Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThomas Ankersmit › Live in Utrecht

Thomas Ankersmit › Live in Utrecht

cd | 1 titre

  • 1 Sans titre

enregistrement

Composed By [Pre-recorded Saxophone And Reel-to-reel Parts] – Valerio Tricoli Composed By [Source Material] – Ankersmit

line up

Thomas Ankersmit (Synthetiseur [Serge Analogue Modular], Ordinateur, Alto Saxophone)

chronique

La réalité est-elle si pourrie qu'il faille la contempler à travers la lucarne d'un fil d'actualité Facebook ou Twitter ? La réalité est-elle si triste qu'il faille s'en échapper dans les promesses de la virtualité ? La réalité est-elle si pauvre qu'il faille s'en éloigner comme on éloigne notre prochain, le regard fixé sur son portable, les écouteurs au fond des cavités, en étant sourd aux appels qu'il lance à travers son profil Facebook ou Twitter ? Virtualité interposée. Si la musique est politique (elle l'est), Ankersmit est activiste. Un activiste de la réalité forcée. Armé d'un saxophone et d'un vieux synthétiseur modulaire analogique (ce bon vieux cherge), épaulé par le truand Valerio Tricoli (ils seront l'auteur d'une salve chroniquée par VL), Thomas déroule un souffle continu samplé sur lui-même, bouclé, répété, aliéné à lui-même, secondé, doublé sur lui-même par les manipulations d'un Serge qui n'avait rien demandé. Ou comment créer l'illusion numérique par le foisonnement d'idées et de diverses traitements analogiques d'une source acoustique. Dans une vidéo d'Ankersmit, sur Youtube bien entendu, un commentateur (comme toujours sur ce site, une trace de pneu dans la nuit noire de l'ignorance) invectivait le musicien en lui demandant pourquoi, mais bon sang pourquoi est-ce qu'il se faisait autant chier à inventer des sons qu'il lui faudrait 5 min à produire sur un logiciel (de merde) comme AudioMulch. Et oui : pourquoi y'a-t-il encore des connards pour s'abonner à la version papier du Monde Diplomatique plutôt que de suivre le fil Twitter de BFM TV ? La réponse est dans la question : c'est politique. Ankersmit, qui a en plus l'excellente idée de ne pas vouloir nous offrir des œuvres qui dépassent (à peine) la demi-heure, refuse la facilité de l'absence de pensée. Très accessible (il a tout pour lui ce garçon), son approche pourtant très technique de la musique se situe à l'ombre des courants, dans des lieux oubliés, chauds malgré l'austérité, confortables malgré la rudesse. Je ne crois pas que ce soit ça qu'on appelle le « sound design » (ça c'est autrement plus ambitieux/prétentieux) ; Ankersmit navigue dans les plis solide des choses concrètes qui nous sont impalpables – ça en sonnerait presque Lovecraftien, dis comme ça. Au vu de l'altération du temps qui frappe l'auditeur, ce n'est pas volé ; tout comme la note, déjà annoncée par VL dans sa chronique de Forma II : 6/6, sans concession, sans discussion.

note       Publiée le samedi 18 avril 2015

partagez 'Live in Utrecht' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live in Utrecht"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live in Utrecht".

ajoutez une note sur : "Live in Utrecht"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live in Utrecht".

ajoutez un commentaire sur : "Live in Utrecht"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live in Utrecht".

saïmone › vendredi 30 novembre 2018 - 15:18  message privé !
avatar

Mea Culpa pour Audiomulch, c'est quand même cool comme software

Note donnée au disque :       
Ntnmrn › lundi 27 avril 2015 - 12:00  message privé !
avatar

Verdict : je trouve les 17 premières minutes et la fin magnifiques, alarmantes, bouleversantes, mais je suis souvent ennuyé par cette partie centrale quasi silencieuse où de très hautes fréquences - cependant tout à fait perceptibles - prennent quand même bien la tête (malgré le crescendo salutaire de 24m à 28m)

Note donnée au disque :       
saïmone › samedi 18 avril 2015 - 19:32  message privé !
avatar

Figueroa Terrace est assez convenu dans ses effets, mais je l'aime bien, un peu comme j'aime le dernier Kayo Dot ; y'a des facilités, c'est efficace, bien produit, j'ai tjrs du mal à rester froid devant un peu d'arrogance confortable, ça fait jamais de mal, "avec le temps" tout ça.

Pour le sound design j'avoue que j'avais pas pensé à ta chro NTM (même si le disque de Hecq semble en être), mais c'est un truc qu'on entend tellement partout, et la plupart du temps je vois aucune différence d'avec ce qu'on appelle l'electroacoustique improvisé ou ce genre de chose... sound design pour moi c'est de l'architecture, c'est Autechre

Note donnée au disque :       
Ntnmrn › samedi 18 avril 2015 - 19:22  message privé !
avatar

ça a l'air mortel

pour le petit clin d'oeil (?), ouaip, j'ai peut-être abusé du terme "sound-design" sur ma chro de Hecq. A proprement parler, je pense qu'on pourrait le définir comme le remaniement d'une ou plusieurs prise(s) de son dans un cadre extra-musical (les dialogues et le fond sonore dans le cadre d'un film, les bruitages dans le cadre d'un jeu vidéo, etc.) ; le problème étant que le terme s'est élargi au contexte musical - s'il y a un spécialiste qui peut nous le distinguer du remaniement de sample, ou de la musique concrète...

Note donnée au disque :       
VL › samedi 18 avril 2015 - 18:15  message privé !
avatar

Ce qui est fou avec Ankersmit, c'est qu'il parvient à rendre évidente une musique pourtant très pensée. Qu'on ne s'y trompe pas, je ne parle pas de surcouche/justification théorique, mais du geste pensé, comme l'est celui de l'artisan. Après, j'ai autant de respect pour celui qui s'enferme 6 mois avec son Serge pour en comprendre et maîtriser tous les accidents, que celui qui pousse à ses limites la programmation MAX, Puredata ou SuperCollider. Dans les 2 cas, c'est bien une praxis qui est développée.

Sinon Saï, que penses-tu de son dernier, "Figueroa Terrace" ? Perso, je l'ai trouvé bien faible comparé à ce live..

Note donnée au disque :