Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSkag Arcade & Meanwhile.In.Texas › Twentynine Palms

Skag Arcade & Meanwhile.In.Texas › Twentynine Palms

k7 | 6 titres

  • 1 Desert Heights 15:00
  • 2 Lost Horse Valley 9:00
  • 3 Trompe-L'Oeil 0:22
  • 4 Neon Dusk, Neon Dust 16:20
  • 5 Inland Empire 5:00
  • 6 Road Runner

line up

Angelo Guido, Paolo Colavita (sons, traitements, production)

remarques

Limité à 68 ex. dont 60 avec un petit sac de sable.

chronique

Styles
dark ambient
field recordings
indus
Styles personnels
quête spirituelle dans le désert sous ba

On ne sait pas trop, crissements de pas dans le sable ? Bruit du vent qui claque dans l'étoffe d’un drapeau ? Eau sous-terraine ? Qu’importe, la nature est ainsi, changeante, un miroir sur lequel projeter bien des phantasmes, des désirs, des frustrations, les Romantiques l’avaient bien compris…D’ailleurs, très vite, l’élément humain piétine cette nature…Un sample de monologue pas encore menaçant mais incongru s’élève, les bruissements de la nature se muent en un grincement plus métallique. Lequel s’apaisera lui aussi, avant que la voix humaine ne revienne de manière plus inquiétante…Pas longtemps. La piste entière joue sur ces effets de montée et de torsions de sons créant une étrange atmosphère dans laquelle on ne se sent jamais ni bien ni mal. ‘Lost horse valley’ est plus classique dans sa composition avec une nappe dont les nuances vont se changer imperceptiblement, un peu à l’image d’un ciel en fin d’après-midi tandis que le soleil se meurt lentement à l’horizon; un horizon légèrement étouffant dans le cas présent. Un petit ‘Trompe-l’oeil’ aussi fugace que la course d’un serpent dans le sable avant ‘Neon dusk, neon dust’ qui entre, lui, assez directement dans le lard avec des crissements grésillants. Assez éprouvant pour les nerfs mais toujours au stade avant la saturation, c’est là le doigté, jamais trop, rester aux limites…Un peu comme le désert la nuit aux abords d’une petite ville paumée…Une menace constante à laquelle on s’habitue sans jamais s’y faire complètement. ‘Inland empire’ sonne mieux réussi dans cette optique avec des torsions en vagues lentes, des bribes de conversations lointaines. Etait-ce voulu ? Difficile pour le cinéphile de ne pas se plonger en simultané dans le film du même nom de David Lynch. Les musiciens nous plongent dans un étrange climat qui ressemble à une autre dimension, une espèce matrice dans laquelle il est impossible de se sentir bien ou mal…Toujours ces lignes d’ambiguité. ‘Road runner’ laisse davantage d’espace avec des lignes très épurées, des sonorités moins grésillantes, avec une infrabasse qui berce dans les ténèbres. ‘Twentynine palms’ est une oeuvre exigeante, pas évidente du tout à s’envoyer. Son pouvoir de suggestion est énorme mais en termes de sonorités et de variations, je reprocherais une certaine linéarité des techniques même si on la sent travaillée avec un certain doigté. Les artistes tirent beaucoup de peu mais malgré tout, des longueurs subsistent. De tels travaux s’adressent aux amateurs de field recording et de drones. N’en demeure pas moins un disque cohérent, une véritable plongée dans un désert physique aussi bien qu’interne, une épopée jamais totalement inquiétante mais rarement rassurante…A l’image de nos pensées ?

note       Publiée le samedi 30 décembre 2017

partagez 'Twentynine Palms' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Twentynine Palms"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Twentynine Palms".

ajoutez une note sur : "Twentynine Palms"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Twentynine Palms".

ajoutez un commentaire sur : "Twentynine Palms"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Twentynine Palms".