Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPA Piedi Nudi › S/t

A Piedi Nudi › S/t

cd • 12 titres

  • 1Introduzione : Color Viola6:47
  • 2Un Giorno Dal Cielo4:17
  • 3Risbeglio3:53
  • 4Ristratto3:41
  • 5Il Sabba4:02
  • 6Il Castello4:04
  • 7Aberla Tra le Braccia4:31
  • 8Il Duello9:21
  • 9La Cattura5:49
  • 10Soliloquio3:34
  • 11E' Morto il Re3:31
  • 12Epilogo6:58

enregistrement

Italie, 1994

line up

Mirko Schiesaro (chant), Nicola Cardinale (guitare, choeurs), Cristian Chinaglia (claviers), Simone Bighetti (basse, guitare classique), Carlo Bighetti (batterie, flûte, choeurs)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
renouveau progressif

Oui, la laide pochette ne laisse planer aucun doute ; il s'agit bien de rock progressif. Et transalpin en plus. Fondé en 1991, ce n'est que trois ans plus tard que A Piedi Nudi publie son premier album éponyme, sous l'aile protectrice de Mauro Moroni, fondateur du label Mellow Records qui, plus d'une fois, a prouvé, et contre toute attente, que le nom de sa firme de disque n'était pas usurpé. Pourtant, les gars de A Piedi Nudi ne sont pas du genre à faire dans la dentelle. Ce n'est pas du métal progressif, mais ce n'est pas non plus ce rock symphonique aux accents champêtres et un peu niais. On les a comparé à Il Balletto di Bronzo à leur lancement. Rien de tel pour refermer sur moi ce piège à rat. Et s'il y a bien une chose à ne pas faire, c'est celle-là ; crucifier un groupe à cause de références mal calibrées. Car oui, je le concède, on trouve malgré tout chez A Piedi Nudi un petit grain de folie, une vraie volonté à perdre l'auditeur dans des constructions complexes - dont la pertinence peut parfois être remise en cause - une débauche d'énergie aussi qui ne nécessite pas pour autant que l'on fasse des concessions aux genres susmentionnés. Mais la concurrence est rude. Et A Piedi Nudi arrive peut-être un peu tard. Il y a d'une part les suédois qui paraissent indétrônables dans le domaine (Änglagard, Anekdoten, ...). Et puis, surtout, sur leurs propres terres, l'émergence d'un groupe comme Deux Ex Machina, autrement plus impénétrable, et donc foutrement plus interpellant que ce disque qui n'est finalement qu'une mise en bouche, avec son lot d'imperfections, de naïvetés, et malheureusement aussi de fautes de goût (le parti pris du tout synthétique). La publication de ce disque reste pour moi avant tout la manifestation concrète, si pas celle d'un renouveau, en tout cas celle d'un regain d'intérêt certain pour le genre progressif au début des annés quatre-vingt dix. Vraiment rien de plus.

note       Publiée le jeudi 16 novembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

Dun23 › vendredi 18 avril 2014 - 16:23  message privé !

Groupe qui s'inscrit dans la tradition visuelle du prog transalpin. Ils auraient pu s'abstenir.

torquemada › jeudi 16 novembre 2006 - 13:31  message privé !
Encore une superbe pochette !