Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › The Old Dead Tree, Paris, Backstage by the Mill, 4 mars 2017

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Monolithe, The Old Dead Tree

The Old Dead Tree, Paris, Backstage by the Mill, 4 mars 2017

par Nicko › dimanche 12 mars 2017


Style(s) : metal / metal extrême / rock / gothic metal / heavy metal / metal atmosphérique / death metal / doom metal / hard rock

Ce soir, on a droit à une soirée particulière dans la salle du bar O'Sullivan à Pigalle, à côté de la Machine du Moulin Rouge - anciennement la mythique Locomotive. On a droit au tout premier concert parisien du groupe culte de funeral doom, Monolithe, et en tête d'affiche un énigmatique groupe initialement nommé We Cry As One. Clairement, en ce qui me concerne, je suis venu pour le groupe de funeral doom. Monolithe, c'est un groupe parisien un peu jusqu'au-boutiste qui trace sa route depuis une quinzaine d'années et qui proposaient des albums à l'origine composés d'un unique morceau de 52 minutes, avant de faire évoluer ce concept sur leurs dernières productions. Je trouvais ce concept tellement ultime à l'époque que je me demandais ce qu'un tel groupe pouvait donner sur scène. Ils auront mis du temps pour monter sur scène, leur premier concert ne datant que de mars 2016, et je n'attendais que l'opportunité d'enfin pouvoir les voir. Autant dire que ce concert, je l'aurais attendu avec impatience !

affiche concert

Tout commence avec un premier groupe, Lumberjacks, porté sur le rock n' roll pur et dur et le heavy metal avec des réminiscences du Black Sabbath classique mais en ayant un style plutôt moderne. Le chanteur possède un certain charisme permettantde bien rentrer dans la soirée. Alors certes, je n'ai pas trouvé non plus qu'ils proposaient une musique ultra-prenante, le chanteur n'a pas non plus une très grande puissance dans la voix (en plus ça manquait parfois de justesse), mais au moins il se démenait comme un diable et avait plutôt une très bonne énergie communicative. Disons que ce n'était pas transcendant même si l'envie et l'attitude étaient bien présentes, et pour une première partie, j'ai connu bien pire. J'étais peut-être aussi un peu trop impatient de découvrir la suite.

C'est donc au tour de Monolithe d'investir la scène, le septette, toujours composé du noyau dur Sylvain-Richard-Benoit depuis leurs débuts, est d'entrée assez imposant sur la (petite) scène. C'est parti pour un voyage d'une heure avec au programme des morceaux de leurs deux dernières productions ainsi que des extraits de leurs deux premiers albums. A nouveau ici, le chanteur Richard est particulièrement charismatique. Son chant bien profond et guttural allié aux rythmes extrêmement lents et pachydermiques est envoûtant. La comparaison avec les finlandais de Skepticism est pour moi directe. On connait à l'avance les évolutions, les enchaînements, on les attend, les poncifs du genre sont respectés et tout devient très naturel, on navigue en plein voyage. Richard n'hésite pas non plus à prendre un chant plus clair, dans un style se rapprochant de ce qu'il fait avec Nydvind, sur "The barren depths", issu de leur dernier album, pour un résultat très réussi. Pour moi, Monolithe a toujours été un groupe visuel qu'on suit tout au long de l'écoute, plus encore que n'importe quel autre groupe. Et là, sur scène, j'ai vraiment eu l'impression de voyager avec eux. L'expérience ultime aurait peut-être été d'avoir, comme à leur début, un seul morceau, sans coupures, mais ça, je ne désespère pas de l'avoir un jour ! Mais déjà ce soir, quel bonheur que ce concert à nul autre pareil ! Le rendez-vous est pris pour le Hellfest !

Set-list Monolithe :

  • Intro
  • TMA-0 / TMA-1 (medley/extraits)
  • Synoecist
  • Ecumenopolis
  • Monolithe II (extraits)
  • The Barren Depths
  • Monolithe I (extraits)

Passons maintenant à la tête d'affiche... We Cry As One n'est autre que le retour des français de The Old Dead Tree pour un one-shot afin de fêter dignement les 20 ans de leur formation. Ce groupe, ça me rappelle les concerts underground de Paris il y a une petite vingtaine d'années quand ils jouaient dans des petites salles aux côtés de Celtic Blood, Kristendom, Brainsick, Anthemon et d'autres. Je n'avais jamais été réellement fan de leur musique, mais je les ai vu se développer et l'idée de les revoir en 2017 me réjouissait. Qu'allaient-ils donner après tout ce temps ? Leur style m'a toujours fait penser à Paradise Lost ou Dark Tranquillity, proche du doom/death metal mélodique. Et là, effectivement, je dois avouer que j'ai été surpris et j'ai bien accroché à leur set avec des morceaux très bien écrits. Un peu comme la grande partie du public, les membres du groupe font penser à des quadras plus trop metalleux mais qui prennent un plaisir de fou à jouer les morceaux qu'ils ont écrits 15-20 ans plus tôt. La décontraction est de mise avec notamment un chanteur très sympa qui communique pas mal avec le public dans une ambiance super amicale. Musicalement, on sent bien la maturité. Le groupe a réussi à construire son style et franchement, ce soir, je me suis demandé pourquoi ils n'avaient pas eu plus de succès quand on voit par exemple la réussite de Gojira (de la même génération). Le groupe a su évoluer, notamment en ajoutant quelques touches de rock avec chant clair à son death metal atmospheric et franchement, le résultat est loin d'être ridicule, au contraire, cela ajoute de la diversité et assoit le style personnel de la formation. Le tout est admirablement bien interprété avec l'énergie et la puissance adéquates pour ce style. Pour le coup, en partant du concert, je me suis dit que j'étais peut-être passé à côté de quelque chose avec ce groupe. Et si j'ai bien compris, un DVD ainsi qu'un EP sont en préparation pour cet été. Je prends note... Et si cela pouvait leur donner envie de revenir complètement, je pense qu'on serait plusieurs à être enchantés ! Ce fut en tout cas une excellente soirée !

set-list The Old Dead Tree :

  • Even If
  • We Cry as One
  • It Can't Be!
  • Dive
  • Someone
  • Regarding Kate
  • It's the Same For Everyone
  • Start the Fire
  • Everyday Life
  • 1,2,3,4,5,6,7,8
  • By the Way
  • My Friends
  • The End

rappels :

  • It Can't Be! (deuxième fois)

Mots clés : death metal, atmospheric, concert, funeral doom, heavy/rock, Nicko et Paris

Dernière mise à jour du document : dimanche 12 mars 2017

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre