Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDelicatessen › Skin Touching Water

Delicatessen › Skin Touching Water

16 titres - 56:23 min

  • 1/ I'm Just Alive - 2/ C.F.Kane - 3/ Zebra/Monkey/Liar - 4/ Red, Blue & Green - 5/ Watercress - 6/ Classic Adventure - 7/ Appeased - 8/ Chomsky - 9/ You Cut My Throat, I'll Cut Yours - 10/ Sick Of Flying Saucers - 11/ Smiling You're Stupid - 12/ Inviting Both Sisters To Dinner - 13/ Advice - 14/ Love's Liquid - 15/ Froth - 16/ If She Was Anybody Else

line up

Neil Carlill (chant, guitare acoustique, orgue, piano, guitare électrique), Pete Capewell (basse), Stuart Dayman (batterie), Craig Brown (guitares, flûte)

remarques

chronique

Merde… d’où il sort ce machin ? Un rock alternatif-bidule que j’ai l’impression d’avoir entendu plein de fois mais bondiou, j’arrive pas à mettre de noms dessus. Bon, en fait si, en se forçant un peu : l’influence du Velvet et des Pixies est quand même vachement palpable, dans les incartades noisy ou dans les passages plus folk, mais l’interprétation confine au singulier, au personnel, jusqu’à l’autisme : guitares capricieuses se réclamant autant du country que de Sonic Youth, petites dissonances coquines puis longues percées d’harmonies langoureuses. On nage entre la pop anglaise et les expérimentations à l’américaine, entre le charme british et la classe new-yorkaise. Disons-le d’emblée : l’ambiance est à l’étrangeté. Une étrangeté spontanée, pas le genre étrange pour dire qu’on l’est, mais mystérieuse, perverse juste ce qu’il faut, totalement ambiguë. Le chanteur est à l’image de cette ambiguïté – mais à double tranchant : adorable quand il rappelle David Thomas en montant dans des aigus indécents (les dernières secondes de "C.F. Kane") – voire carrément un copycat meilleur que l’original de Franck Black ("Chomsky"), et foncièrement chiant quand il évoque Bill Corgan (nan mais quelle horreur que ce genre de voix de ouin-ouin nasillard, n’est-ce pas ?) Malgré ce défaut, l’album offre de belles surprises… Des titres vraiment possédés ("You Cut My Throat, I’ll Cut Yours", entre Morrissey et… et quoi ?), un gros tube bien accrocheur et fatal ("I’m Just Alive" avec son orgue sixties calamiteux), des moments d’évasion blues comme cette valse molle nommée "If She Was Anybody Else" ou la ballade "Red, Blue and Green" très Tindersticks dans son approche indolente et classieuse, des climax électriques et soniques de barrage en couille ("Zebra/Monkey/Liar"), une courte berceuse au piano ("Advice"), des perles noires aussi ("Classic Adventure"), émaillées de mélodies doucereuses et abstraites à la guitare sèche, de sons psychédéliques, d'échos inconfortables… autant de morceaux déconcertants d’abord, soûlants ensuite, puis envoûtants et prenants, qu’on sirote avec délectation. Vaguement tordu, volontiers tortueux, un brin malade, ce Skin Touching Water se révèle tout simplement fascinant, mais toujours en demi-teinte, ambigu (je me répète ? dis-le si je me répète), façon semi-smiley, façon grincements de dents entre deux chansons douces, le genre d’album qu’on aborde avec la moue, mais qu’on trouve rapidement hors-normes : "ah, encore un truc de rock indé gentil et mou du gland, mais putain… c’est quand même louche. Les mecs on planqué une charogne derrière l’ampli avant de se renifler leur flacon d’éther ? Oh, mais… oooh… mmmmh". Exprimer ce qu'on ressent à l'écoute d'un album comme celui-ci n'est pas chose facile. Le résumé ? J’en ai un qui pourrait en dire plus long que bien des métaphores : je n’ai jamais été fan des Pixies, je déteste les Smashing Pumpkins, et pourtant j’aime cet album qui leur ressemble souvent comme deux gouttes d’eau. C’est bizarre la vie, quand même…

note       Publiée le jeudi 10 avril 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Skin Touching Water".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Skin Touching Water".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Skin Touching Water".

caféclope › lundi 28 juillet 2008 - 16:18  message privé !
Ah que je rêve de découvrir des artistes inconnus de cette trampe!Cet album est un pur chef d'oeuvre!18 tueries qui s'enchaînent!émotion esthétique! Quelle chronique navrante qui ne peut décrire l'album sans le comparer à une pléiade d'artistes(très bons par ailleurs).Ne vous y fiez pas,faîtes-vous votre avis.Je profite de ce déterrage d'artiste pour lancer un appel:DECOUVREZ DELICATESSEN,un album ultra moderne. Si des fans passent,faites-moi plaisir,dites-moi ce que vous écoutez que je découvre des groupes de cette envergure.
Dun23 › jeudi 10 avril 2008 - 13:29  message privé !

"et foncièrement chiant quand il évoque Bill Corgan (nan mais quelle horreur que ce genre de voix de ouin-ouin nasillard, n’est-ce pas ?)" Dans mes bras!