Vous êtes ici › Les groupes / artistesMThe Mark Dutroux Slideshow › Eight Pieces of Evidence

The Mark Dutroux Slideshow › Eight Pieces of Evidence

cd • 8 titres

  • 1..//Evidence001:..
  • 2..//Evidence002:..
  • 3..//Evidence003:..
  • 4..//Evidence004:..
  • 5..//Evidence005:..
  • 6..//Evidence006:..
  • 7..//Evidence007:..
  • 8..//Evidence008:..

remarques

cdr pro. limité/numéroté à 100 exemplaires.

chronique

Styles
ambient
indus
Styles personnels
noise stridente, glauque et vicieuse

Que ceux qui s’interrogent sur les limites du mauvais goût se penchent sur l’imagerie de ce groupe. Visiblement, tout est bon à prendre quand on tape dans les sonorités les plus extrêmes, d’autant que sous le couvert de la provocation gratuite se cache tout de même un message (littéralement : il y a un insert explicatif dans le boîtier), proche de celui de NON ou Whitehouse : quelque chose de radical et salvateur, nécessairement douloureux passant par l’exhortations des tabous, des morales dans un élan asocial cathartique. D’accord, mais le son me direz-vous ? Pour faire simple, The Mark Dutroux Slideshow est à Whitehouse ce que Whitehouse est à Throbbing Ghristle : une version encore plus noire, jusqu’au-boutiste et tétanisante. Avec cette imagerie, on serait en droit de s’attendre à du power electronics rempli de samples de petites voix d’enfants sur des murs de sons ; il n’en est rien : la violence de TMDS est sourde, basé sur des tensions silence/bruit très propres et maîtrisés. Malgré quelques voix triturées et hachées qui se font parfois entendre, l’oppression est définitivement rendue pure et directe, uniquement grâce aux manipulations de fréquences (souvent très hautes). Le contrôle de l’auditeur est absolu : on se retrouve complètement victime du bourreau, attaché à son siège, attendant le prochain viol auditif en espérant qu’il ne dure que quelques secondes. Incroyablement vicieux, le son nous prend parfois à revers (le presque gentil Evidence 006) pour mieux nous mettre sur le carreau par la suite. Quand le silence (le vrai) reprend place, on se retrouve bel et bien atterré, le nez en sang, et le plus important compte tenu des ignobles inspirations du "Diaporama de Marc Dutroux" : carrément traumatisé.

note       Publiée le mercredi 11 juillet 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Eight Pieces of Evidence".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Eight Pieces of Evidence".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Eight Pieces of Evidence".

Demonaz Vikernes › vendredi 23 avril 2021 - 09:44 Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

J'ai enfin mis la main dessus (je recherche toujours le deuxième), et c'est vraiment excellent. Sur la forme c'est assez brut et pas si original, et pourtant sur l'effet est là, vraiment efficace dans la création d'une ambiance assez intense.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mercredi 10 juin 2009 - 17:48 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

il ose noter avant d'avoir réglé son ardoise ! ordure !

blub › mercredi 10 juin 2009 - 17:47 Envoyez un message privé àblub

bon ben y a rien à faire je suis déçue par ce disque! là où le 2ème album était un p'tit bijoux de Noise/Power-electro façon Whitehouse circa 80/85 avec une trés bonne prod (+ actuelle!), des interludes bien malsains et dérangeants et une chouette polarité avec l'ambient et l'agression pure et dure (qui jouait beaucoup sur l'identité et l'ambiance du skeud), là on se retrouve avec de la Harsh assez banale ponctué de quelques idées peut ou mal exploitées... seul les passages "Wall Noise" s'en sorte bien, la prod est sympa aussi mais dès qu'il part en Noise barré/je-fais-n'imp je trouve ça bien laborieux, certains sons sont ridicules voire marrants (un comble pour ce groupe) ça s'enchaîne mal, limite mauvais trip cartoons bruitiste... a des années lumiéres de la suite (qui en verra une on l'espére maintenant que le gonz à trouvé une identité et un style propre) et à oublier au plus vite!

Note donnée au disque :       
Solvant › jeudi 16 août 2007 - 02:00 Envoyez un message privé àSolvant
Des petites chairs usagées qui crient sous terre...et bien non ! c'est bien plus travaillé qu'un discours de pute-droguée-scarifiée de Whitehouse (même si j'adore la "musique" pornographique de W.). Ce disque est une torture tout-à-fait accessible, ça fait mal certes, mais c'est addictif et surtout, c'est fin, tres fin jusque dans la boue sludge (Khanate ?) de certains passages.
Note donnée au disque :       
taliesin › vendredi 13 juillet 2007 - 12:16 Envoyez un message privé àtaliesin
Je ne connais pas, mais ça me fait indubitablement penser à 'Nicole 12', projet que j'apprécie sur le plan "musical", même si je dois avouer qu'il parvient à me mettre mal à l'aise (et pourtant il m'en faut déjà pas mal !). Je crois que c'est encore plus perturbant quand on est parent. Cela ne m'aurait pas marqué autant avant la naissance de ma fille...