Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsychonauts › Alchemy

Psychonauts › Alchemy

8 titres - 41:09 min

  • 1/ Forbidden Planet (3:08)
  • 2/ Molybdenum (6:45)
  • 3/ Hospital Waste (1:00)
  • 4/ Acrylic Area (6:46)
  • 5/ Where's Palmer (1:33)
  • 6/ Xerophytic (6:43)
  • 7/ Trauma Theme (8:00)
  • 8/ Foetus (7:10)

line up

Cedric Stevens Alias Acid Kirk

remarques

chronique

Styles
ambient
electro
electronica
noise
Styles personnels
illbient > « psychotropic landscapes »

Re-Load Ambient… Un label belge minuscule, qui n’a existé que de 95 à 97, bâti sur les braises ardentes du mouvement new beat, qui avait fait plonger le Benelux la tête la première dans la techno et l’acid house, qui contaminait tout à l’époque. Le but de Re-Load Ambient était d’héberger les artistes qui ne rentraient pas dans les cases, qui voulaient faire non seulement de l’ambient (musique encore marginale à l’époque), mais de l’ambient sombre et expérimental, encore ! Le terme Illbient n’ayant pas encore été inventé et breveté par DJ Spooky (on en reparlera tantôt, de lui), l’instigateur de ce grand saut dans l’inconnu qu’est Alchemy parlait alors de « paysages psychotropes ». Cedric Stevens alias Acid Kirk, également connu sous le nom de The Syncopated Elevators Legacy, était l’unique homme derrière le projet Psychonauts. Un drôle de zèbre, qui fera peu parler de lui par la suite, et à qui revenait l’honneur de fournir la toute première sortie du label ! Le choc, à l’époque, à du être conséquent. Ni Richard D. James ni Aaron Funk n’étaient encore passés par là pour nous habituer à la perte de repère totale. Forbidden Planet est une entrée en matière mémorable, se concluant sur une voix s’échappant du haut-parleur d’un vaisseau spatial, avant de nous lancer dans une capsule de secours à toute vitesse, slalomant dans une ceinture d’astéroïdes, sur Molybdenum… La suite c’est de l’apnée, ni plus ni moins. Le psychonaute, c’est nous, et Acid Kirk nous avale tout rond pour mieux nous nicher la tête dans le chaudron de ses névroses et nécroses, et en bon explorateurs des tumeurs intérieures que nous sommes, on accepte. Après un interlude cauchemardesque (Where’s Palmer, brrrr…), on se retrouve à patauger dans un marais acide et pestilentiel (Xerophytic), harcelé par des nuées de moustiques cuivrés, avant de toucher du doigt le noyau de toute cette violence sourde, le catalyseur, la reine mère, la matrice… bref, Trauma Theme. D’aucuns sursauteront quand le beat explose au début du morceau, où exploiteront tout le potentiel caché de ce disque en l’écoutant au casque lors d’un après midi pluvieux, errant sur quelque terrain vague ou zone en friche… Les premières écoutes sont éprouvantes. Problème : les suivantes le sont aussi, mais pas pour les mêmes raisons ! Si l’on est impressionné au premier abord, l’ennui prend malheureusement progressivement le pas face au manque de renouvellement des structures, qui tombent un peu à plat sur Fœtus, le dernier morceau, par exemple. 7 minutes d’ambient sépulcral où il ne se passe pas grand-chose, et qui auraient vraiment gagné à être placées en ouverture, histoire de préparer un peu l’auditeur au voyage… Un album aux contours très flous, qui peut se révéler très puissant une fois mis sur les bonnes images.

note       Publiée le mardi 10 mars 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Alchemy".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Alchemy".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Alchemy".

merci pour le fusil... › dimanche 15 juillet 2012 - 15:30 Envoyez un message privé àmerci pour le fusil...

Trop court, ça nuit à l'immersion.

Note donnée au disque :       
mangetout › mercredi 11 mars 2009 - 03:07 Envoyez un message privé àmangetout

"...l’ambient (musique encore marginale à l’époque)" la série des "ambient" de Brian Eno date de la fin des années 70 / débuts années 80 ("On land" est sorti en 1982) et on ne peut pas dire que ce fut marginal mais influença plutôt ouvertement tous les bricolages électroniques des décennies qui suivirent, certains même plagiant sans le savoir ce que l'anglais avait défriché bien avant ! Après je ne connais pas ce disque et ne passait là que pour relever bêtement une phrase donc je m'en retourne sur la pointe des pieds (l'air un peu gêné)...

born to gulo › mercredi 11 mars 2009 - 00:04 Envoyez un message privé àborn to gulo

c'est vrai quoi, c'est quoi cette bouteille de lait ? heureux de savoir que je suis pas le seul à sursauter - à chaque fois, pour ma part

Note donnée au disque :       
dariev stands › mardi 10 mars 2009 - 19:23 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

chut, steuplait.

Wotzenknecht › mardi 10 mars 2009 - 19:18 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

c'est quoi cette note, cousin

Note donnée au disque :