Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJLouisa John-Krol › Apple pentacle

Louisa John-Krol › Apple pentacle

12 titres - 44:47 min

  • Part One : "Atho"
  • 1/ Atho
  • 2/ The windrow
  • 3/ Which of these worlds ?
  • 4/ Spin
  • 5/ Birch wandering
  • Part Two : "Ardhuu"
  • 6/ Escalader's tree ride
  • 7/ Canterville
  • 8/ The green pentacle
  • 9/ Ceracini
  • 10/ Poppet plum
  • 11/ The witch in the wood
  • Finale :
  • 12/ Kunmanngur

enregistrement

Pilgrim Arts, Spring Studio, Australie, 2005.

line up

Louisa John-Krol (chant, harpe, mandoline, clavecin, guitare acoustique, cloches, triangle, bâton de pluie), Brett Taylor (wurlitzer, basse, guitares électrique et acoustique, choeur, mellotron, piano, synthétiseur, arrangement de cordes, cloches, batterie, percussions, boucles, guitare classique), Harry Williamson (tympanon, synthétiseur, harpe, tambour de papier, charango, tiple, guitare 12 cordes), Richard Allison (piano), Jenni Heinrich (alto, guitare classique), Bronwyn Lloyd (hurdy gurdy).

chronique

En guise d'introduction, je ne résiste pas au malin plaisir de vous parler du personnage "mythique ancestral" au centre de ce disque : "L'homme Vert, un être surnaturel et sauvage qui protège la Nature. Ce personnage a traversé les âges et les cultures sous des identités telles que Robin des bois, Osiris chez les Egyptiens, Sylvebarbe chez Tolkien ou Vishnu en Orient." Rien que ça... Bref, cet univers très factice, fondé sur un certain revival des légendes celtes agrémentées d'une sauce mystique venue d'Orient, ne m'a jamais inspiré. Et j'en dirai tout autant, hélas, de la "féérie" pop en carton-pâte proposée par la dame Louisa John-Krol. Fondée sur une voix veloutée, enrobante (avec harmonies chorales hautement réverbérées, comme il se doit), accompagnée d'un instrumentarium folklorique/médiéval pour rire en forme de harpes, mandolines, clavecin, et cloches, ainsi que d'une discrète touche electro, cette musique ne parvient pas vraiment, sous les oripeaux qu'elle se donne, à se démarquer d'une pop FM mielleuse limite insupportable à mon goût. Bien sûr, la dame a une belle voix, et elle a appris à s'en servir ; certes, mais on pourrait en dire autant de Céline Dion... Je ne retrouve ici ni les entrelacs hypnotiques de Dead Can Dance, ni la grâce éthérée des Cocteau Twins, ni les compositions qui tuent de... je ne sais pas, moi... Paul MacCartney dans son dernier album (bah oui, après tout, quand on dit faire de la pop, il faut en assumer toutes les composantes). En définitive, donc, plus grand-chose pour me séduire, excepté peut-être un Finale réellement expressif et sombre, où la voix s'extirpe progressivement d'une atmosphère glauque. Mais quoi qu'il en soit, cet univers frelaté n'est décidément pas pour moi. Sur ce, je m'en vais réécouter le "Circlesongs" de Bobby McFerrin.

note       Publiée le dimanche 8 janvier 2006

partagez 'Apple pentacle' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Apple pentacle"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Apple pentacle".

ajoutez une note sur : "Apple pentacle"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Apple pentacle".

ajoutez un commentaire sur : "Apple pentacle"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Apple pentacle".

Trimalcion › vendredi 13 janvier 2006 - 19:25  message privé !
avatar
Oui, bon, bref... on ne sortira pas de ce dialogue de sourds. En tout cas bravo pour ton éclectisme.
Note donnée au disque :       
Igitur › vendredi 13 janvier 2006 - 18:20  message privé !
Effectivement Trimalcion, chacun ses goûts, chacun sa sensibilité. Je ne connais que les premiers albums de cette artiste que je rapprocherais plus de Loreena Mc Kennitt que de Dead Can Dance (contrairement à 99% des groupes signés sur Priskomachin). J'ai pourtant du mal à croire qu'elle ait sombré dans une telle déchéance pour ne mériter que 2. Les remarques de Tallis me semblent plus nuancées. Quant au fait qu'elle soit Heavenly et Underground, je m'en tape complètement ! Pur donner un exemple, je serais peu intéressé si un journaliste ne jurant que par le cinéma réaliste slovène descendait dans un critique le Seigneur des Anneaux. A moins bien sûr que celle-ci soit constructive. J'adore Circlesong McFerrin et plus encore Akhnaten de Philip Glass, pourtant il me semble qu'on n'est pas du tout dans le même registre d'émotions et la façon dont tu introduis cette référence dans ta chronique ne risque franchement pas de convaincre quiconque aime le Heanvenly d'aller jeter une oreille à du contemporain ou du Jazz. Au fait, tu connais Miranda Sex Garden ? C'est un groupe flirtant avec le Heavenly mais sûrement plus à même de te toucher.
Tallis › jeudi 12 janvier 2006 - 22:10  message privé !
J'apprécie beaucoup l'univers de Louisa John-Krol mais je ne peux toutefois que ressentir une petite déception à l'écoute de cet album. "Alabaster" ouvrait des pistes notamment avec l'utilisation très intéressante de l'électronique sur certains titres, cet "Apple Pentacle" ne les explore pas. On reste donc au final avec un bel album d'heavenly mais sans plus. Loin du 2 tout de même pour moi...
Note donnée au disque :       
Trimalcion › mardi 10 janvier 2006 - 20:33  message privé !
avatar
...Eliphas donne une opinion radicalement opposée, tant mieux pour la diversité des éclairages et des ressentis, mais c'était une raison supplémentaire pour moi d'écrire cette chronique. Bobby McFerrin, c'était juste une tentative amicale de ma part d'orienter les amateurs de "heavenly voices" vers des... heavenly voices, des "vraies", enfin que MOI je trouve mille fois plus célestes, mais il s'agissait juste d'un exemple, hein, Akhnaten de Glass ferait aussi l'affaire pour commencer. Maintenant, rassure-toi pour le sérieux du site, c'est sans aucun doute la dernière fois que je parle d'un disque du label prikomachin ("la musique des elfes...") A présent, je pense que ça serait nettement plus intéressant si tu nous disais ce que TOI tu aimes dans ce disque.
Note donnée au disque :       
Trimalcion › mardi 10 janvier 2006 - 20:32  message privé !
avatar

Oui bien sûr, pourquoi chroniquer ce disque ? Pourquoi ne pas l'envoyer à un autre chroniqueur qui apprécie plus ce genre que moi ? C'est d'ailleurs ce que j'ai été tenté de faire. Et puis finalement je me suis dit que non : j'ai suffisamment écouté de pop, de folk et de musiques du monde pour me sentir en droit de dire que ce disque est réellement mauvais, "heavenly" ou pas peu importe, bordel. (Et de musique vocale j'ai beaucoup parlé aussi.) Et un truc n'est pas "honorable" sous prétexte qu'il est underground ou peu connu. Ce qui a achevé de me convaincre, c'est qu'en parcourant divers webzines pour me renseigner sur la dame avant d'écrire ma chro, je n'ai lu QUE des articles élogieux ! Hallucinant ! Ben non, ce disque n'est pas bon, "exécrable" plutôt, oui, je persiste et signe.

Note donnée au disque :