Vous êtes ici › Les groupes / artistesVFrank Van Bogaert › Nomads

Frank Van Bogaert › Nomads

12 titres - 57:40 min

  • 1 Ouverture 2:34
  • 2 Crack the blue sky 5:22
  • 3 Nomads 5:50
  • 4 Furious Jam 4:20
  • 5 Aquatopia 6:57
  • 6 High 4:33
  • 7 Mont Blanc 3:48
  • 8 Drive 4:34
  • 9 Blue down there 3:55
  • 10 Ritual 4:35
  • 11 Heat 5:21
  • 12 Beneath the Ice 5:08

enregistrement

Enregistré au ACE Studio, Aartselaar Belgique, entre Janvier 2005 et Octobre 2006

line up

Frank V. Bogaert : Synthétiseurs, Électroniques & FX

remarques

Pour entendre des échantillons musicaux de Nomads, visitez le http://cdbaby.com/cd/fvb2

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique atmosphérique
Styles personnels
musique Électronique orchestrale

Voyager sans bouger. Être nomade par la pensée, l’illusion. C’est un peu ce que Frank Van Bogeart nous offre avec son 7ème opus, Nomads. De Janvier 2005 à Octobre 2006, le musicien Belge a façonné un album aux arrangements sublimes. Douze titres flamboyants, où les rythmes se moulent harmonieusement avec de délicates symphonies, de belles mélodies orchestrales que le musicien Belge a su développer et structurer avec les années. Un bel album avec un très beau livret où 12 photos nous accompagnent dans cette migration virtuelle, où le chef d’orchestre nous réserve quelques petits bijoux musicaux.
Un bourdonnement se fait entendre au loin, comme un long appel menaçant. Cette intro se métamorphose en une superbe mélodie soufflée sur un hautbois. Une fine ligne, doublée d’un gracieux mouvement de la basse, se transforme en strate synthétiques valsante, qui se subdivise en milles harmonies. Une Ouverture pompeuse, sur de bonnes percussions roulantes et un synthé symphonique qui arrache quelques soupirs nostalgiques. Cette introduction à Nomads est tout à fait conforme au style de Frank Van Bogaert. Tout au long de ce nouvel opus, il nous transporte d’un continent à l’autre, d’une époque à une autre, avec de superbes arrangements, des échantillonnages discrets, mais très efficaces. Si l’intro m’amène aux arènes Romaines, Crack the Blue Sky me transporte sur les quais de la Grèce antique avec une onde synthétique qui crescende pour s’épanouir sur une ligne hésitante et syncopée. Chœurs et refrains sont emprisonnés dans un cercle séquentiel aux notes résonnantes où Crack the Blue Sky explose sur une ligne aux pulsations synthétiques entraînantes. Un tourbillon agressif et statique qui vrille sur de grosses percussions, de bonnes strates enveloppantes et valseuses. Un titre intense aux arrangements orchestraux poignants comme Ritual qui nous secouera les sentiments vers la fin de l’opus. Nomad est un autre titre très orchestral avec ses somptueuses envolées synthétiques denses et harmonieuses, qui libèrent ses chœurs Greco romains à la Vangelis. Furious Jam est un titre avec une séquence coulante qui ondule sur une tonalité rauque. Ambiance moderne, voire jazzy, elle est surplombée de synthés menaçant, alors que le séquenceur devient plus bouillonnant, amenant un tempo saccadé, qui respire sur une puissante batterie. Un titre tranchant dans cette atmosphère symphonique. Aquatopia est une belle mélodie qui nous touche profondément. Un doux clavier serpente ses accords sur les harmonies d’un piano. Une percussion pendulette sculpte un tempo romanesque qui s’entend fort bien avec le piano. Une petite chorale de voix féminine enchante nos oreilles au-delà des gerbes d’eau qui entoure cette belle mélodie qui se transforme en ballade rythmée avec grosses caisses et gros orchestration afin illuminer nos oreilles pour un dernier tour. D’autres beaux titres comme on en entend beaucoup sur Nomads, doux et soyeux comme les symphoniques Mont Blanc, Blue Down There et Heat. High qui est une sorte de Aquatopia, mais en plus accéléré, comme Drive où l’intro me rappelle Arpegiator de Jean Michel Jarre. Là s’arrête la comparaison, car Drive devient un titre très enjoué. Plus rythmé, avec une ligne saccadée et des percussions spiralées. C’est avec une note plus ambiante, mais toute autant harmonieuse que se termine Nomads. Beneath the Ice est une romance, une mélodie aux souffles spatiaux et au beau piano qui flotte, histoire de nous faire rêver. Histoire de nous rappeler qu’un jour nous serons peut-être des nomades à la recherche d’une nouvelle terre.
Frank Van Bogeart a un incroyable talent pour écrire de courtes pièces qui ont énormément à dire. Harmonieux, mélodieux et avec un sens inné des arrangements orchestraux, Nomads est un beau voyage musical qui se forme aux grés de nos visions. À cet effet, vous y trouverez un beau petit livret montant 12 photos. Des photos qui ont inspirées le photographe Pablo Magne et qui représentent les visions conjointes du photographe et du compositeur. Bien que certaines se rapprochent, mon imaginaire va plus loin, comme plus près. Comme quoi que la musique de Frank Van Bogaert, avec Nomads en tête, est une musique aux milles visions, à partir de la même émotion.

Disponible au http://www.frankvanbogaert.com/

note       Publiée le mardi 16 janvier 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nomads".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nomads".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nomads".