Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRThe Residents › For Elsie

The Residents › For Elsie

cd | 1 titre

  • 1 For Elsie [28:41]

enregistrement

"Based on "Für Elise" by Beethoven (who stole it off some folk song)."

remarques

La version vinyle ne dure qu'une vingtaine de minutes et se concentre sur une seule face. La seconde face est imprimée.
La version CD est limitée à 500 exemplaires et fut offerte aux spectateurs lors du New Years Eve 1989-1990 Show, à San Francisco.

chronique

Laibach a son Macbeth, les Residents ont leur For Elsie : à chacun sa pièce néoclassique d'une demi-heure. Mais là où Laibach fait du collage de sample intégré à une trame, les Residents comme à leur habitude reprennent et s'approprient le matériau original, plus proche de ce que fera plus tard Die Form sur le risqué Bach Project. Ici, ils accusent Beethoven d'avoir pillé une chanson folklorique afin de se dédouaner de leur propre saque. Si le début peut faire penser aux reprises pompeuses et martiales du groupe slovène, les sections plus calmes en mi-parcours semblent quant à elles emprunter au registre des vieilles bandes-sons de films d'animation d'après-guerre, souvent bien plus expérimentales qu'il n'y paraît. Sur le troisième mouvement (il me semble entendre quatre parties bien que ce ne soit qu'une seule piste) le rythme très militaire reprend de plus belle, avec en trame musicale une courte phrase du thème bien connu, rejoué sur ce qui semble être des synthés imitant tour à tour cornes, trompettes, saxophones tandis qu'en fond se tisse un réseau de cordes à la dramaturgie grandissante. Pour du Residents, c'est étonnamment mélodique, écoutable, entraînant et épique – c'eût pu tout aussi bien être un instrumental de Foetus dans son aspect groovy, déglingué et film noir. C'est aussi là que cela se termine pour la version vinyle – très rare – tandis que la version CD – encore plus rare – se prolonge d'une dizaine de minutes, agréables mais dispensables tant les vingt premières se tiennent comme un tout. Cette rallonge respire encore bon ces saynètes utopiques et uchroniques, encore plus reculées que les Legendary Pink Dots, plus ringardes que Foetus, au parfum poussiéreux de sitcom outrageusement rétrofuturiste jusqu'à l'absurde. Ce n'est sans doute pas la sortie la plus représentative des Residents mais certainement un de leurs disques instrumentaux les plus travaillés et accessibles sur lequel vous pouvez vous jeter si vous le trouvez à prix décent. (vendredi 2 mars 2012)

note       

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

ajoutez des tags sur : "For Elsie"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "For Elsie".

ajoutez une note sur : "For Elsie"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "For Elsie".

ajoutez un commentaire sur : "For Elsie"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "For Elsie".

mangetout › samedi 3 mars 2012 - 16:35  message privé !

Point convaincu je le suis par ton analyse cher Paul, je ne retrouve pas, pour ma part, dans "Commercial album" ou "Mark of the mole" pour ne citer que ces deux là, les même sonorités "carton pâte" de ce "For Elsie" et encore moins dans ceux sortis... dans les années 70, ce qui serait un comble ! Mais comme tu le dis c'est peut-être un parti-pris afin de ridiculiser cette douce et presque enfantine mélodie à leur yeux. Par contre personnellement je n'utiliserai pas le mot kitsch, l'accélération de l'épuisement des modes étant de nature exponentielle, chaque création sonore, pour rester dans le musical, devient potentiellement le support du kitsch à venir. Je parlerai plutôt de contextualisation, si ce terme n'avait pas, pour le coup, une certaine tonalité froide.

Wotzenknecht › samedi 3 mars 2012 - 00:20  message privé !

Oui enfin les Residents ont toujours sonné années 80, que ce soit en 1980 ou en 2010 - c'est leur marque de fabrique, le grandiose dans le kitch (la métonymie fonctionne aussi) et m'est avis qu'ils savent très bien ce qu'ils en font. C'est à mon sens comme reprocher à Depeche Mode de sonner électronique, ou à Pierre Schaeffer d'utiliser des bruits de train... (edit) J'ajoute pour confirmer mes dires que lorsque nécessaire ils se sont adjoints de véritables orchestres, comme pour leur Freak Show (1990) ou Tweedles (2006)

mangetout › vendredi 2 mars 2012 - 18:10  message privé !

Tu veux dire "La lettre à Elise", il faut la prendre pour ce qu'elle est, comme une gentille "bleuette" (pour piano seul) et pas plus, les Residents en faisant quelque chose de plus arrangé et étoffé (merci youtube) qui même si ce n'est pas grandiose reste agréable à écouter, les sonorités synthétiques de la fin des années 80 gâchant un peu le plaisir d'écoute à mon humble avis.

ericbaisons › vendredi 2 mars 2012 - 17:40  message privé !

detestant l'original je me suis fait le plaisir d'écouter ce blasphème

mangetout › vendredi 2 mars 2012 - 14:38  message privé !

For Elsie j'hésite... ce disque ou une intégrale de Sibélius ?

Sinon cette chose, musicalement parlant, pourrait m'intéresser même si j'ai un peu peur de la partie "...rejoué sur ce qui semble être des synthés imitant tour à tour cornes, trompettes, saxophones...". A écouter.