Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGEgberto Gismonti › Trem caipira

Egberto Gismonti › Trem caipira

8 titres - 40:32 min

  • 1/ O Trenzinho do Caipira (8:41)
  • 2/ Dansa (3:02)
  • 3/ Bachiana nº5 (6:42)
  • 4/ Desejo (1:46)
  • 5/ Cantiga (7:07)
  • 6/ Canção do Carreiro (2:06)
  • 7/ Prelúdio (5:33)
  • 8/ Pobre Cega (5:35)

enregistrement

Porão Studio, Rio de Janeiro, Brésil, septembre 1985

line up

Egberto Gismonti (piano, synthétiseur), Jaques Morelenbaum (violoncelle), Gungão (kalimba), Pita Filomena (silbato), Ge Mima (xylophone), Bibi Roca (batterie), Nivaldo Ornelas (saxophone soprano), Bernard Wystraete (flûte), Alexandre do Bico (flûte)

chronique

Styles
musique classique
jazz
Styles personnels
amiga generation

"Trem Caipira" représente sans doute un vieux désir jamais assouvi par l'artiste brésilien. Pour la première fois en quinze ans de carrière, en dépit d'hommages appuyés récurrents répartis sur bon nombre de ses disques et d'une filiation évidente qu'il a de plus toujours revendiqué, ce n'est qu'en 1985 que le musicien ose enfin s'attaquer au répertoire de son maître à penser, Heitor Villa-Lobos, chacun des titres présentés ici étant issus de son répertoire. S'il y a un regret à formuler, il est bien simple même si je ne vais sans doute pas l'enoncer de la manière la plus directe qui soit ; Egberto Gismonti n'a jamais éprouvé le besoin de cacher ses prétentions symphoniques. Bien au contraire, sur des albums tels que "Arvore" ou "No Caipira", elles s'affichent avec complaisance. Que ce soit aux côtés de Mario Tavares au début ou avec Benito Juarez par la suite, Gismonti a souvent tenu à avoir un chef d'orchestre à ses côtés pour faire en sorte que ses partitions puissent être dotées, elles aussi, du souffle de vie... Or, concession à l'époque oblige, notre brésilien fait fi de toutes ces bonnes intentions, de tous ces principes somme toute académiques, et préfère - vous me voyez venir à des kilomètres - s'en remettre aux bienfaits d'une instrumentation synthétique ; en d'autres termes, souvent inadaptée. Pour ceux qui n'ont jamais rien écouté de leur vie du plus célèbre compositeur brésilien de musique contemporaine Villa-Lobos, "Trem Caipira" peut être une manière de tenter de rattraper le temps perdu. Mais nous sommes en droit de nous demander si cela lui rend vraiment service ? Plus pondéré que les passages les plus atroces du très mitigé "Bandeiras do Brasil", l'album faillit tout de même dans sa tâche et se révèle bien vite pénible à écouter. Egberto Gismonti ayant pris l'habitude de réadapter très souvent les titres qu'il interprète, il n'est pas vain d'espérer qu'un jour il se mette en tête de rectifier le tir d'un disque qui mérite de toute évidence un traîtement bien plus approprié.

note       Publiée le jeudi 27 juillet 2006

partagez 'Trem caipira' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Trem caipira"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Trem caipira".

ajoutez une note sur : "Trem caipira"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trem caipira".

ajoutez un commentaire sur : "Trem caipira"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trem caipira".