Vous êtes ici › Les groupes / artistesCPascal Contet › Electrosolo

Pascal Contet › Electrosolo

12 titres - 61:26 min

  • PREMIER REGARD
  • 1/ Introduction (0:24)
  • 2/ Grandes orgues (1:36)
  • 3/ Valse à trois temps (4:46)
  • 4/ Sans nom (2:15)
  • 5/ Regard (2:14)
  • 6/ Introspection (7:26)
  • 7/ Fantaisie (3:22)
  • 8/ Brouillard (3:23)
  • 9/ Heureux (3:18)
  • 10/ Tragique (3:29)
  • 11/ ETAT SECOND (9:13)
  • 12/ TROIS REVES (19:32)

informations

Radio-France, Paris, 2003.

Edition digipack à ouverture magnétique.

line up

Pascal Contet (accordéon).

chronique

  • contemporain/accordéon

L'accordéon souffre d'être trop souvent associé aux bals musettes et à Yvette Horner (très grande musicienne par ailleurs). Il s'agit pourtant d'un instrument universel, utilisé dans la moitié des cultures et des folklores de la planète, et d'un instrument dont la richesse de timbre, la palette expressive, peuvent aisément transcender toutes les idées reçues qu'on lui accole injustement. En France, si Richard Galliano est souvent cité pour le renouveau de l'instrument, par le biais du new-musette et surtout d'un jazz très mélodique, c'est à Pascal Contet qu'on doit les embardées les plus audacieuses du côté de la musique contemporaine en général (avec la défense d'un nouveau répertoire pour cet instrument) et de la musique électro-acoustique en particulier. Ce disque-ci, qui se compose de trois pièces fort dissemblables mais complémentaires, a pour principe un son d'accordéon complètement remodelé par l'électronique : réverbérations sépulcrales, occupation phénoménale de l'espace sonore, ajouts d'effets, déformations... Tout cela donne à la musique un caractère assez glauque ; comme repliée sur elle-même, étouffée, la trame sonore de ces longs soufflets nous donne l'impression d'une longue agonie traversée par de fulgurants soubresauts. Des silences longs et pesants se voient comme habités par les derniers échos qui nous parviennent. Contet gomme toute trace de virtuosité dans son jeu pour se concentrer sur les atmosphères, et nous fait presque oublier le côté mutant de l'instrument qu'il a entre les mains. "Introspection", extraite de la suite "Premier regard", et "Trois rêves" notamment, plomberont toute volonté de chercher dans le son de l'accordéon un caractère festif. Le reste de "Premier regard" (pièce composée par Marc Monnet) prend davantage des allures d'étude sur les diverses possibilités de ce "nouvel intrument" qu'invente Pascal Contet, sans négliger une couleur souvent teintée d'impressionnisme. "Etat second" reste la pièce la plus hallucinante du lot : l'accordéon y résonne comme une énorme trompe tibétaine, dans des registres proches de l'infra-basse, l'ambiance y est oppressante à souhait, avec de temps en temps une touche d'electronica pour des beats qui viennent en renforcer l'urgence et le pouvoir de suggestion. Sans être encore très aboutie, cette tentative est à mon avis pleine de promesses.

note       Publiée le samedi 3 décembre 2005

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Electrosolo" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Electrosolo".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Electrosolo".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Electrosolo".

    empreznor Envoyez un message privé àempreznor

    La Zensur est off, c'est cool, on peut s'envoyer des mots doux tranquillement! Moi je te deconseilles les pages blanches, risque d'y avoir bcoup d'homonymes.

    Vivianne Envoyez un message privé àVivianne

    Bonjour

    Je suis réalisatrice et je voudrai joindre Pascal Contet. Quelqu'un pourrait-il m'aider s'il vous plaît ? Merci Vivianne