Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKilling Joke › Outside the gate

Killing Joke › Outside the gate

cd • 10 titres

  • 1America
  • 2My love of this land
  • 3Stay one jump ahead
  • 4Unto the ends of the earth
  • 5The calling
  • 6Obsession
  • 7Tiahuanaco
  • 8Outside the gate
  • 9America (extended mix)
  • 10Stay one jump ahead (extended mix)

line up

Jaz Coleman (chant, musique), Jimmy Copley (batterie), Jeff Scantlebury (percussions), JC 001 (rap)

remarques

chronique

Styles
new wave
rock
Styles personnels
new wave/ rock 80's

J'ai souvent entendu dire beaucoup de mal de 'Outside the gate'. Il est vrai que la période des 80's n'a pas toujours été faste pour certains artistes en terme de créativité et des sons 80's, ce disque en déborde : des claviers, parfois efficaces, parfois daubesques, des touches de rap de fort mauvais goût même si très discrètes ('Stay one jump ahead', véritable caricature du Killing Joke d'antan), une rythmique hachée typique de l'époque... Voilà du Killing Joke commercial, assez banal même... Killing Joke ? Vraiment ? En fait, cet album était destiné à être un travail solo de Jaz Coleman mais la compagnie de disques a cru bon de... vous connaissez l'histoire. Du coup, nous voici pourvus d'un ratage presque total, à quelques exceptions prêt. Parmi les réussites, je citerais 'America', assez proche dans son côté flamboyant de l'esprit de 'Night time' ; j'aime également la mélancolie très mélodique de 'My love of this land' gorgée d'esprit cabaret (même si cela s'entend peu dans la musique elle-même). On retrouve le même genre d'approche sur 'The calling'... écoutez donc en détails, les touches cabaret, presque music-hall sont nettement identifiables mais les orchestrations restent plutôt rock en matière de sonorités. C'est un mélange risqué qui ne marche pas sur 'Until the ends of the earth' et qui surtout finit par lasser à la longue ; le timbre de voix, les montées de claviers, ça va un moment mais il ne faut pas en abuser. Un morceau comme 'Tiahuanaco' met le doigt sur une seconde faiblesse du disque. Dans ce cas, si la mélodie est tout à fait correcte, elle manque cruellement de colère, de passion et sonne un peu trop comme du méchant Duran Duran pour être honnête. 'Outside the gate' par son côté ironique permet au 'groupe' de conclure en sauvant les meubles mais rien de plus. 'Outisde the gate' est décidément trop plat, trop doux, trop dans l'air de son temps et surtout dénué de passion... Killing joke est devenu une sale blague qui ne fait plus rire personne.

note       Publiée le mardi 21 mars 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Outside the gate".

notes

Note moyenne        26 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Outside the gate".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Outside the gate".

GrahamBondSwing › vendredi 10 septembre 2021 - 22:54 Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Parlons-en du suivant ! J'me disais ct'aprem en sortant d'une réunion à la con "faudrait quand même que je m'écoutes un ou deux albums, pour me permettre de continuer à dire du mal de ce groupe, la conscience tranquille", et je recherche "Extremities" pour partir sur une bonne base... il était pas sur Spotify ! Arghhhh ! La frustration intense ! Bon, je me suis rabattu sur Pandemonium que j'ai pas détesté, mais j'en reparlerai à l'occaz, il faut d'abord que je le réécoutes...

Procrastin › vendredi 10 septembre 2021 - 19:34 Envoyez un message privé àProcrastin

Le suivant est un des meilleurs (et il marque un tournant dans leur discographie), donc te laisse pas engrener par Graham! ;)

Message édité le 10-09-2021 à 19:39 par Procrastin

Note donnée au disque :       
GrahamBondSwing › vendredi 10 septembre 2021 - 13:37 Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Me disait bien que t'allais finir par coincer à un moment... respect déjà d'avoir tenu jusqu'ici !

No background › vendredi 10 septembre 2021 - 13:06 Envoyez un message privé àNo background

Ouch, ces sonorités, ça passe pas. Pas de grief concernant les paroles et les structures des morceaux, mais non, je veux bien qu'on oublie la subtilité, mais là c'est trop pour mes petites oreilles (je reconnais quand même une certaine identité mais ça ne suffit pas).

taliesin › dimanche 20 septembre 2020 - 20:13 Envoyez un message privé àtaliesin

Eh bien perso, après un 'Brighter' qui m'avait endormi, je dois dire que la surprise est très agréable ^_^

Note donnée au disque :