Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKayo Dot › Blue Lambency Downward

Kayo Dot › Blue Lambency Downward

7 titres - 43:21 min

  • 1/ Blue lambency downward (9:59)
  • 2/ Clelia walking (5:29)
  • 3/ Right hand is the one i want (6:53)
  • 4/ The sow submits (4:02)
  • 5/ The awkward wind wheel (3:29)
  • 6/ The useless ladder (2:40)
  • 7/ Symmetrical Arizona (10:49)

enregistrement

États-Unis, juillet - novembre 2007

line up

Dave Abramson (percussions), Toby Driver (chant, guitares, piano, orgue, synthétiseur, percussions, clarinette), Randall Dunn (effets), Skerik (saxophones ténor et baryton, vibraphone), Hans Teuber (flûte, clarinette, saxophone alto), Charlie Zeleny (batterie), Mia Matsumiya (violon, voix, orgue, synthétiseur)

remarques

http://www.kayodot.net/

chronique

Styles
ovni inclassable
progressif
Styles personnels
kayo dot

Écrire au sujet de Kayo Dot, c'est à coup sûr se péter les dents sur une chronique douloureuse à rédiger. Les illustres Saïmone et Progmonster s'y sont risqués avec talent, mais si j'y vais de ma modeste contribution, c'est parce que tout simplement j'ai moi aussi été soufflé par la prestation que nous livre le groupe de Toby Driver sur ce plus Lynchéen que jamais "Blue Lambency Downward". Me plaindre de n'avoir pas su trouver les mots justes pour vous décrire ce nouvel album eut été indécent alors que le travail abattu ici est des plus conséquents et aura nécéssité bien plus d'efforts. Je devrais donc, pour bien faire, devenir aussi abstrait que la musique qu'il propose. Je devrais pouvoir chasser tous les repères existants et faire une phrase, une seule phrase, longue et belle, où les mots s'enchaîneraient avec une musicalité étudiée. Mais je devrais faire fi du sens. Je devrais aussi avoir la capacité de saisir la beauté quand elle se présente, même dans les choses en apparence les plus repoussantes. Dire que "Blue Lambency Downward" est un disque mystérieux, c'est un doux euphémisme. S'éloignant de plus en plus des rivages métalliques pour se perdre dans les méandres de l'expérimentation pure, Toby Driver prouve une fois encore que c'est dans la suggestion qu'il excelle. C'est un esthète, pas un bâtisseur. Le tableau fini et figé dans sa peinture a généralement moins de force que le croquis à main levé. C'est ce qui distingue fondamentalement Driver de la plupart de ses congénères. La peur au ventre, c'est engourdi que l'on découvre ce disque, forçant le passage de cet épais mur de brume qui s'érige tout autour de nous. Vibraphone, claviers, saxophones et percussions ponctuent notre progression comme les échos perdus de personnes disparues dans les dédales sans fin de ce labyrinthe digne de Maurits Cornelis Escher. Seules, les trois minutes trente de "The Awkward Wind Wheel" viendront nous extraire de notre torpeur. Un parcours de l'épouvante, moins chaotique qu'il n'y paraît. Il y a quelque chose de l'ordre de l'indéfinissable désespoir d'une âme damnée dans chaque seconde de ce disque. Quelque chose de sombre et expérimental. Indubitablement.

note       Publiée le dimanche 10 août 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Blue Lambency Downward".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blue Lambency Downward".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blue Lambency Downward".

torquemada › vendredi 7 août 2015 - 17:05  message privé !

Vraiment dur de rester éveillé en l'écoutant, celui-là !

Note donnée au disque :       
Nerval › vendredi 8 juillet 2011 - 10:57  message privé !

ZZZZZzzzzzz. C'est un peu la seul chose que je ressens à l'écoute de cette album. Ce groupe c'est donc juste un pétard mouillé. Choirs Of The Eye est génial, mais le reste c'est quand même bien merdique/prétentieux/ennuyeux.

necromoonutopia666 › dimanche 8 novembre 2009 - 21:38  message privé !

Ca m'a parrut très torturé à la première écoute, maintenant je pense presque( dans mon infinie irrévérence) à un mercury rev sans valium et avec des brulures d'estomac. Mega chouette

Note donnée au disque :       
Spektr › vendredi 2 octobre 2009 - 21:09  message privé !

Voici que Kayo Dot prend la grosse tête, après deux opus tout aussi merveilleux l'un que l'autre, le groupe se repose sur ses lauriers et nous livre une sorte d'album prétentieux qui se suffit à lui-même, Toby Driver la joue un peu snobinard, il ne cherche pas à surprendre, ni même à composer, il se complait dans sa petite recette toute faite qu'il s'est bâtie lors des précédents albums, et c'est bien dommage ! Comme certains commentaires antécédents, je rejoins le fait que cet album est froid et formaté, on ne saurait dire pourquoi il est sorti d'ailleurs, puisque ce n'est sûrement pas pour apporter quelque chose de nouveau.

Note donnée au disque :       
empreznor › vendredi 11 septembre 2009 - 17:50  message privé !

allo les RG, j'ai mon voisin du dessus pas franchement louche mais tres susceptible d'etre clandestin. Et encore pire derriere le mur de ma chambre: cédénazi ils écoutent NON et der bloutarche au moins une fois par semaine. Faites quelque chose.