Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeath Ambient › Synaesthesia

Death Ambient › Synaesthesia

  • 1999 • Tzadik TZ 7226 • 1 CD

13 titres - 42:42 min

  • 1/ Pink Jewel Anemone Cluster (3:27)
  • 2/ Demon Within (1:44)
  • 3/ Agony & Desire (4:19)
  • 4/ Sacred Obsession (2:32)
  • 5/ Bone Collector (2:13)
  • 6/ Carnival Death (2:29)
  • 7/ Mirage of Memory (2:52)
  • 8/ Synaesthesia (5:21)
  • 9/ Satori (3:54)
  • 10/ Schizoid (1:07)
  • 11/ Sowing Death (3:12)
  • 12/ The Deep (7:10)
  • 13/ Way In (2:22)

enregistrement

B.C.Studio, USA, 1999

line up

Fred Frith (guitare), Kato Hideki (basse), Ikue Mori (boîte à rythme)

remarques

chronique

Styles
ambient
indus
Styles personnels
ill bient

Pour les spécialistes (opinez du chef si vous vous sentez visés), le premier Death Ambient était une réussite. Il eut été donc malheureux de s'arrêter là. Mais, dans le même temps, on pouvait très bien s'interroger sur le réel apport d'un second disque d'improvisation dans la même veine... C'est tout simple, "Synaesthesia" prône le changement dans la continuité, la plupart des titres réunis ici présentant un côté peut-être moins farouche que ceux issus de leur précédente session. Plus posés, plus lunaires sans être forcément lunatiques. Certains même - comme la plage titre par exemple - attestent qu'on est dorénavant passé à un stade supérieur ; il ne s'agit plus nécessairement d'improvisations spontanées puisque pas mal de plages ici semblent tout de même se plier à une certaine structure. L'art de l'improvisation, on ne le dit pas assez, s'épanouit souvent bien mieux dans un contexte plus structuré. Des points de repères, des balises. Et dans l'interstice qui sépare ces deux points, tout l'espace nécessaire afin que les musiciens puissent donner libre cours à leur inspiration du moment. "Satori", tout comme "Imperial Thorn" sur leur disque précédent, n'oublie pas de faire honneur aux traditions musicales du pays du soleil levant, élément supplémentaire qui confirme ce revirement tout en douceur. C'est que depuis son retour à la scène en 1994 en compagnie de Fred Frith - déjà - et Mark Dresser (conferatur l'album "Later..." publié sur Victo), Ikue Mori a eu tout le loisir de faire fructifier ses connaissances dans l'exploitation la plus adéquate des machines électroniques au point d'en incarner aujourd'hui une des incontestables figures de proue. Death Ambient n'en incarne pas l'aboutissement absolu, mais une de ses nombreuses perspectives. Moins chaotique à l'égard des oreilles du profane, "Synaesthesia" s'impose comme une pièce importante de la musique contemporaine improvisée en sa qualité de vulgarisateur, où les frontières des genres qu'elle explore ne permettent plus de les distinguer. Vivement recommandé.

note       Publiée le vendredi 26 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Synaesthesia".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Synaesthesia".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Synaesthesia".

necromoonutopia666 › dimanche 6 juin 2010 - 20:55  message privé !

De très bons souvenirs de ma periode musicale ultra elitiste. Et il veillit bien en plus.

Note donnée au disque :       
Solvant › jeudi 4 mars 2010 - 09:27  message privé !

Une chro du bien barré Hex Kitchen d' Ikue Mori & cie serait aussi pas mal venue.. si une nuit vous avez le temps Dariev ou Dioneo..

Note donnée au disque :       
cyberghost › lundi 29 septembre 2008 - 20:13  message privé !

Le seul que j'ai pas... J'hésite à le choper, en tout cas je préfère le premier à drunken forest, sans doute à cause de sa parenté no-wave et noise bien plus mise en avant (je parle du premier of course)

dariev stands › lundi 29 septembre 2008 - 17:38  message privé !
avatar

tiens pas de commentaires là... bon, chro du nouvel album pour dans quelques temps...