Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVenenum › Trance of Death

Venenum › Trance of Death

cd • 7 titres • 50:31 min

  • 1Entrance02:34
  • 2Merging Nebular Drapes08:51
  • 3The Nature of the Ground05:38
  • 4Cold Threat06:58
  • 5Trance of Death Part I - Reflections07:05
  • 6Trance of Death Part II - Metanola Journey05:17
  • 7Trance of Death Part III - There Are Other Worlds…14:08

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé par Romin Katzer au Tonstudio Katzer, décembre 2016. Claviers enregistrés par D.P. au studio Occulta Templi.

line up

F.S.A. (voix, basse, guitare), P.T. (guitare), D.P. (guitare, claviers), F.J.L. (batterie).

Musiciens additionnels : Steffen Murau (violoncelle)

remarques

Sorti en cd, vinyle, fichiers téléchargeables. Illustration par T. Ketola.

chronique

Parfois, j’ai l’impression d’être coincé dans un film des frères Dardenne ! Alors pour mieux me vitaminiser, je sors mon death metal et je fais la gueule : j’ai donc cherché dans les sorties récentes et, caché derrière les quelques têtes de proue habituelles et vieillissantes, j’ai trouvé ce disque. Venenum est un groupe allemand, bavarois pour être précis, qui existe depuis à peu près dix ans mais qui n’a sorti qu’un EP et cet album que je me sors les doigts de ma morve pour pouvoir le décrire : si je postule, j’aurai un prix du chroniqueur sous mucomyst, et ça, faut faire un dossier, et faut voir l’agrément avec la direction, mais ceci, c’est une autre histoire mais n'oubliez pas de faire signer votre papier hein M'sieur Rastagnic ! Venenum se veut lui tristesse, y a qu’à voir l’intro qu’on dirait sortie d’un BO de film pluvieux. Il se veut épique, quand on écoute ces petites mélodies comme empruntées au vol du bourdon de Rimski-Korsakov, à la guitare, en beaucoup plus lent bien sûr. Il est bien sûr épouvantable quand il résonne avec la musique de films d’épouvante, cadavres sortant des placards inclus. Les guitares nous sortent des plans répétitifs mais souvent envoutants, mimant un « Fantasia » avec un mec barbu portant hoodie-veste à patches en lieu et place de Mickey. Cette répétition, faudra s’y faire, l’album étant assez monolithique de ce point de vue mais, par ailleurs, je le trouve très plaisant, pourquoi ? Parce que se dégage de ce Trance of Death un professionnalisme doublé d’une concentration qu’on ressent beaucoup dans l’enchainement de ces riffs, surtout quand on débranche la distortion et ça, faut savoir l’emmener le son clair dans des morceaux de death metal sans que ça paraisse falot. La voix elle fait dans l'outre-tombe, bien aidée par des effets type « qu’entends-je au fond de ma cave à vin ? Un poulpe gentil ? ». Le son général est très propre, même s’il laisse un chouïa à la pestilence faite substance pour engraisser un peu ces jolies do rémi fa sola sido, accompagnées parfois de blips de l'espace chopés aux ancêtres space rock. Et au final, Monsieur Conclusion ? Eh bien, Madame Question, je pourrais dire que ça fait du bien Venenum, que ça touche la petite fibre qui aime la musique romantique, épique, mais aussi les mélodies de train fantôme adulée depuis ces regards échangés avec mon Elvira au bar des mutants du lagon noir. Au milieu des nombreux albums de death archi entendus et revus, Trance of Death se démarque donc un petit peu, du bout de la crête de coq mutant, par ces breaks jolis jolis, tombant comme des perles de pluie sur la boue des gros couplets qui tachent ma robe de nécromancien s'emmerdant dans la salle d'attente du monde.

note       Publiée le samedi 6 mai 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Trance of Death".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trance of Death".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trance of Death".

Raudus › mardi 28 mai 2019 - 21:47  message privé !
avatar

Je le trouve pas répétitif cet album. Y'a une certaine maîtrise, en termes de technique (sans verser dans LE technique) et de composition, que ce soit dans les passages brutaux ou dans ces petites atmosphères en gratte claire. Le chanteur est bien terrible. Bon par contre, c'est aussi occulte qu'une virée nocturne en BMW sur une autoroute allemande. Mais comme disait l'autre: "Life's just a ride!" et dans le cas présent, ça passe plutôt crème, à l'occasion.

dimegoat › mardi 23 janvier 2018 - 10:36  message privé !

Ils passent bientôt à Bordeaux donc je jette une oreille. C'est assez méchant et ambiancé à la Dissection par moments. J'aime bien la voix, en particulier.