Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDoubting Thomas › The Infidel

Doubting Thomas › The Infidel

cd • 13 titres

  • 1Clocks 4:21
  • 2The Moodswing 5:57
  • 3Father Don't Cry 5:15
  • 4F862 5:54
  • 5Yowtch 3:37
  • 6Hiding 4:36
  • 7Nagual Tone 4:01
  • 8The Run 5:06
  • 9Saved 3:53
  • 10I.D.L. 4:27
  • 11Whitewax 4:13
  • 12Theme From Pressurehead 4:06
  • 13Come In Piece 4:00

enregistrement

1987-1990

line up

Cevin Key, David Ogilvie, D.R. Goettel

remarques

La "Special Edition 20 Year Anniversary" sorti en 2007 comprend aussi le maxi 'Father Don't Cry' + bonus

chronique

Doubting Thomas est à Skinny Puppy ce que Delerium ou Intermix sont à Front Line Assembly : un versant plus atmosphérique et versatile. Il a vu le jour au milieu des instumentaux considérés comme trop calmes pour Skinny Puppy puis a été complété par divers samples qui font office de voix : un plaisir donc pour qui voudrait conserver cet univers tout en prenant une pause sur la voix de Nivek Ogre. Le résultat, très cinématographique, est un régal pour les yeux et les oreilles : les paysages électroniques n'ont pas pris une ride, soigneusement conservés dans une production compacte et légèrement floue ; on se surprend à rêver comme on pourrait le faire sur les vieux The Orb (ce même feeling intemporel, comme si ces sons avaient toujours existé quelque part en retrait du monde) ou les instrumentaux de Coil, avec toutefois un intense foisonnement dans les structures et les rythmiques qui peut laisser pantois quand on voit l'âge de l'opus. Seul 'I.D.L.' se voit accompagné d'une chanteuse soul, pour un résultat qui n'est pas sans rappeler les essais plus downtempo d'Infected Mushroom avec Michele Adamson. Chaque titre se vit et se ressent comme un décor pour un film intérieur ; c'est dans les sphères electro-ambient que l'on retrouvera ces mêmes appétits pour les percussions orientales hybridées d'électronique alors très en vogue : nappes et cordes synthétiques (qui a dit In The Nursery ?), dramaturgie scénaristique jusqu'aux titres – 'Hiding', 'The Run' – et constructions évolutives empêchant de décrocher de la scène qui se déroule sous nos yeux, comme sur le quasi-scrypté 'F862'). C'est un peu le Skinny Puppy dont vous êtes le héros, un karaoké mental et visuel pour laisser tribune libre à sa propre imagination. La durée de vie de chaque titre semble sans fin tant leur richesse et leur profondeur ne se laissent pas apprivoiser facilement : il faudra une dizaine d'écoutes pour commencer à discerner les nuances, puis autant pour se les approprier – mais ensuite, quel bonheur ! Une dérive sans fin, allant du plus calme des rêves aux dérapages vers des contrées sinistres quasiment gothiques ('Whitewax'). Les samples de voix, discrets mais percutants – “Die, motherfuckers !!” - donnent une saveur supplémentaire en proposant des indices de narration quand ils ne sont pas simplement utilisés pour leur beauté plasique. Vous êtes comme cette poupée qui semble jouer dans un tunnel de déchets : démiurge de votre propre histoire dans un univers foisonnant et chaotique.

note       Publiée le samedi 24 octobre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Infidel".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Infidel".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Infidel".

E. Jumbo › samedi 30 janvier 2010 - 14:41 Envoyez un message privé àE. Jumbo

Finalement écouté, et c'est vraiment très sympa. Moins torturé et plus calme que Skinny Puppy, pour des ambiances tout de même cyberpunk relativement sombres... Je sens bien, en effet, une grande durée de vie dans ces titres assez foisonnants et toujours modernes. Et étonnamment l'absence d'Ogre ne se fait pas vraiment sentir... :P

Note donnée au disque :       
grinningFace › lundi 9 novembre 2009 - 20:31 Envoyez un message privé àgrinningFace

Très, très bonne découverte, merci Wotzy !!!! Moins chaotique que les deux premiers Download (très bons au demeurant), moins électro que les suivants (et "Fixer" est fabuleux dans le genre, quelqu'un connait le petit dernier de Download : "Helicopter" ?), je retrouve l'aspect collage, le mélange "chaos sur nappes atmosphériques" que j'apprécie dans les sides projects de Cevin Key (et Dwayne Goettel). Je plussois totalement la comparaison avec certains instrumentaux de Coil et l'aspect cinématographique de l'album.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › samedi 24 octobre 2009 - 22:14 Envoyez un message privé àE. Jumbo

Eh ben, encore un side-project de Skinny Puppy que je ne connaissais pas, décidément ! Tout ça m'a l'air bien intéressant, j'ai écouté "Father Don't Cry" qui est plutôt cool, les artworks sont excellents...

Par contre : "un plaisir donc pour qui voudrait conserver cet univers tout en prenant une pause sur la voix de Nivek Ogre"... mais qui pourrait en avoir envie ?? ^^

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › samedi 24 octobre 2009 - 12:58 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

personnellement je trouve dommage de toujours chercher Skinny Puppy dans leurs nombreux side-projects (je dis cela parce nombreux sont ceux qui cherchent en Download ou DT ce qu'ils peuvent grapiller de SP tout en passant totalement à côté de leurs raisons d'être respective) ; je trouve qu'ils sont justement là pour les aborder d'une autre manière, plus rêveuse peut-être... retente à la lumière d'autres groupes, d'autres approches , mais je crois sincèrement qu'il faut lui redonner de nombreuses chances car il est dur à saisir d'un tenant. Pour ma part, c'est grâce à ces side-projects que j'ai pu saisir SP dans son intégralité, comme quoi, les approches... =)

Note donnée au disque :       
Shelleyan › samedi 24 octobre 2009 - 12:53 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Bien que fan de l'écurie Skinny, j'avais été très déçu par ce disque qui se présentait un peu trop comme une bouillie de collages de samples, sons et autres...Du coup, le disque sonnait vraiment long, voir indigeste. Peut-être en attendais-je autre chose ? Ca n'a pas passé en tous cas et aujourd'hui que j'écoute moins d'electro, je pense que ce serait plus dur encore