Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEExperimental Products › Tracks To Glow In The Dark

Experimental Products › Tracks To Glow In The Dark

cd • 11 titres

  • 1Glowing In The Dark 8:40
  • 2Love Changes 5:30
  • 3Mannequin 5:30
  • 4Aviation 5:29
  • 5Burning Flame On Ice 6:03
  • 6Different Ones 5:06
  • 7S.O.S. 5:18
  • 8No Answers 4:23
  • 9Experiment 6:11
  • 10Who Is Kip Jones 6:17
  • 11Work That Beat 3:07

cd • 11 titres

  • 1New Project Reversed 3:47
  • 2S.O.S. 5:30
  • 3Experiment Demo 6:14
  • 4My Own Way 5:26
  • 5Secret Rendezvous 5:10
  • 6Strawberry March 5:45
  • 7Anaesthetic 5:38
  • 8Mannequin 6:30
  • 9Plattform 7:28
  • 10Glowing In The Dark 7:35
  • 11Modern Living 5:00

line up

Mark Wilde, Michael Gross

remarques

Compilation rassemblant l'EP "Glowing in the Dark" (titres 1-3, 1984), quelques titres épars parus entre 1984 et 1987, un live radio de 1985 (titres 6 à 11 du CD2) ainsi qu'une multitude d'inédits.

chronique

Styles
electro
pop
Styles personnels
synth pop, minimal wave

La convergence évolutive, vous connaissez ? Quand plusieurs espèces se retrouvent soumises aux mêmes contraintes environnementales, elles finissent souvent par développer les mêmes solutions morphologiques ou comportementales, l'exemple le plus bateau étant les nageoires qu'ont développées les mammifères, reptiles marins et poissons indépendamment les uns des autres pour se déplacer dans l'eau. La contrainte environnementale d'Experimental Products c'est les synthétiseurs dans le fond d'un garage et, bien qu'ils viennent de Wilmington dans le Delaware et qu'ils fussent à la base fans de rock prog FM donc loin, très loin des préoccupations anglaises, la convergence évolutive a fait qu'ils nous ont pondu la combinaison parfaite entre Orchestral Manoeuvres In The Dark et les Pet Shop Boys, et ce exactement au même moment. La seule différence avec ces deux groupes est malheureuse est d'une nature extra-musicale : leur chanteur Mark Wilde décèdera en 1987, stoppant net les aspirations de l'autre membre fondateur Michael Gross qui lui-même s'en ira en 2016. De ce groupe fantôme qui a failli connaître le succès il ne reste qu'un album, quelques EPs et toute une série de post-its dépoussiérés et heureusement rassemblés une fois pour toutes par l'archiviste chevronnée Frank Maier de Vinyl-On-Demand avant le décès du second musicien. C'est qu'entre temps s'est monté un culte quasi-obsessionnel autour du groupe plus ou moins à cause de leur 12'' 'Glowing In The Dark', sorti en 1984, qui contient trois bombes absolues : le titre-phare, 9 minutes de Hi-NRG à la Moroder ridiculement long et épique, 'Love Changes' la ballade mid-tempo au refrain imparable, et 'Mannequin', hit italo-disco mélancolique en diable à propos d'un mannequin en plastique qui aimerait prendre vie (voilà que reviennent mes souvenirs traumatiques de l'épisode 'The After Hours' de Twilight Zone...). 1281 personnes l'ont sur leur wantlist sur Discogs à l'heure où j'écris ces lignes, pas mal pour une formation complètement laissée à l'abandon, à part un petit passage sur le label de DJ Hell dans les années 2000. Cette double compilation est donc du pain béni pour beaucoup d'adeptes, même si elle s'avère extrêmement inégale sur la longueur. Le gros point fort du groupe, et c'est sans doute ce qui lui assura sa pérennité, c'est la qualité des compositions. La plupart des titres hurlent leur honnêteté et leur ambition à devenir des hits, même si parfois dangereusement FM : au delà des trois titres de l'EP pré-cité on peut facilement parler du langoureux 'S.O.S.', de l'irrésistible 'Secret Rendezvous' et de l'autre bombe Hi-NRG, j'ai nommé 'Experiment !' sorti lui aussi en 12'' mais malheureusement au moment où son chanteur disparaissait, coupant court à sa déjà maigre promotion. Les chansons crèvent de devenir plus que ce qu'elles ne sont et je me prends à rêver à un groupe de reprises qui s'attaquerait à leur discographie. Parce que le gros point faible de cette compile, c'est sa qualité sonore. Certes, les sources varient d'un titre à l'autre. Mais même pour un label habitué aux archives de K7 merdiques vieilles de plus de trente ans, on frôle l'inécoutable sur certains titres. Dommage aussi pour le live, qui démontre le savoir-faire des gars tant au chant qu'aux claviers mais au son aussi pourri que les rips de mes cassettes du Monde de Monsieur Fred. On dira que ça donne du cachet... Non, désolé, ça casse juste les oreilles. On s'en contentera quand même, vu la qualité du CD1 et tout simplement parce qu'il n'y aura pas d'autres occasions de retrouver leur potentiel ailleurs. Ou alors si, chez Pet Shop Boys.

note       Publiée le lundi 17 février 2020

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tracks To Glow In The Dark".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tracks To Glow In The Dark".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tracks To Glow In The Dark".

Wotzenknecht › mardi 18 février 2020 - 11:53  message privé !
avatar

Voilà, c'est vraiment trop attachant malgré toutes les imperfections.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mardi 18 février 2020 - 10:11  message privé !

Elle commence gentiment à chiffrer aussi cette compile. Mais hors de question de m'en séparer.

Note donnée au disque :