent (ça fait un peu ehpad, mais non, c'est pas une anpe) : "alors y parait qu'à GRE' ya pas de concert de métal ?" "NOOOOOON". Peut-être est-ce pour cela que ce groupe habité par le suicide et le désespoir a vu le jour : pas de concurrence au fond de cette cuvette infâme remplie de vélos, d'étudiants en combinaisons de ski et de PMU remplis de gens étranges, accent MetalMoche du Grésivaudan inclus. Bon, et sinon, ce groupe ? Ben il sort une chiée de disques, et je suis tombé sur celui-là, et tout est coché pour que je me jette dans le torrent ou que j'embrasse le monde : mélodies qui tuent pas loin parfois des moments les plus épiques du Métal, de la pop triste (ou des BO d'anime) ; on déchire son t-shirt, on se saoule à mort avec de la chartreuse flambée au Chamois d'Or, on se roule jusqu'à la place Grenette, on finit au Progrès, on se fait jeter pas les voisins et les flics. Cette musique me parle, je viens de voir qu'ils viennent de Grenoble, mais je peux vous dire qu'il y a comme qui dirait conjonction de coordination : je m'écoute ça et je me souviens de ces moments pénibles toujours un peu incandescents et finalement c'est bien pour ça qu'on écoute ce genre de musique, pour se plaindre, et se souvenir d’événements douloureux. Album conseillé donc aux amateurs d'apitoiement sur soi ou d'illusion bercées de spleen dont la légitimité tiendrait toute seule grâce au programme de lettres de 1ère Littéraire.

note       Publiée le dimanche 16 septembre 2018

partagez 'Spleen Black Metal' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Spleen Black Metal"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Spleen Black Metal".

ajoutez une note sur : "Spleen Black Metal"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spleen Black Metal".

ajoutez un commentaire sur : "Spleen Black Metal"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spleen Black Metal".

No background › dimanche 16 septembre 2018 - 22:48  message privé !

Oui c'était déjà mieux produit, j'aimais bien le piano. C'était surtout pour la voix les références j'aurais dû préciser.

Rastignac › dimanche 16 septembre 2018 - 21:38  message privé !
avatar

Sur cet album c'est moins abrasif qu'un Xasthur ou Burzum, c'est beaucoup plus "mélodieux" et produit.

Note donnée au disque :       
No background › dimanche 16 septembre 2018 - 21:31  message privé !

Je m'étais intéressé au Dépressive black metal à une époque (2007-2008). Ce groupe avait sorti l'album Nostalgia (me rappelle du clip où le mec grimé panda se pend) et l'explicite "Soundtrack for a suicide". C'est clair que ça ne fait pas dans la finesse niveau tire-larmes et apitoiement sur son sort mais c'était pas mal dans le style, très influencé Burzum et Xasthur. Je vois qu'ils ont pas mal changé de line-up depuis, donc aucune idée s'ils ont continué sur cette voie.

Dioneo › dimanche 16 septembre 2018 - 18:48  message privé !
avatar

T'aurais pu tomber sur Nocturnal Poisoning, aussi, le projet countryste post-xasthur de Scott Conner/Malefic. Mais y'a pas, OK. (Dans mon souvenir c'était proche des trucs solo d'un autre Scott - Kelly, la Grosse Barbe de l'Apocalypse... Assez barbant quand je l'avais vu en concert je dois dire). Et... Grenoble n'a pas dû tant changer si j'en crois ta définition ! (Les noms des lieux, si - le reste, j'y retrouve ce que j'en avait gardé).