Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVatican's Children › Secrets

Vatican's Children › Secrets

cd • 10 titres

  • 1Millenium
  • 2Purity
  • 3Isolation
  • 4Deadly arrow
  • 5Meditation
  • 6Eternal life
  • 7Lost reality
  • 8Torture garden
  • 9The playground
  • 10Jihad

line up

Andrej (voix, musique), Nihal (chant féminin), E.Win (samples, programmation)

remarques

le cd est emballé dans une pochette cartonnée en velours limé rouge fermée par un sceau de cire.

chronique

Depuis ma chronique de 'Satan', j'ai appris beaucoup de choses sur cet étrange projet autrichien. Tout semble avoir débuté en 1991 par une formation nommée L.A.A. qui ne donna au final que deux concerts, enregistra quelques trucs en studio avant de se scinder en deux unités distinctes, une certaine Alzbeth et son compagnon Albin Julius s'en allant former The Moon lay hidden beneath a cloud, le membre restant (un prénommé Andy) démarrant Vatican's Children accompagné d'autres musiciens. On s'étonnera moins d'avoir l'impression d'entendre une version cold wave/gothique de The Moon Lay Hidden Beneath A Cloud justement sur 'Purity' ainsi que de se souvenir d'essais du pirate 'Mass for the dead' (cf ma chronique). Mais catégoriser si aisément Vatican's children relève de la mission impossible tant le groupe mêle les genres. C'est ainsi que 'Isolation' sonne comme une forme de techno rituelle EBM, alors que l'introduction, 'Millenium', se montrait plus ambient et expérimentale, tandis que plusieurs autres pistes déclinent un panel allant du gris au noir, gothic rock soft ou cold wave, voir dark ambient, c'est selon. Globalement, quelle que soit l'option, la technique de composition varie peu; on lance un thème qui va tourner pratiquement sans variation, même sur les morceaux chantés (l'adjonction de la voix féminine est la grande nouveauté) ou murmurés ('Meditation'). L'accent est porté une fois encore sur les ambiances, dépouillées et noires, avec des percussions plus que mesurées et certaines chansons sont de vraies réussites, notamment le glauque 'Eternal life', malsain et démoniaque à souhait (Nihal à un timbre moins charismatique que Alzbeth mais fait néanmoins des merveilles dans le registre incantatoire possédé), de même que 'Lost reality' dont les samples low-fi transforment une marche funèbre en rituel chamanique aux teintes indus. Où je marche moins, c'est lorsque le groupe se laisse à aller à certaines expérimentations, brouillonnes à mon sens, qu'il paraît improviser ('Millenium', 'Isolation'). C'est d'autant plus dommage que les titres orientés 'goths' ('Torture garden', 'Purity', Playground'), aussi calmes soient-ils, développent une ambiance s'accordant bien aux essais plus atmosphériques et ésotériques, faisant sonner ces bidouillages hors de propos (d'autant que le disque est long) et gâchant l'unité du tout. Les membres de Vatican's Children ne sont visiblement pas de grands musiciens mais ils s'y entendent néanmoins à créer des climats bien particuliers et alimenter le mystère.

note       Publiée le lundi 6 juin 2011

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Secrets".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Secrets".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Secrets".

Psy-crow › lundi 6 juin 2011 - 15:41  message privé !

Une incroyable perle de glauque orchestral, à la frontière du "trop" mais c'est un risque nécessaire pour atteindre ces profondeurs.