Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLiers In Wait › Spiritually uncontrolled art

Liers In Wait › Spiritually uncontrolled art

5 titres - 17:04 min

  • 1/ Overlord
  • 2/ Bleeding shrines of stone
  • 3/ Maleficent dreamvoid
  • 4/ Liers in wait
  • 5/ Gateways

enregistrement

Sunlight studios, Octobre 91.

line up

Hans Nilsson (batterie), Mattias Gustavsson (basse), Kristian Wâhlin (guitares)

remarques

chant par Christoffer Johnsson (Therion).

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

Si pour vous Grotesque c'était déjà le genre de trucs totalement oublié et enterré, ce n'est même pas la peine de lire cette chronique de Liers in Wait. Ces derniers sont en effet né suite au split de Grotesque, et s'orientent logiquement dans la continuité des derniers morecaux de la bande de Necrolord. Sauf qu'ici, si l'ambiance ultra sombre et evil est préservée, la technique elle s'est décuplée ! "Overlord" et son intro façon premier Satyricon, démarre là où Grotesque s'ets arrêté et pousse le concept plus coin : rythmique super speed, presque sautillante, trois riffs par seconde (qui bien évidemment ne se répètent jamais), des changements de rythmes à la pelle. Outch, c'est parfois franchement indigeste, l'enchaînement des riffs se fait à une telle vitesse qu'il est parfois dur de les retenir. Du coup, on se prend une espèce de proto-brutal death metal, très intense et sans temps mort, recouvert d'une ambiance sale, dégueulasse bien supportée par une prod' typique du death suèdois en cette époque. Le groupe a bienheureusement eu la jugeotte d'installer quelques breaks bien placés au clavier, ou des mélodies décalées intéressantes en termes d'atmopshère dégagée, permettant à l'ensemble de respirer un peu. Difficile bien évidemment de ne pas penser aux premier At The Gates (le style des enchaînements est vraiment très proche), mais on pourra aussi évoquer un Cannibal Corpse période "Butchered at birth" en plus sombre et technique, ou bien un Deicide "Legion"... Bref, Liers in Wait avec cet unique maxi, propose là quelque chose de réellement complexe, parfois proche de leurs comparses de Afflicted par le côté indigeste et brutal de la chose. De fait, il est assez difficile de rentrer dans ces compos parfois vraiment sans queue ni tête. Pourtant on sent que le groupe cherche à faire quelque chose de plus brutal que la moyenne. Plus... Toujours plus... Malheureusement, le groupe avortera peu de temps après cet opus. L'aventure n'aura duré qu'un court temps. Dommage, il aurait été intéressant de voir ce que cela aurait donné par la suite. Mais bon, on ne va pas se plaindre, on a eu At The Gates ensuite...

note       Publiée le dimanche 4 mars 2007

partagez 'Spiritually uncontrolled art' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Spiritually uncontrolled art"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Spiritually uncontrolled art".

ajoutez une note sur : "Spiritually uncontrolled art"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spiritually uncontrolled art".

ajoutez un commentaire sur : "Spiritually uncontrolled art"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spiritually uncontrolled art".

Potters field › vendredi 7 décembre 2007 - 10:23  message privé !
argh, soupir de nostalgie pure... j'aimais bien ses pochettes au gars wahlin, et le liers in wait en son temps m'a procuré quelques moments de bonheur
NAGAWIKA › lundi 5 mars 2007 - 22:37  message privé !
non pas le même, effectivement. le groupe qui a sorti "Spears Of Destiny" est plus gogoth que death metal. et américain de surcroit.
taliesin › lundi 5 mars 2007 - 12:23  message privé !
J'ai eu dans les mains un album de 'Liers in wait' intitulé 'Spear of Destiny', sorti en 1993. Mais je commence à penser que ce n'est pas le même groupe...
Note donnée au disque :       
Macbeth › dimanche 4 mars 2007 - 23:33  message privé !
Je respecte tout à fait le statut uber-kvlt de ce disque super méchant, tranchant et totalement maîtrisé mais alors, je suis d’accord avec Poky, qu’est-ce que c’est épuisant (heureusement d'ailleurs qu’ATG est moins épileptique). Ma première écoute, si je me souviens bien, c’était «Okay, je vois... Si tu pouvais juste... Non parce que... Attends un petit... Dites, on peut revenir une seconde sur le riff juste avant l’autre riff qui était avant celui qui précédait? Il était cool celui-là... On peut pas?... Bon, temps mort siouplé.» Bien sûr, tout cela est aujourd’hui devenu presque routinier pour la scène extreme-brutal-technical-death de malade (gaffe aux ruptures d’anévrisme, les enfants) mais par contre mon minable cerveau primitif a, lui, toujours tendance à décrocher assez vite. Maintenant, Maleficient Dreamvoid et Fuckin’Overlord demeurent des morceaux assez fabuleux j'en conviens mais, euh, c’est par où Dismember?
Note donnée au disque :       
tradeforall › dimanche 4 mars 2007 - 21:05  message privé !
j'adore gateways malgré lesd claviers un peu cheap....