Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAfrika Bambaataa & Soul Sonic Force › Planet Rock - The Album

Afrika Bambaataa & Soul Sonic Force › Planet Rock - The Album

cd • 7 titres • 44:00 min

  • 1Planet Rock (Original Twelve-Inch Version)7:30
  • 2Looking For The Perfect Beat (Original Twelve-Inch Version)7:03
  • 3Renegades Of Funk (Remix)6:47
  • 4Frantic Situation (Frantic Mix)3:47
  • 5Who You Funkin' With?6:22
  • 6Go-Go Pop6:01
  • 7They Made A Mistake5:30

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

line up

Afrika Bambaataa (production, mixage), M.C. G.L.O.B.E. (voix), Mr. Biggs (voix), Pow Wow (voix), Arthur Baker (production, mixage), John Robie(claviers, production, mixage).

Musiciens additionnels : Trouble Funk, Melle Mel

remarques

Ce disque est une collection de singles parus avant 1986.

chronique

Styles
black music
funk
electro
hip-hop
Styles personnels
funk you !

Des oubliettes de l'histoire! je vous ai déterré ce "Planet Rock - The Album"... il était tout au fond de la fosse à purin, sous les platines rouillées du Grandmaster et les couilles moisies de Kurtis Blow... J'oserais dire que c'est à forte raison qu'on l'a foutu là à pourrir, parce qu'il s'agit pas d'un monument, d'une pierre angulaire, d'un temple du hip-hop, non... plutôt d'une compil fadasse de 7 singles enregistrés entre 81 et 86, ponctionnés-collés, et hop ça fait un disque!... qu'a d'ailleurs bien rapporté la manne à Tommy Boy, à l'époque, mais qu'on ne retrouve aujourd'hui mentionné que dans quelque obscure bible du genre, ou classement puriste des 500 disques, etc. ... Quel intérêt d'en parler donc en ces temps à la fois obscurs et fructifiants ? En 2014, le hip-hop bat son plein dans les iPods : Kaaris fait peur aux mémères, Kanye West prospère, Schoolboy Q récupère, Vîrus vitupère... Quel besoin de larguer le seau au fond du puits pour remonter ce Caillou Cosmique de sa vase? (notez la transcription imagée de "Planet Rock", n'empêche qu'y a plutôt moyen qu'ça fasse référence à la white powder hmmm?...). Eh bien!... Je vais vous le dire! Tous ces braves types seraient-ils là si Bam n'avait pas fait ce qu'il a fait? Avec des si... ("on coupe des doigts ?"), certes, mais quand même! et là : j'en viens à mon prétexte de parler de ce skeud pour en fait remonter de quarante ans, dans le Bronx, et vous portraiter l'importance de ce type. Dans le bon terreau new-yorkais des seventies, où le hip-hop est bourgeonnant, y a un mec leader-né : c'est notre Bam... Avec ses potes négros des Black Spades, il fait ce que font basiquement tous les gangsters : 1) vendre du crack 2) friter les autres gangs pour annexer du territoire. Mais la Providence en a voulu autrement pour lui... Fin 70s, notre gazou gagne un concours de chépakoi, et file gratos tous frais payés en Afrique, d'où il reviendra bouleversé, illuminé, transcendé... si bien qu'à son retour, Bambaataa en pleine Révélation fonde la Zulu Nation, à base de principes peace & love coin-coin pour remettre tous ses potos gangsters sur la droite route des Droits de l'Homme. Objectif : passer de la guerre des gangs à la création artistique. Pour ce faire, Bambaataa recrute à tous les râteliers : graffeurs, danseurs, rappers, DJs, gangsters, blacks, blancs, (beurres), rouges, jaunes!... tous unifiés tous dérivés de la hip-hop culture confondus, sous le seul drapeau de la Zulu Nation! Avec tout ce beau monde, il commence à foutre le del-bor dans les rues de la Big Apple, à la Kool Herc, en trimballant son sound-system de block-party en block-party... Alchimie Bambaatienne : peace & unity! avec son gros bide et son gros cul d'obèse, il couve le hip-hop, ses battles, ses teufs, ses rencontres, la cohésion sociale! Et une fois que son fœtus a bien mûri, qu'il commence à voir de la vraie gueule, il l'emmène faire une tournée en Europe, en 1982, histoire de planter d'autres graines de Zulus over the world... C'est ça quelque part l'importance de Bambaataa : c'est un activiste, un exportateur, un leader, un fédérateur, un président, avant d'être un musicien... c'est peut-être pour ça que son skeud s'est périmé. Bon! mais faut pas déconner, "Planet Rock" - je ne parle que du single éponyme - ça fait partie de l'Olympe du hip-hop old school!... sauf que c'est de l'electro-funk! ben ouais! Bambaataa le DJ, c'était une encyclopédie, un éclectique, il avait une discographie à remplir la BNF!... ses titres il les élaborait par une série de petits emprunts à droite à gauche, pas tellement en louce-dé... hip! que je pique la mélodie de "Trans-Europe Express", le beat de "Numbers" chez Kraftwerk... hop! que j'arrache un sample à Captain Sky, à Ennio Morricone!... Et puis, grande Alchimie Bambaatienne : le single "Planet Rock" finit par chatouiller les pinceaux de "Rapper's Delight" dans les charts! A juste titre! Car la rapidité du tempo pulsé par la TR-808 a poussé MC G.L.O.B.E. et ses compères de la Soul Sonic Force à inventer le MC popping, un déjà-nouveau style de rap... c'était impossible de se caler sur ce beat dansant, alors les MC ont imaginé un système d'apparitions tour à tour "pop!" "pop!" calant leurs phases comme ils peuvent, un peu façon Teletubbies (dsl j'ai pu m'empêcher d'y penser mais... écoutez : "Soulsonic Force! Mr Biggs! Pow Woooow... and MC Globe!" c'est quand même furieusement analogue...). Donc "Planet Rock", premier single : premier tube electro-funk. Que'ques années plus tard, Bam réitère avec "Renegades of Funk" et "Looking for the Perfect Beat", deux singles joviaux, froidements percussifs et MC poppant, qu'on samplera, coverera et remixera à qui mieux mieux dans les années qui suivront... Du perchoir 2014, on dira que ces titres ont vieilli et se font un peu longs dans leurs longs développements rapologiques... Surtout que la teneur intellectuelle des textes, les gars autant vous prévenir, c'est zéro ! nada !... Car encore tributaires du rôle du MC dans les block-parties de l'époque : chauffer la salle, les trois MC débitent des "party lyrics" avec foison de dédicaces, éloge du funk, et fortes injonctions aux nanas de remuer leurs basses parties, ce qui les rend assez vite casse-couilles (les MC, pas les nanas)... On est presque en 1986, et pourtant on est encore loin du flow de Rakim ou des revendications de Public Ennemy... Stop! on me dit que c'est trop long, qu'il faut conclure!... Y a cependant sur cette compil une tuerie méconnue qu'il faut mentionner : "Go Go Pop"! Jetez-y une oreille, y a un sample féminin et une rythmique féline, ça zouke à mort... Le reste n'est pas mal non plus... j'en dis pas plus! Alors voilà... Ce skeud-compil, c'est un mariage à trois membres : hip-hop, techno-pop kraftwerkienne et funk, et si Bambaataa n'est ni un grand compositeur, ni un grand musicien, c'est en revanche un sacré alchimiste, un leader historique... à l'époque où le hip-hop c'était un truc dansant produit par des funkmen à paillettes... il précurse tout le rap composé sur machines qui viendra après! Alors... 4 boules pour la postérité !

