Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIncubus (CALIFORNIE) › S.C.I.E.N.C.E.

Incubus (CALIFORNIE) › S.C.I.E.N.C.E.

12 titres

  • 1/ Redefine
  • 2/ Vitamin
  • 3/ New skin
  • 4/ Idiot box
  • 5/ Glass
  • 6/ Mgic medecine
  • 7/ A certain shade of green
  • 8/ Favorite things
  • 9/ SUmmer romance (anti-gravity love song)
  • 10/ Nebula
  • 11/ Deep inside
  • 12/ Calgone

enregistrement

4th Street Recording, Santa Monica, California. Par Jim Wirt

line up

Brandon Boyd (vocaux, didjeridu, djumbe), Michael Einziger (guitares), Alex Katunich (basse), Jose Pasillas (percussions), DJ Lyfe (tables).

remarques

chronique

"Certains pensent que la science est ennuyeuse. Ils voient en elle la dissection d'une grenouille, la détermination de la théorie de la relativité, le fait de partager sa paillasse avec des vieillards aux cheveux hirsutes". Pour Incubus, il serait bien triste qu'elle se résume à cela. Car la science se réfère à tout un processus d'expérimentation, et c'est cette facette ci que la formation se décide à explorer. S.C.I.E.N.C.E., pour douzes expériences sur la tangeante du précédent opus. Des faits extrêmement complexes à analyser pour l'auditeur, entre la chirurgie minutieuse des samples et du scratch, la douceur molle et anésthésiante des basses, les douleurs imprévues des grattes neo metal, des accélérations punk. Et c'est sans compter cette voix qui rode, qui module ses intonations à outrance, entre funk, hip hop, punk, metal, elle est incontrôlable. Elle sait même se faire délicieusement suave pour se marrier aux djumbes, saxophones, lors de mélopées jazzy '70. C'est une sorte d'espace inconcevable et ingérable, où entrent en collison des sons, formant parfois des harmonies, parfois des incohérences, quelque fois se frôlant tout juste, mais fusant toujours de directions que l'on ne soupçonne pas, vers des directions que l'on ne connaît pas. C'est un univers déjanté et compliqué, où les barrières entre les styles perdent leurs lettres de noblesse. C'est un lieu sans nom, où l'on est projété pour y subir des sons. Car dans cette expérience, le cobaye, c'est bel et bien l'auditeur.

note       Publiée le mardi 30 juillet 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S.C.I.E.N.C.E.".

notes

Note moyenne        23 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S.C.I.E.N.C.E.".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S.C.I.E.N.C.E.".

Raven › samedi 24 septembre 2016 - 07:40  message privé !
avatar

Aaantiiiii graaaveeeuuuuutiiiiii...

NevrOp4th › mardi 15 mai 2012 - 13:51  message privé !

Je ne m'en lasserai jamais de celui là. Tuerie , tuerie.

Note donnée au disque :       
saïmone › mercredi 14 avril 2010 - 00:13  message privé !
avatar

Cet album c'est du roflcopter en Jet 27

Note donnée au disque :       
Seijitsu › jeudi 14 janvier 2010 - 22:27  message privé !

Faith No More meets Red Hot meets KoRn. Qui a dit que le néo était de la merde ? S.C.I.E.N.C.E. nous prouve le contraire ! Peut être bien le meilleur album du style.

Note donnée au disque :       
Potters field › samedi 28 juin 2008 - 14:33  message privé !
comment ai-je pu un jour me lasser de cet album ? alors que je le récoute aujourd'hui, ça me semble une heresie. un disque terrible, terrible.