Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAmin › Sadhana

Amin › Sadhana

  • 2008 • SinSyn SinSyn 200702 • 1 CD

cd • 6 titres • 65:05 min

  • 11 Buddha Calls 17:07
  • 22 Tuvan Dreams 7:58
  • 33 Reunion 10:06
  • 44 Mandala 3:19
  • 55 Evening Meditation 19:33
  • 66 Growing to Maria 5:50

enregistrement

Enregistré et masterisé au Sin-Syn studio Antwerp, Belgique 2008

line up

Danny Budts: Synthétiseurs et claviers

remarques

Pour en savoir plus sur Syndromeda et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://syndromeda.be/

chronique

Danny Budts délaisse momentanément les sentiers de la MÉ de style Berlin School, avec Syndromeda, pour embrasser les arabiques effluves d’une musique aux ambiances ethniques, tantôt sauvages et tantôt sensuelle avec Sadhana, un autre projet musical indépendant de l’approche musicale de Synfromeda. Amin est un superbe album. Mielleux et d’une douceur romanesque, il épouse les rythmes tribaux des peuples berbères avec une approche sensuelle étonnante.
De lourds voiles synthétisés flottent avec pesanteur en ouverture de Buddha Calls. Un lent mouvement synthétisé d’une solennité subjuguante, percé de fins arpèges aux frappes hésitantes. Une belle intro aromatisée d’un superbe mellotron, qui épouse les mêmes structures ondoyantes que le synthé, appuyé de cymbales religieuses qui flottent dans une ambiance céleste. Le morceau s’anime vers la 8ième minute avec des percussions tribales de style bongos, moulant une étrange danse égyptienne, mais continuant surtout l’envoûtement éthéré dont dégage inlassablement Buddha Calls; une superbe ode musicale où la relaxation rencontre une beauté musicale inattendue. Deux coups de cymbales tibétaines ouvrent les sentes de l’étrange Tuvan Dreams. Une longue tirade lugubre et grondante, comme une lamentation de bourdon géant, émerge avec une sordide approche résonnante. Un monde de réverbérations à la Steve Roach, mais plus gras, plus lourd, qui sort des limbes avec un exotique accordéon qui moule une cadence arabique que des percussions tablas n’hésitent pas à enflammer, tout comme sur Mandala d’ailleurs, faisant de Tuvan Dreams une étrange danse lascive qui cogite entre les affres de drones hyper lourds et les harmonies d’une musique entraînante aux sonorités limpides.
Ce contraste des formes sonores devient plus prononcé sur Reunion où les bourdonnements font opposition à un rythme lent, hypnotique (voire sensuel) sur de belles percussions claniques et un synthé aux souffles discrets (comme le souffle des dunes) et aux harmonies arabiques, sur des incantations d’un monde spirituel que l’on devine Musulman. Un titre qui évolue avec beauté et tendresse, dont les arrangements, tant rythmiques que mélodieux, de Danny Budts sont superbement ciselés. Evening Meditation est le plus long et le plus beau morceau, à mon avis, sur Amin. Un long souffle tranquille mellotronné balaie les plaines et dunes désertiques avec un faible bourdonnement qui moule une douce oscillation, épousée par un synthé discret mais fort efficace. Un beau titre où l’ambiant toise la fragilité d’une spiritualité berbère. Growing to Maria conclut avec une approche plus occidentale, plus New Age avec un superbe piano sensible et mélodieux, parfumé d’arrangements orchestraux dans le ton et de chœurs poignants aux vocalises très hautes. Un Ave Maria à la Vangelis qui termine divinement un album étonnant de douceurs et de charmes spirituels du Moyen Orient.

note       Publiée le vendredi 30 octobre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sadhana".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sadhana".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sadhana".