note       Publiée le lundi 21 avril 2014

Dans le même esprit, Ntnmrn vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Planet Rock - The Album" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Planet Rock - The Album".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Planet Rock - The Album".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Planet Rock - The Album".

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Cybotron, certes, mais un peu de panache nom de Lemmy ! c'est aussi platement attendu que Kraftwerk comme lien, et ça va nous attirer d'autres brassages de vent... non, le collègue a déjà confirmé, il va mettre un petit lien vers le Just-Ice qu'il connaît, la vie c'est beau comme une 808.

Damodafoca Envoyez un message privé àDamodafoca

N6: tu es dur avec la France... j'ai tendance à penser comme toi, mais depuis quelques années, des labels français ont tendance à mettre en valeur un certain patrimoine qui est assez peu connu chez nous... Je pense au taff de Finders Keepers qui met régulièrement des travaux français à l'honneur, ou la double compilation Celluloid qui a révélé un label brillant, ou encore la compil Cosmic Machine...

dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

J'arrive après le débat, mais totalement d'accord avec tout ce qu'à dit Dioneo. Et j'ajoute que musicalement, c'est pas si éloigné que ça en a l'air, Kraftwerk et Bambaataa... D'ailleurs Arthur Baker, qui aurait fait découvrir les dits teutons à bambaataa, a par la suite produit new order... et Kraftwerk eux-mêmes ont quand même bien appuyé le côté funky de leur musique sur "Minimum Maximum" et en live en général...

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

@mangetout : ouais mais les Belges ils entrent pas dans ma théorie fumeuse. Pourquoi pas les Suisses (Yello tout court) tant qu'on y est…

Bon, le chroniqueur n'a qu'à rajouter Cybotron pour "dans le même esprit" et la boucle sera bouclée. Gloire soit rendue à The Electrifying Mojo.

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Bah du coup la remarque, associée et la lecture des chroniques respectives, ne laisse guère d’ambiguïté, je pense. (Et je crois qu'il y a de toute assez peu de monde dans le coin pour prendre un "par ici, l'influence" pour un "c'est peu ou prou la même chose", non ?).

EDIT : Et oui, le chroniqueur a compris. Simplement on n'a pas le choix de l'intitulé pour introduire les recommandations, déjà. Et ça ne m'empêchait pas de réagir également à la partie de ton commentaire qui poussait le raisonnement un peu au delà de ces questions de pure formulation/format des chroniques. Nuances, comme tu dis, et précisions.