Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKrux › II

Krux › II

  • 2006 • GMR GMRCD9001 • 1 CD

cd • 8 titres • 47:57 min

  • 1Devil Sun07:33
  • 2Serpent05:12
  • 3Sea of Doom06:23
  • 4Lex Lucifero05:40
  • 5Pirates of the Black Hand05:26
  • 6Depressive Strokes of Indigo07:38
  • 7Too Close to Evil05:26
  • 8The Big Empty04:39

line up

Fredrik Åkesson (guitares (lead)), Leif Edling (basse), Mats Levén (chant), Jörgen Sandström (guitares), Peter Stjärnvind (batterie), Carl Westholm (claviers)

remarques

chronique

Bon. C'est vrai. On a beau dire, mais au fond, les projets de Mats Levén autre que Krux, on s'en fout, un peu. Je le confesse. Moi-même je m'y intéresse presque plus par snobisme que par groupie-isme, et je n'y reviens finalement que rarement. Parce que tout le génie de Levén, en fait, c'est ÇA, c'est KRUX. Ouais. On peut bien créditer l'alchimie boys-band qui soude le groupe par ailleurs - visez un peu ce line-up de berger des Alpes scandinaves - ou s'extasier sur le fait que oui, on peut donc monter un super-band qui colle à l'oreille sans avoir besoin de se tartiner les tympans au blanc d’œuf cru : ce qui fait Krux, c'est bien lui, Mats Levén le merle. Enfin, histoire de dire que ce groupe chie plus de briques qu'un maçon stéroïdé au crack. D'une idée qui trottait dans la tête de Leif Edling depuis l'infigurable Abstrakt Algebra - cauchemar absolu du physionomiste - et le temps de potasser son brouillon sur From the 13th Sun aux Crayola Black Sab, Krux s'est laissé construire avec la solidité insolente d'une Burj Khalifa dont Metal Blade serait l'associé principal. Après un premier album en 2002 qui rayonnait déjà bien ultra-violet comme il faut, ce deuxième avatar, allumé quelques quatre ans après (les barbies scandinaves ont une vie bien chargée), fait à la fois office de redite, de confirmation, ou de déviation calculée. J'ai pas aimé Krux II à sa sortie. À la lumière de celui qui suivra, il prend pourtant une succulente longueur de vieil alambic, toute scintillante et méta. Le glissement power n'y est pas encore suffisamment flashy pour coller des ampoules à la cornée. Mais il est pas non plus complètement absent, et finalement, par rapport au premier Krux, ça lui donne une agréable amertume cuivrée de baiser volé. Pour le reste, reportez-vous à la brochure publicitaire du Space Mountain : montagnes russes, sensations fortes, néons sinistres et descente à pic. Pas d'arnaque, tout y est pour le maigre prix d'entrée. Et on y est accueilli comme promis par le bon Mats en ambassadeur de chez Pétrole Hahn, qui vous promet l'espace aujourd'hui et de remettre la déplétion à demain. L'occasion rêvée pour les plus hermétiques au concept de dentifrice de se laisser tenter par l'aventure fraîcheur. Et puis de toute façon, comme il a intégré officiellement Candlemass depuis 2012, va bien falloir un jour accepter de se ranger aux vertus de l'haleine mentholée.

note       Publiée le jeudi 28 août 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "II".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "II".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "II".

pokemonslaughter › vendredi 29 août 2014 - 20:18 Envoyez un message privé àpokemonslaughter
avatar

mon disque quand je vais à la plage. (bon, ok j'y vais pas souvent, mais quand même, cette chaleur, ce grain, putain je kiffe)