Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMad Love › White with Foam

Mad Love › White with Foam

cd | 12 titres | 54:52 min

  • 1 Rats with wings [3:38]
  • 2 Thread [3:12]
  • 3 Absence & noise [3:54]
  • 4 Dirty [4:38]
  • 5 In love (in theory) [5:38]
  • 6 As sad as it was beautiful [3:38]
  • 7 Broke [4:30]
  • 8 Left with nothing [4:48]
  • 9 Knowing [4:17]
  • 10 The mute number [5:36]
  • 11 The art of denial [5:11]
  • 12 All the nerve endings [5:52]

enregistrement

Studio G., Brooklyn, États-Unis, 2009

line up

Trevor Dunn (basse, claviers, chant), Ches Smith (batterie, vibraphone), Sunny Kim (chant), Hilmar Jensson (guitare), Shelley Burgon (harpe), Marika Hughes (violoncelle), Mazz Swift (violon), Jessica Troy (violon)

chronique

Styles
pop
rock

Déjà plus de cent parutions pour le label de Mike Patton mais celle dont je vais vous parler a de quoi nous ouvrir l’appétit. Jugez plutôt : Mad Love n'est ni plus ni moins que le premier groupe à orientation ouvertement rock mis sur pied par Trevor Dunn, bassiste émerite des regrettés Mr.Bungle, qui depuis le split ne s'était fait entendre que dans des formations aux accointances jazz. En soi, c'est donc déjà un évènement en soi. Leur premier album, "White with Foam", n’éprouve aucuns scrupules à développer des chansons qui, en surface, s’avèrent parfaitement accessibles pour le commun des mortels, alternant mélodies mémorables et accords aux notes contrariées, faisant des allées et venues entre le convenu et l’inconvenant avec une liberté de ton et un enthousiasme qui respire la maîtrise. L’élément trouble, dans le bon sens du terme, est peut-être le vibraphone qui accompagne la sainte trinité basse/batterie/guitare. À moins qu’il ne s’agisse du chant de Sunny Kim, à situer quelque part entre celui de Chrissie Hynde (Pretenders), Shirley Manson (Garbage) et Kazu Makino (Blonde Redhead) ? Ceux qui s'attendent à du Bungle bis seront inévitablement déçus, mais s'ils ont l'esprit ouvert, ce dont je ne doute pas un seul instant, ils pourront savourer à leur guise un album corsé au caractère déjà bien affirmé et qui ne manque pas de charme. Lourd d'un passé glorieux, après ses errances post modernes qui l'avaient mis tout doucement à l'écart du grand public, Dunn s'ouvre une troisième voie qui devrait pouvoir au moins satisfaire les amateurs de Tomahawk.

note       Publiée le samedi 12 décembre 2009

partagez 'White with Foam' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "White with Foam"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "White with Foam".

ajoutez une note sur : "White with Foam"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "White with Foam".

ajoutez un commentaire sur : "White with Foam"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "White with Foam".

(N°6) › dimanche 25 juin 2017 - 12:00  message privé !
avatar

Des musiciens compliqués qui font de la musique "simple", parfois ça marche. On sent la Bungle's touch de Dunn là-dedans. Ca fait toujours très plaisir de le ressortir, comme une gorgée bien fraîche et un peu porteuse de nostalgie par la bande. "The Art of Denial" est fabuleuse.

saïmone › jeudi 17 décembre 2009 - 13:02  message privé !
avatar

Imbuvable...

dariev stands › lundi 14 décembre 2009 - 12:39  message privé !
avatar

Trevor Dunn là ou on ne l'attendait pas ! avec une chanteuse Coréenne... Pas eu le temps de suffisamment écouter encore, mais ça a l'air pas mal... c'est un peu le Peeping Tom du père Trevor, toutes proportions gardées...