Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIsole › Bliss of solitude

Isole › Bliss of solitude

7 titres - 57:41 min

  • 1/ By blood
  • 2/ Imprisoned in sorrow
  • 3/ From clouded sky
  • 4/ Bliss of solitude
  • 5/ Aska
  • 6/ Dying
  • 7/ Shadowstone

enregistrement

Studio Apocalypse, juin - septembre 2007.

line up

Daniel Bryntse (guitare, chant), Henrik Lindenmo (basse, cris), Crister Olsson (guitare, chant), Jonas Lindström (batterie)

chronique

Styles
heavy metal
metal extrême
doom metal
metal
Styles personnels
heavy/doom metal

Difficile cap du troisième album, pour beaucoup il s'agit de l'album de la confirmation, celui où un groupe doit prouver qu'ils ne sont pas un coup d'éclat mais que leur musique possède une réelle intention, relevant d'une réelle créativité. Isole avait déjà marqué son petit monde avec ses deux premiers albums forts remarqués dans le milieu doom. Mais allaient-ils donc pouvoir continuer à conserver cette qualité avec ce troisième album, notamment dans ce genre heavy/doom si casse-gueule. La signature sur Napalm records, la pochette d'une laideur à vomir ne m'ont pas laissé très enthousiaste, et puis.. Bah je l'ai écouté. Et argh, autant tuer le suspens, le contrat est rempli. "Bliss of solitude" c'est l'album "plus". Plus extrême peut-être, plus direct ("By blood" est un putain de hit), mais toujours aussi fin, aussi bien arrangé ("Bliss of solitude"). Isole joue ici avec les ambiances avec une dextérité qui laisse pantois. Tantôt on est accablé de mélancolie, tantôt on lève le poing haut et fort sur ces choeurs prenants, tantôt on dodeline la tête mollement sur certains riffs ("Imprisoned in sorrow"), mais quasiment toujours on est bercé par cette atmosphère de spleen qui s'en dégage. Les quelques défauts retrouvés sur "Throne of void" sont ici toujours un peu présents, mais la qualité d'ensemble permet de mieux les oublier. Les coups d'éclats sont toujours nombreux, et le coeur en prend un coup ("From clouded sky" est magnifique, pas d'autres mots, "Dying" dont le final m'oblige à m'arrêter dans la rue tant elle me prend aux tripes) tant ils sont inspirés. Le travail vocal est ici impressionnant, irréprochable, sombre, touchant, parfois à deux voix, parfois tout en choeur, d'autres étrangement seul, c'est cette voix qui porte le disque et transcende le travail d'harmonie de guitare déjà conséquent. Soyons clair, sur ce plan, les progrès sont indéniables. On pourra également relever l'apparition de quelques solos, plutôt opportuns, "à la Isole" (ils évitent le cliché heavy classique), ainsi que de quelques voix death, bienheureusement discrètes car pas franchement indispensables. Pour le reste, le groupe avance, doucement mais sûrement et s'impose clairement désormais avec ce troisième album comme un incontournable du style. Un tel travail sur les compos et sur les atmosphères ne peut que payer. Bon sang, une montée comme celle apparaissant à la moitié de "Bliss of solitude", c'est irrésisitible : mélodies à trois guitares chiadées, choeurs prenants, désespérées, batterie qui martèle, tout est là pour gonfler les cages thoraciques sans jamais oublier la lourdeur caractéristique du style... Très curieux désormais de voir ce que cela peut donner sur scène. Pour le reste, voilà un disque qui mérite tout à fait qu'on s'intéresse à lui, pour peu qu'on ne l'ait pas déjà...

note       Publiée le mardi 29 juillet 2008

partagez 'Bliss of solitude' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Bliss of solitude"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Bliss of solitude".

ajoutez une note sur : "Bliss of solitude"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bliss of solitude".

ajoutez un commentaire sur : "Bliss of solitude"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bliss of solitude".

Richter › dimanche 4 mars 2012 - 11:43  message privé !

Je ne connais pas les autres albums d'Isole, ni ceux d'avant encore moins ceux d'après mais celui-ci est vraiment bon. Mélancolique, puissant et Daniel a vraiment une excellente voix. On sent bien l'influence qu'a pu avoir des groupes comme Candlemass ou Solitude Aeturnus mais ça ne se limite pas à pomper les maîtres du genre.

Note donnée au disque :       
pokemonslaughter › mercredi 30 juillet 2008 - 19:57  message privé !
avatar
ah ouais j'ai écouté ce truc, ça sonnait vachement Bathory. Faudrait que je me choppe ça moi tiens.
toxine › mercredi 30 juillet 2008 - 19:23  message privé !
ah aAah que voilà de la précision intéressante! Je viens (de ce pas) de recevoir le Ereb Altor, je l'écouterai donc en connaissance de cause...
Note donnée au disque :       
nostromo › mercredi 30 juillet 2008 - 18:17  message privé !
C'est presque totalement convaincant. Il m'a fallut du temps avant de le cerner de me laisser toucher; les précédents sont plus accèssibles, plus linéaires, peut-être. Personnellement, je continue à adorer Forevermore. A noter que le chanteur (vraiment la force du groupe) officie dans un truc vaguement doomesque: Ereb Altor, faut que je creuse...
toxine › mardi 29 juillet 2008 - 19:32  message privé !
4,5 boules jaunes pour ma part. Je le trouve pas super inspiré ; ils devraient peut-êrtre ralentir leur rythme de production, mais je trouve que ça baisse en qualité, même si ça reste très bon, hein. (j'espère que je serai pas le dernier commentaire, comment donner envie aux gens de l'écouter quand même, après ça?)
Note donnée au disque :