Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPA Piedi Nudi › Creazione

A Piedi Nudi › Creazione

cd • 8 titres

  • 1Memorie12:47
  • 2Partenza5:00
  • 3Lungo il Sentiero5:19
  • 4Regina del Torrente8:20
  • 5Dea Delle Rocce, Signore del Vento4:37
  • 6Creazione4:02
  • 7Nuova Vita6:11
  • 8La Ballerina5:07

enregistrement

Italie, 1995

line up

Carlo Bighetti (chant, flûte, batterie), Nicola Gardinale (guitare), Cristian Chinaglia (claviers), Simone Bighetti (basse), Enrico Barchetta (cor)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
hard symphonique

Autant battre le fer tant qu'il est chaud ! A Piedi Nudi l'a bien compris puisqu'ils nous reviennent très vite avec "Creazione", leur deuxième réalisation. Entre les deux disques, le groupe aura déjà réussi à se séparer de son chanteur, rôle assuré bon gré mal gré par leur batteur Carlo Bighetti. Les différences, si différences il y a, ne se situent pas au niveau de la production, mais bien au niveau de l'approche générale qui semble tout de même vouloir s'enfoncer davantage dans la mise en place d'ambiances plus sombres, plus étranges. A Piedi Nudi montre aussi des signes de progrès évidents en terme d'écriture. Mais comme c'est le cas pour beaucoup de leurs contemporains, la musique du groupe ne se montre pas à la hauteur des louanges qui ont été écrites à leur sujet. L'esthétique et l'intention sont belles et bien là, mais elles se contentent de répondre aux attentes, sans se surpasser, sans proposer quoi que ce soit qui puisse permettre aux va-nu-pieds de service de faire la différence, et donc de s'affirmer. La seule pointe d'originalité à signaler réside dans les interventions trop discrètes que pour être crédibles du joueur de cor Enrico Barchetta, dont les seules contributions participent à ce sentiment d'étrangeté disséminé dans l'un ou l'autre passage du disque, évoquant la folie d'un groupe comme Semiramis, sans pour autant développer la même force de persuasion. Car bien que porté sur les charges électriques, A Piedi Nudi pêche toujours selon moi par un manque de relief et de caractère. Certains apprécieront toutefois à sa juste valeur les interventions guitaristiques de Nicola Gardinale, de toute évidence imprégné par la scène hard et heavy. Par contre, "Creazione" pourrait peut-être servir d'entrée en matière auprès de celles et ceux qui ont toujours été désireux de se frotter à l'idiome progressif mais qui avaient été jusqu'à présent dissuadés de le faire faute d'alternatives crédibles face au son vieillot des anciens ou aux prédominantes protubérances métalliques.

note       Publiée le jeudi 16 novembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Creazione".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Creazione".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Creazione".

torquemada › jeudi 16 novembre 2006 - 13:32  message privé !
idem