Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJean-Paul Trash › Carnaval core

Jean-Paul Trash › Carnaval core

13 titres - 32:13 min

  • 2/ Laisse moi tranquille
  • 4/ Rollercaster
  • 6/ Ne reveillez jamais le chat
  • 8/ Moko
  • 10/ Mon p’tit loup
  • 12/ La belle et le cendrier

line up

Pedro (gratteur), Alex (percuteur), Ticule (bassqueteur), Gull (moissonneur batteur), Romu (platiniste), Djé (appuyeur sur des boutonniste), Jeanpal (crieur)

remarques

chronique

Styles
metal
rock
Styles personnels
fusion metal/funk parodique

Tout ce débat sur le marxisme de RATM aura réveillé en moi quelques inavouables tendances… Au tout début des années 2000, ils pullulaient, les groupes inspirés par ce mouvement metal fusion des années 90. Les groupes de quartier à la con, qui se veulent drôles mais échouent souvent dans cette mission pourtant si simple (il suffisait de regarder Slipknot… hem), mais si, vous vous souvenez... Pas de nom s’il vous plaît, certains d’entre eux ont aujourd’hui des professions respectables, et il ne faudrait pas que leurs employeurs découvrent ce que même Facebook n’aura pu exhumer. Jean Paul Trash (remarquez l’orthographe, l’époque de la Bay Area et de Slayer était bien finie, là), groupe sans doute formé au fin fond d’un lotissement insalubre de Nice, est en quelque sorte le messie qui venait racheter tous ces wannabe-Steve O pas drôles. En effet, ces mecs là se droguaient au Incubus première période et ça s’entend. Et puisque cette période d’Incubus (où le groupe était au moins aussi jeune que les groupes de néo franchouillard suscités) semble tant adulée, alors gageons que la découverte de ce premier album de Jean Paul Trash devrait en combler plus d’un… Voyons ensemble la checklist du parfait groupe sosie d’Incubus : basses virilement slappées ? check. mec qui scratche aux platines en fond ? check. djembés ? check. Interludes débiles dont une imitation d’Elie Semoun ? check. Attendez, ce dernier point n’était pas chez Incubus… Ah oui, en fait sur 13 titres, la moitié (soit 7,5, mais y’a un morceau caché, donc bon) sont des conneries dont la drôlerie est assez fluctuante il faut bien le dire. Mais ce qui le fait vraiment chez Jean Paul Trash, ce sont ces ambiances vraiment originales qui sentent bon la picole et le psychédélisme involontaire (les couplets de Ne reveillez jamais le chat et de Mon p’tit loup)… Bon, en revanche les refrains sont souvent bourrins et vains, comme ce genre d’exercice l’impose souvent. Laisse moi tranquille résume d’ailleurs la substantifique signification de ces disques de néo mal dégrossis que vous écoutiez (ou pas, je vous souhaite) la mine déconfite et le regard plus froid qu’un mister freeze, des écouteurs de mauvaise qualité rivés sur les oreilles. Et c’est cocasse. Rollercaster est en quelque sorte la deuxième partie d’un cours appelé « le metal fusion pour les nuls », puisque le groupe joue explicitement sur les soubresauts rythmiques du genre en les comparants à une bonne vieille session de Space Mountain. Clairement plus dans l’esprit du premier Mr Bungle que les trois quarts des groupes néo US multiplatinés qui prétendent s’en inspirer. M’es d’avis que disneyland ferait mieux d’utiliser leur musique plutôt que celle d’Aerosmith pour leur attraction. Mais le tube du lot reste Ne réveillez jamais le chat, qui montre jusqu’où peut mener l’ennui suburbain : écrire d’irrésistibles chansons à la con qui donnent honte de les aimer. Et en plus Hit Import est en très bonne place dans les remerciements du livret. Que demande le peuple, je vous le demande ?

note       Publiée le mardi 7 septembre 2010

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Carnaval core".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Carnaval core".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Carnaval core".

Wendy Scabtree › vendredi 17 janvier 2014 - 23:54  message privé !

Sublime : https://vladimirdollar.bandcamp.com/

Note donnée au disque :       
pedral › mardi 28 décembre 2010 - 14:23  message privé !

Le problème c'est que la plupart des Jean-Paul Trash demande trop de thunes pour se reformer! Racheter un micro cassé, un jumbe avec une peau de merde pas tendue(en plus, si Alex veut pas revenir, va falloir se faire chier à aller sur la plage pour dégoter la perle rare qui fait chier tout le monde), un clavier sans touche, une basse sans grave... C'est pas évident!

Cela dit, il y a eu un come back furtif des JpT pour les 30 ans de Jp en 2009... C'était vraiment à chier!

Ps: je mets le max d'étoiles, c'est le premier CD que j'ai produit!!! Vous avez vu le son de ma metal zone pas à moi?

Note donnée au disque :       
Wendy Scabtree › samedi 18 décembre 2010 - 19:19  message privé !

A quand une reformation de Jean-Paul Trash pour un concert grandiose avec Vladimir Bozar and the Sheraf Orkestar ?

Note donnée au disque :       
punksportif › mercredi 20 octobre 2010 - 19:58  message privé !

Habitant pas loin de Nice, je dois préciser que les Jean Paul ont donné une poignée de concerts mythiques devant une ribambelle de fans niçois (au moins 200 gonz') dans un tout petit club qui s'appelé le Tapas (pouvant contenir 150 personnes maxi). Il s'agissait de venir déguisé le plus ridiculement possible et foutre le bordel. Ils avaient un groupe alter ego qui ouvrait pour eux "jean pallux" (en fait les même gars), qui faisait que des reprises cons des beatles, des beach boys, etc... Il y avait souvent un gars sur scène avec eux qui faisait le "fils rouge" comme interville : durant tous le concert, il était attribuer à une tache bien débile sur scène (faire du yoyo, pédaler sur un vélo d'appartement, faire des crêpes, etc...). La reprise fianle était toujours "c'est toi que je t'aime" de qui vous savez...bref, tout un concept...

Note donnée au disque :       
cglaume › vendredi 10 septembre 2010 - 06:45  message privé !

Merci pour le lien !