Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes1108 › A New Beat from a Dead Heart

108 › A New Beat from a Dead Heart

cd • 13 titres • 34:33 min

  • 1Declarations on a Grave01:31
  • 2Guilt01:52
  • 3Angel Strike Man02:19
  • 4Three Hundred Liars03:12
  • 5Resurrect to Destroy02:54
  • 6Martyr Complex01:45
  • 7The Sad Truth03:35
  • 8My Redemption Song03:31
  • 9Bibles+Guns=The American Dream?02:42
  • 10(Il)logical End01:26
  • 11We Walk Through Walls04:07
  • 12Our Kind02:35
  • 13Repeat03:04

enregistrement

Enregistré et mixé en février 2007 par Kurt Ballou au studio Godcity, Salem, Etats-Unis.

line up

Robert Fish/Rasajara (voix), Vic Dicara (guitare), Tim Cohen/Trivikrama (basse), Tom Hogan (batterie)

Musiciens additionnels : Kurt Ballou

remarques

Sorti en CD et vinyle.

chronique

Après les satanistes, les laveyens, lucifériens, adeptes de la wicca, les chrétiens, les néo-odinistes, les musulmans, les zoroastriens, les communistes, anarchistes, identitaires, juifs, néo-nazis, conservateurs, trotskystes, situ, fascistes, progressistes, bouddhistes, born-again, agnostiques, athées (etc.) nous arrivons enfin à mettre un peu de Hare Krishna haut et fort par ici. Enfin, presque, vu que George Harrison a déjà collé un cul sur le bord d'un strapontin au fond de la salle dans une chronique des Beatles. Mais pourquoi les Hare Krishna seraient-ils sombres ? Ce n'est pas vraiment ce qu'on s'imagine, non ? Je ne sais pas, même après nombre d'écoutes de groupes se revendiquant de cette lignée (Shelter et Cro Mags en tête). Je peux juste vous dire que lorsque j'écoute cet album de 108 je suis vraiment bousculé. Après une pause de presque dix ans où le guitariste, (fameux sur cet album, indispensable au groupe) s'est évadé en Inde pour embrasser de manière plus vive sa foi, le groupe se reforma sous l'égide cette fois-ci de Deathwish qui, magie des reformations entourées des gros bras fans d'Entombed va bien métalliser le propos de 108 grâce à la grosse papatte de K. Ballou. Alors ici ils ne pleurent pas vraiment sur la perte de leur identité ou la nostalgie de la France ou sur les terres du Milieu ou la folie de leur messie pas encore arrivé ou encore la déchéance totale des villes, des campagnes et du corps social mais plutôt sur NOTRE propre perte, à nous tous, à tout ce qui nous entrave. Alors, qu'est-ce qui nous entrave Mr. 108 (108 = nombre de bouboules sur un chapelet hindouiste) ? Les politiciens, le système, la culpabilité d'être, la thune, l'attachement à tout ce qui va crever (c'est à dire... tout), la guerre kalki estampillée recycleuse d'activités et de gouvernements, les drapeaux, un monde où la liberté, les sensations et l'amour sont des fictions, le quotidien anesthésié par la surbouffe, la téloche et l'ambition de se lever au-dessus de son niveau d'outre à merde... Musicalement, le hardcore est ici complètement metallisé je disais, déjà par la haute maîtrise du guitariste qui balance des pains dans la gueule très bien ciblés, des toasts de riffs et de solis touchants qu'on retrouveraient presque chez Fugazi ou Quicksand ("We Walk Through Walls" !), des morceaux d'une puissance et d'une violence phénoménale, cf. par exemple "My Redemption" ou "Guilt" qui me font vraiment beaucoup penser à certains couplets de Kickback sur leurs derniers albums. Toute la misère du monde est donc étalée ici avec beaucoup de puissance et de lyrisme, et comme chez beaucoup de groupes engagés celle-ci est vomie publiquement pour mieux la comprendre et partager ce point de vue au plus grand nombre... et finalement, moi qui m'attendais à un truc genre "Goddess of Fortune" avec des mantras en boucle, je me retrouve avec une bombe qui me rend dingo à chaque écoute. Comme quoi, rock et religion peuvent parfois produire des chiards pas trop difformes ! Amen.

note       Publiée le jeudi 21 mai 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A New Beat from a Dead Heart".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A New Beat from a Dead Heart".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A New Beat from a Dead Heart".

Raven › vendredi 22 mai 2015 - 05:06  message privé !
avatar

Ouais pareil. Je faisais la réflexion parce qu'après lecture de ta chro je me suis attendu à un 5 minimum, mais venant de moi ça serait un peu l'hopital et la charité de le reprocher.

Note donnée au disque :       
Rastignac › jeudi 21 mai 2015 - 12:39  message privé !
avatar

J'ai un gros problème pour mettre des notes en fait. C'est récurrent (comme la baignoire). PS : en fait, je pense que ça veut juste dire qu'il me faut plus de recul encore pour le mettre au niveau d'autres choses proches du chef d'oeuvre dans mon panthéon personnel. PPS: ou j'ai peut-être juste ripé sur la souris, l'était presque six heures du matin quand j'ai posté ctruc. Enfin, c'est un bon album de toute façon!

Note donnée au disque :       
Raven › jeudi 21 mai 2015 - 08:36  message privé !
avatar

Le passage fugazi-reggae vers la fin est mortel, je revérifierai à la prochaine écoute mais c'est ce qui m'a encore plus marqué que le reste je crois. Super chro, mais pour pinailler la note me semble étrangement retenue.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 21 mai 2015 - 07:50  message privé !

Violence... Tu me donnes envie de le réécouter s'il était besoin - le premier mot qui me vient en tête quand j'y repense, pour ma part c'est "acrobate" ; et "plein ciel". Du coup, Quicksand et Fugazi, c'est raccord.

Note donnée au disque :