Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAgatus › The weaving fates

Agatus › The weaving fates

cd • 11 titres • 38:47 min

  • 1The weaving fates03:35
  • 2Era of Tiamat02:32
  • 3Conqueror of fear05:36
  • 4Night mares03:08
  • 5L'arrivée de la victoire01:11
  • 6Night of a thousand stars05:57
  • 7Faustian call01:49
  • 8Προγονολατρία03:59
  • 9Visions of the moon04:59
  • 10Epilogos02:33
  • 11untitled03:34

enregistrement

Enregistré et mixé aux Mixmasters Studios, entre avril et juillet 2001. Produit par Dimitrius Dorian et Chris Dorian.

line up

Archon Vorskaath (Batterie, cymbales, cloches, tambourin, gong, voix et passages parlés), Eskarth the dark one (vocaux, guitares électriques et acoustiques, effets, basse, claviers et tambourin).

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
old melodic black metal

Le black metal d'Agatus se reconnaît entre mille. Un son raw et vieillot, une inclination mélodique permanente aux accents médiévaux et occultes, un travail des riffs à deux guitares qui les affilient directement au heavy metal, une batterie qui sait bourriner mais éprouve tout autant de plaisir à la finesse d'une ride travaillée, de breaks à ghost notes, de syncopes bienvenues, un peu comme si le premier batteur d'Opeth, après le death metal, s'en était allé voir du côté du vieux black. Ce deuxième album (en douze ans d'existence!) des grecs confirme leur style et leur savoir-faire. La recherche première d'Agatus se tient dans ses riffs, ses thèmes, ses mélodies, ses structures... la violence, la vitesse, la puissance ne sont qu'au service d'une musique qui se veut d'abord travaillée et fouillée, alternant les rythmiques, les accents, multipliant les petites interventions sonores de percussions et autres claviers pour mieux cerner, polir et définir un univers musical vraiment particulier. D'instrumentales acoustiques médiévales en pièces de black metal, très old school malgré leur sophistication, "The weaving fates" offre à l'oreille un voyage à la croisée des styles, des esprits et des époques. On y sent l'incontestable héritage du heavy 80's, dans les riffs et les ambiances, les sons et les dynamiques; on y croise le médiéval comme le nocturne, l'épique et l'atmosphérique, le folk, on a droit aussi à la rage et à la vitesse qui sied au black metal... leur style, je vous l'ai dit, se reconnaît entre mille. Le son cru mais propre des guitares, roots mais précis de la batterie, les soli mélodiques et l'inclination particulière du groupe pour les constructions contrastées font du travail d'Agatus une musique remarquablement cohérente, entre Celtic Frost, Satyricon et Iron Maiden... entre anachronisme et intemporalité. Traversés de triple croches, les riffs semblent se refuser à s'acharner sur une note dans un but agressif, au profit d'une approche mélodique permanente. Quelle que soit l'intensité souhaitée, la fureur du passage, la noirceur dans la voix, les guitares déroulent des mélodies typiques du vieux métal, les soli se veulent musicaux et les claviers consolident les ambiances précieuses et ésotériques recherchées par le duo. "The weaving fates" est un vrai travail musical, une mine de décors étranges et fascinants. Ceux qui cherchent à se manger une grosse claque de fureur dans la gueule devront plutôt voir ailleurs, même si Agatus ne fait pas, non plus, dans la pop. Mais à tous ceux qui ne les connaissent pas et que la découverte d'un "autre black metal" risque d'intéresser, je conseille, très vivement, ce groupe hors du commun.

note       Publiée le mardi 12 avril 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The weaving fates".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The weaving fates".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The weaving fates".

Tango Mago › samedi 20 mai 2006 - 22:38  message privé !
hé hé, pour la bonne bouche : la prestation des grecques à l'eurovision était à se pisser dessus !
noar › jeudi 5 mai 2005 - 16:35  message privé !
Ouais il est pas mal ce petit album. C'est à la fois original et en même temps, c'est immédiatement affilié à la scène grec du début des 90' au niveau du son, de l'ambiance dégagée, des compos..; on pense aux premiers Rotting Christ et à Varathron. Du bon black mélodique à l'ancienne, des guitares à la tierce effectivement, de grosses influences heavy (sur le 3ème titre, on dirait du Maiden avec Bruce au chant), quelques touches de claviers pour souligner les ambiances parfois guerrières, légèrement épiques. Tout s'enchaîne sans failles avec de bonnes idées et une excellente maîtrise instrumentale mais ça manque un peu de passages hymniques et de temps forts particuliers même si le disque contient de bons moments. Plus qu'intéressant en tout cas!
Note donnée au disque :