Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLokurah › When The End Comes

Lokurah › When The End Comes

12 titres - 40:34 min

  • 1/ My Own Death
  • 2/ Salvation
  • 3/ When The End Comes
  • 4/ Cadaver 9
  • 5/ Rotten Core
  • 6/ The Right Hand of Chaos
  • 7/ The Ripper
  • 8/ The Only Way...
  • 9/ Face Tomorrow
  • 10/ Guilty
  • 11/ Crash
  • 12/ Core Throat

enregistrement

Enregistré et mixé au ConKrete Studios.

line up

PJ (guitare, chant), DiE (batterie), Natha (chant), Jiu (basse)

remarques

chronique

Styles
hardcore
metalcore
Styles personnels
thrashcore sans édulcorants

C'est pas souvent que "thrashcore" signifie vraiment quelque chose. Sachons en profiter. Mais si, vous savez bien, les mêmes boucles rythmiques toutes lentes et carrées sur des vieux palm mute à la Meshuggah et un chant à la Converge. Et bien là que dalle. Enfin pas tout le temps, c'est bien dosé. Dosé, en voilà un mot qui convient bien d'ailleurs.
Lourd sans être chiant, dynamique et pêchu, varié sans perdre en cohérence, When The End Comes est assurément agréable à écouter. Tout droit sorti du studio d'Inside Conflict (miam miam) pour ce premier disque (avec l'ex-bassiste de No Return), Lokurah houspille nos sensibles oreilles avec une grosse compression des grattes et une batterie plastifiée déroutante de prime abord. Les influences sont pour une fois sympathiquement assimilées, ce qui induit un riffing hardcore traditionnel pour la base des morceaux, avec peu de clichés de dissonances, qui sert de catapulte à nombre de motifs thrashy, voire à l'occasion carrément death (comme sur "The Ripper" ou le tubesque "Cadaver 9" avec son délicieux refrain). Preuve que ce n'est pas le fruit du hasard, le batteur n'hésite pas à faire péter les plans sèchement rythmiques, et d'une manière générale passe lui aussi toutes les influences au crible, que ce soient les mid-tempo à la Machine Head, les accélération à la Slayer, ou à l'occasion un ou deux blasts bien sentis. Même les chanteurs font des efforts, et si les intonations restent 100% hardcore, le couple guttural/classique fonctionne très bien. Pourtant, l'éternel problème revient de vacances: les compos ne sont pas assez originales, il y a une certaine patte et quelques passages énormes, mais pas vraiment de révolution ni de tabassage inédit qui mettrait tout le monde d'accord. Enfin bon, cela n'enlève rien aux qualités de When The End Comes et surtout au potentiel du groupe. 4,5.

note       Publiée le samedi 17 mai 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "When The End Comes".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "When The End Comes".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "When The End Comes".

Painkiller › samedi 17 mai 2008 - 17:45  message privé !
Le meilleur groupe de thrashcore est déjà sur guts, j'ai nommé Municipal Waste.