Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSStargazer › The scream that tore the sky

Stargazer › The scream that tore the sky

11 titres - 41:54 min

  • 1. ...Of The Sun
  • 2.The Scream That Tore the Sky
  • 3.One Will Always Feast
  • 4.Insomniate Vortex
  • 5.Harbringer
  • 6.Ye Olde Magicks
  • 7.Pale Brethren
  • 8.Tongues
  • 9.Scribe to the Forsaken Mother
  • 10.Viral Spears and Shades of Moonskin
  • 11.All That Is...

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré entre janvier et juillet 2003

line up

The Serpent Inquisitor (guitare, batterie, chant) The Great Righteous Destroyer (basse, chant)

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
extreme technical bizarre metal

Quel sentiment inégalable que de recevoir un album de cette trempe après avoir simplement écouté les deux extraits présents sur le site du groupe. On se dit à ce moment qu'on a eu le nez fin. Carrément même. Stargazer est un groupe australient relativement anonyme jusqu'ici, pourtant ce "The scream that tore the sky" est un chef d'oeuvre absolu. Stargazer n'officie pas dans ce style australien de black/death metal ravageur prisé par des groupes comme Destroyer 666, Abominator, Denouncement Pyre, Gospel of the Horns, voire Urgrund. Non, Stargazer est unique et impossible à confiner dans une catégorie musicale bien précise tant il sait mélanger les influences sans partir dans toutes les directions, et c'est là le tour de force de cet album. Pour être honnête, Stargazer joue un mélange de death metal avec un soupçon black metal très technique et des structures parfois progressives: une sorte de death metal avant garde qui reste musical contrairement à certains groupes certes doués avec leurs instruments mais qui ont du mal à proposer des compositions structurés et écoutables. Le duo se qualifie lui-même de "Extreme technical bizarre metal", ça colle plutôt bien mais je vous invite à écouter les extraits, ce sera beacoup plus parlant. Personnellement, Stargazer m'a mis d'accord d'entrée avec l'introduction instrumentale inspirée, mélodique et technique dotée de superbes mélodies. Puis le titre éponyme arrive et oui, on comprend définitivement que l'on tient là une perle. Le duo australien n'a aucun point faible et je suis ravi d'entendre des musiciens aussi talentueuxdans le cadre d'une musique extrême avec une mention spéciale au batteur et au bassiste (qui se sert d'une basse fretless également) qui nous offrent une performance fabuleuse. Le jeu est inspiré, l'exécution instrumentale est sans faille, les compositions sont recherchées, bref, n'en jetez plus. Si, encore un peu. La production est très bonne également avec un côté old school volontaire qui sied à merveille à la musique de Stargazer. "The scream that tore the sky" est composé de onze pistes: sept morceaux et quatre interludes instrumentaux dont l'intro "...Of the sun", un "Harbringer" étrange, un "Tongues" uniquement à la basse (superbe) et l'outro "All that is...", mélodique et calme. L'unique point noir est que cet album est paru sur le label polonais Agonia Records qui a la fâcheuse réputation, avérée cependant, d'arnaquer aussi bien une partie de sa clientèle mais également certains groupes qu'il produit. Au passage, Stargazer est en train de se libérer du label car ce dernier n'a pas respecté ce qu'il avait promis concernant une éventuelle version vinyl notamment. L'imagerie du groupe est également assez particulière, très influencée par la pensée orientale et à milles lieues des thèmes habituellement traités par les groupes extrêmes. Oui, Stargazer est unique je vous dis. "The scream that tore the sky" est un des tous meilleurs albums en ma possession et c'est un sacrilège que ce groupe ne soit pas plus reconnu (ça ne saurait tarder), surtout quand on voit la médiocrité de certaines formations plus prisées. Un chef d'oeuvre d'intelligence, de maîtrise, de variété et de talent. Qu'on se le dise.

note       Publiée le vendredi 14 juillet 2006

partagez 'The scream that tore the sky' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The scream that tore the sky"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The scream that tore the sky".

ajoutez une note sur : "The scream that tore the sky"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The scream that tore the sky".

ajoutez un commentaire sur : "The scream that tore the sky"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The scream that tore the sky".

Procrastin › samedi 18 mars 2017 - 00:38  message privé !

Il existe, chez les serpents, quatre modes de locomotion différents. La méthode la plus courante est la simple ondulation latérale dite «serpentine» : le serpent pousse sur l’arrière de chaque courbe ou irrégularité du sol et avance souplement. La deuxième méthode, dite «locomotion du mille-pattes», ou «locomotion de l’escargot», n’est employée que par les serpents les plus lourds : la peau de la face ventrale est poussée d’avant en arrière par de gros muscles et les larges écailles ventrales s’accrochent au sol, faisant avancer le serpent en ligne droite. Plusieurs serpents du désert progressent par «déroulement latéral», pour se déplacer sur le sable mou : le serpent roule son corps sur le côté en un mouvement en boucle. La quatrième méthode est connue sous le nom de «locomotion en accordéon» : le corps est alternativement détendu puis ramassé à mesure que le serpent se déplace d’un point d’ancrage à un autre.

Note donnée au disque :       
Eas › lundi 10 janvier 2011 - 11:00  message privé !

Le dernier est extraordinaire, 2011 s'annonce hénaurme en Death avec le trio Stargazer/Ulcerate/Mitochondrion, oh oui

prypiat › mardi 24 août 2010 - 18:56  message privé !

première écoute, agréablement surpris ! ca s'écoute tout seul !

born to gulo › samedi 5 septembre 2009 - 13:27  message privé !

nouvel album à sortir chez profound lore ; essayé plusieurs fois celui-ci à l'époque because flash pochette, et jamais trouvé sexe

Note donnée au disque :       
empreznor › samedi 5 septembre 2009 - 13:00  message privé !

C'est simple niveau son et technique, on dirait du Death grande periode. poutre de charpentre et one shot notable (pour l'instant?)

Note donnée au disque :