Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFThe Fires Of Ork › The Fires of Ork

The Fires Of Ork › The Fires of Ork

  • 1993 • Fax PW 07 • 1 CD

cd • 5 titres

  • 1The Fires Of Ork I 7:45
  • 2Gebirge 21:23
  • 3Talk To The Stars 11:43
  • 4The Facts Of Life 18:25
  • 5The Fires Of Ork II 6:26

line up

Geir Jenssen, Pete Namlook

remarques

chronique

Styles
ambient
techno
Styles personnels
voyage métaphysique

Geir Jenssen alias Biosphere a un foutu talent dans son propre domaine, vous le savez déjà. Voilà une vingtaine d'années qu'il forge avec la délicatesse de la Belle et l'assurance de la Bête un son techno intense et rigoureux, parfois minimal jusqu'à la disparition (le très abstrait 'Autour de la Lune'), parfois chaleureux et groovy (le classique 'Patashnik') et possède aussi un sens de la réappropriation hors-normes comme en témoignent son recueil de remixes 'Biosystems' et sa relecture avec Deathprod des travaux d'Arne Nordheim. The Fires of Ork, c'est avec Pete Namlook (le compositeur kilométrique du label ambient séminal Fax) qu'il le montera, le temps de deux albums très prisés des adorateurs des deux artistes. L'album en lui-même paraît de premier abord facile à cerner : un titre-phare et sa reprise finale entoure trois plages très longues et répétitives : l'ultra-ambient 'Gebirge', le technoïde 'Talk to the Stars' et le downtempo 'The Facts of Life'. Oui mais voilà : ces trois fameux titres sont des merveilles qui mériteraient une histoire chacun. Ben tiens, je vais me gêner : j'ai entendu 'Gebirge' pour la première fois sur un ferry qui faisait la liaison entre Helsinki et Tallinn, dans la grisaille nordique d'une sombre matinée de novembre. Malade comme un chien, j'ai préféré m'asseoir sur le pont dans le froid à l'abri du vent et je peux vous assurer que ce titre m'a tenu en stase vingt minutes durant, comme si le temps s'était arrêté... rarement un morceau ne m'aura paru aussi concordant avec la réalité. On reste en haleine devant toute la tension et la rigueur que ce morceau déploie avec pourtant si peu d'éléments : deux notes très graves, quelques synthés au loin et ces échos d'oiseaux électroniques qui répondent à une voix récitant le chapitre “Gebirge” d'Also Schprach Zarathoustra de Nietzsche, mot pour mot, entre de longs silences. Certains parlent d'ambient philosophique ; comme si le titre imposait son gigantisme pour faire passer le message. 'Talk to the Stars' commence par une longue introduction de violons imaginaires avant de laisser un son de basse rebondissant et enveloppant ouvrir le pur trip techno qui nous attend. Presque douze minutes dans la veine de 'Patashnik' avec quelques éléments orchestraux ajoutés : hypnotique, grand, aérien – une fois en vol, le morceau ne rescendra plus et une voix féminine le confirmera : “Make love to the wind / And talk to the stars / This is the music / That angels meditate”. Beaucoup plus souple et décompressé, “The Facts of Life” ressemble à un titre lounge expérimental qui n'en finirait plus de s'installer, emportant une fois de plus toute notion de temporalité. Dix-huit minutes qui passent comme dix-huit secondes ou dix-huit heures ; après tout, tout cela n'est que relativité... Reste le fameux double 'Fires of Orks', petit bijou de techno intemporelle bien plus proche de Biosphere en solo que de Namlook. Lorsqu'arrive sa version fermeture, on se demande comment tout cela avait commencé... 'The Fires of Ork' est un album à durée changeante ; il est de ces disques planants qui refusent de mettre les pieds au sol, tel 'Lodger' de Bowie, tel 'Digilogue' de Zoviet France, tel 'Astral Disaster' de Coil. Après mes trois heures d'avion et mes cinq heures d'attente au coeur desquelles je rédige cette chronique de circonstance, il ne me restera que deux heures de train – gageons que ce soit assez long pour rallumer les Feux une dernière fois avant la fin du voyage.

note       Publiée le lundi 14 décembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Fires of Ork".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Fires of Ork".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Fires of Ork".

dariev stands › vendredi 11 décembre 2015 - 16:19  message privé !
avatar

Le numéro 2 est magnifique, je confirme. Totalement ambient, pas souvenir d'un seul passage technoïde, mais je peux me tromper. Vu ce que dis la chro (la récitation de Zarathustra), je vais de ce pas écouter "Gebirge". Surpris que ce soit chro par Wotzy et pas par Phaedream d'ailleurs, mais en fait c'est biosphere donc c'est logique. Dommage pour l'allusion à Bowie, loupé : Lodger est pas planant du tout ! Tu voulais parler de "Low", wotz, non ? en tout cas la chro fait envie sans problème.

Wotzenknecht › mercredi 2 mai 2012 - 22:57  message privé !
avatar

Plus ambient dans mon lointain souvenir ; moins technoïde

Neocreed › mercredi 2 mai 2012 - 21:50  message privé !

Le n°2, il est aussi bien ?

varg › lundi 14 décembre 2009 - 21:50  message privé !

une oeuvre passionnante.