Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMThe Muffins › <185>

The Muffins › <185>

cd | 10 titres | 41:06 min

  • 1 Angle Dance [04:10]
  • 2 Antidode to Drydock [04:57]
  • 3 Zoom Resume [07:13]
  • 4 Horsebones [02:25]
  • 5 Subduction [00:55]
  • 6 Dream Beat [03:32]
  • 7 Under Dali's Wing [03:08]
  • 8 These Castle Children [07:34]
  • 9 Queenside [05:36]
  • 10 Street Dogs [01:13]

enregistrement

Track Recorders, 24-28 septembre 1980

line up

Fred Frith (piano préparé, guitare, violon), Tom Scott (flûte, saxophone alto et soprano, clarinette), Dave Newhouse (piano, orgue, saxophones bariton, alto et soprano, clarinette), Billy Swann (basse, guitare, voix, saxophone ténor), Paul Sears (batterie, percussions, saxophone, voix)

remarques

La réédition cd comporte huit titres de plus, en fait, huit titres du présent album, mais ayant fait l'objet d'un remix en avril 1995. Il s'agit de "Angle Dance", "Antidote to Drydock", "Zoom Resume", "Horsebones", "Under Dali's Wing", "Queenside" et "These Castle Children", portant la durée du disque à 75 minutes et 46 secondes.

chronique

Styles principaux
jazz
progressif
Styles personnels
rock in opposition

L'ultime album des Muffins a bien failli même ne jamais voir le jour. Leur label, Random Radar Records, créé pour assurer la distribution de leurs disques, n'est plus à même de subvenir à ses propres besoins et malgré l'enthousiasme qu'ils mettent à l'ouvrage, leurs prestations semblent définitivement leur interdire le droit à une reconnaissance internationale. Dépités, les Muffins n'y croient plus. Il faudra que le destin mette sur leur chemin un Fred Frith qui tombe sous le charme de leur musique pourtant exceptionnelle. Nous sommes loins des lignes mélodiques enchanteresses de "Manna/Mirage", et c'est précisemment ce qui séduit le guitariste britannique. Au delà de cette esthétique sans compromission qui s'enfonce dans des territoires aux structures toujours plus dégingandées, peut-être faut il y voir la transcription de leur frustration à ne pas pouvoir décrocher la lune. "<185>" est donc à l'opposé de leur lumineux premier album ; sombre, introspectif, violent dans son approche, le groupe n'a pas usurpé sa place au milieu des autres grands barons du Rock in Opposition, tels Henry Cow ou Univers Zero. Fred Frith, en charge de la production, n'y est certainement pas étranger puisqu'il ne se fait pas prier pour retrousser ses manches et y aller de quelques interventions de guitare et de violons qui tombent à point nommés au beau milieu de ces thèmes lancinants, répétitifs, boîteux et volontairement dissonants. Si une grosse partie du répertoire présent ici avait déjà fait l'objet d'un éclairage sur la compilation "Open City", cette édition de "<185>" permet d'avoir une vue d'ensemble plus fidèle et complète sur ce qui va s'avérer être leur testament. Les titres remixés en fin d'album s'attachent à épurer les lignes de basse et à rendre les interventions de Paul Sears à la batterie plus claires. La définition est donc plus précise mais elle dénote singulièrement dans l'atmosphère glauque que l'album véhiculait au départ. (samedi 8 juin 2002)

note       

ajoutez des tags sur : "<185>"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "<185>".

ajoutez une note sur : "<185>"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "<185>".

ajoutez un commentaire sur : "<185>"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "<185>".