Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorgue › The process to define the shape of self loathing

Morgue › The process to define the shape of self loathing

9 titres - 31:00 min

  • 1/ Homesick
  • 2/ My life is sicker than your band
  • 3/ Kerri Lenardic
  • 4/ There is no end of the harvest
  • 5/ In between storms
  • 6/ (Pig) In human form
  • 7/ Heart shape form
  • 8/ 1909
  • 9/ Meridian

line up

Magnus Lobierson, Fredrick Bouchetson, J-M Marlienberg

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
deathcore

Y a pas à dire, en ce moment Adipocere se met au bourrin ! Après Vulgar Pigeons, voilà désormais les français de Morgue. D'après la bio, ceux ci se définissent comme un groupe de deathcore... Mouii qu'est ce que çà veut dire encore çà ? Et bien dans le cas présent ce "deathcore" là semble être un pur mélange de brutal death, carrément grand selon moi, avec le plus incisif des hardcore. Du coup, on se retrouve avec un disque réellement ultra brutal, qui ne fait vraiment pas dans la dentelle. Blasts constants, riffs chaotiques au possible, structures tordues et bourrines au possible, c'est vraiment le bordel, mais çà reste relativement maîtrisé... De plus la production est tout simplement parfaite, digne des meilleures productions américaines, avec un son moderne, puissant et très clair... Seulement voilà, certes je suis ressorti complètement abruti à chaque écoute, mais je n'ai pas pour autant été vraiment transcendé. C'est vraiment hyper bourrin, mais c'est tout. Je n'ai pas ressenti de réelle violence derrière tout çà. On a plus l'impression d'entendre une batterie blaster pendant 25 minutes avec un fond de guitare incompréhensible et un chant hardcore hurlé terriblement monotone. Bref la forme y est, surtout avec ce son apocalyptique, mais le fond est absent... Du coup je m'ennuie malgré ce bourrinage en règle. D'autant plus que le disque ne dure qu'en vérité un peu moins de 25 minutes, rallongées grâce à la fameuse plage cachée (un remix techno sympa mais hors sujet). Bref : peut mieux faire !

note       Publiée le samedi 8 mars 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The process to define the shape of self loathing".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The process to define the shape of self loathing".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The process to define the shape of self loathing".

yog sothoth › lundi 1 octobre 2018 - 11:21  message privé !
avatar

J'ai choppé (tardivement) le dernier, Doors of no return... un pur concentré de mauvaise humeur ce skeud, ça vrille autant que ça lamine.

Dioneo › lundi 29 février 2016 - 20:25  message privé !
avatar

Tiens, y'a pas la piste cachée, sur la version que j'ai - téléchargée légalement en FLAC depuis leur bandcamp... Sinon je le trouve vraiment bon, moi qui découvre le groupe, cet album ! Ultra-bourrin certes - même treize ans après le son fait encore mal - mais vraiment pas mal composé, pas si linéaire que ça, je trouve, notamment au niveau des parties de batterie, qui me semblent assez triturées/travaillées. Disons que j'ai jamais l'impression qu'ils veulent nous refourguer autre chose que du gros défourraillage, quoi - et que dans cette idée là, ben... ça défonce bien ! Marrant comme le dernier - sorti y'a un peu plus d'un mois ; et qui déboîte sévère itou, en passant - est beaucoup moins death, avec en revanche un côté black que n'avaient pas les anciens, un machin crusteux aussi, je trouve, par moments, dans le son et l'attaque. M'en vais me le ré-esgourder de ce pas, tiens.

Dun23 › mardi 25 novembre 2014 - 07:00  message privé !
born to gulo › jeudi 18 juin 2009 - 22:06  message privé !

excellent en effet, merci le clown

Note donnée au disque :       
yog sothoth › dimanche 7 juin 2009 - 16:43  message privé !
avatar

ouais, chaotique, je crois que c'est le mot. j'accroche bien pour le moment, à voir sur la durée mais ça met une bonne branlée, c'est déjà ça... facilement un des meilleurs trucs sortis de chez Adipocere dans les années 2000