Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlood Freak › Total Destruction of the Human Form

Blood Freak › Total Destruction of the Human Form

cd • 15 titres • 34:39 min

  • 1Intro01:16
  • 2Filthworm02:25
  • 3Abhorrent Beast01:52
  • 4Convulsions03:07
  • 5Rotting Skin Shroud02:14
  • 6Melted And Splattered02:43
  • 7Necrotic Pleasures01:45
  • 8The Bizarre Hallucinations Of A Twisted Mind03:46
  • 9Drowning In Sewage02:28
  • 10Cartilage01:29
  • 11Gnawgasms01:24
  • 12Sepulchral Abominations02:41
  • 13The Night Of Unholy Desecrations03:05
  • 14Abattoir Of Depravity02:08
  • 15Total Destruction Of The Human Form02:07

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Produit par Neil Smith. Enregistré et mixé par Evan Mersky au Red Lantern Studio. Masterisé à Audiosiege.

line up

Brian Rush (basse), Pierce Williams (batterie), Kelly McLaughlin (guitare), Neil Smith (voix, guitare)

Musiciens additionnels : Gurge (voix)

remarques

Sorti en cd, et sous la forme de fichiers téléchargeables sur bandcamp.
Illustration par Yuri Kahan

chronique

Aujourd'hui, on se laisse porter par le vent de l'intuition avec : Total Destruction Of The Human Form par Blood Freak, groupe américain très inspiré par la culture hémorragique des films splatter, histoires psychopathes et autres groupes eux-mêmes inspirés par tout ces immondices maintenant bel et bien "vintage" comme Carcass, Slayer période South of Heaven, Exhumed, etc. Bon, ça pourrait passer, sur un malentendu ? "Passons à l'acte" : l'album commence avec du son crado avec des bruits de régurgitation vachement bien foutus, bien industriels. Puis, derrière ben... death / grind habituel dans la version grassouillette, avec une voix gutturale pas très très originale ni entrainée par le désir de varier les plaisirs, quelques fois doublée, bien épaisse, bien aboyeuse, dans laquelle je retrouve un peu du jeune Barnes de loin mais sans les "iiiiii" aigus... mais derrière aussi il y a une production qui sature juste un tout petit peu (trop) tout ça qui va sublimer une solide section rythmique car ce qui compte finalement dans le death grindé c'est le rythme, les cassures, pour pouvoir danser comme un néanderthalien dans la cave avec ses copains, et ça marche bien ici : le batteur est un gros bourrin qui doit aussi être un champion de vélo, type grand chelem Tourmalet - Croix de Fer les doigts dans le nez ; ajoutez donc à cela un litre de gore et de crusterie pas fraiche, une ambiance crado et fun à la fois et, à l'instar de certaines pizzas, vous vous retrouvez avec quelque chose de savoureux et croustillant, grâce à la magie du sous-accordage et des avant-bras musclés. Un son agréable pour qui aime le punk cro magnon et le métal préhistorique, mais genre caverne rempli de déchets industriels et de carcasses d'être humains putréfiés... mais à patches !

note       Publiée le lundi 11 décembre 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Total Destruction of the Human Form".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Total Destruction of the Human Form".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Total Destruction of the Human Form".