Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNonstop › Zyklon Bio

Nonstop › Zyklon Bio

cd 1 • 2 titres • 30:00 min

  • 1Zyklon Bio, pt. 115:26
  • 2Zyklon Bio, pt. 214:44

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

"Enregistré à la maison, la nuit du 23 avril 2021"

line up

Frédo Roman (voix, texte, composition), Renan Guilcher (arrangements)

remarques

1. On trouvera une recension des samples utilisés par Frédo sur le site Genius. 2. On ne s’étonnera pas que le « Zyklon Bio » ait (presque) réellement existé : jusqu’en 1988, en France, une compagnie très judicieusement nommée « Éden Vert » vendait du zyklon B comme pesticide pour protéger les céréales. 3. Une interview avec Nonstop, affiliée à cette chronique, est à lire ci-contre.

chronique

Réincarné en avalanche pour pleurer dans la mer, qui pouvait nous ramener Frédo sinon les vagues épidémiques ? Zyklon Bio, le troisième disque de Nonstop, composé à la faveur des temps morts ouverts par le confinement, sort après douze années d’absence. Cette absence était celle d’une fenêtre ouverte sur l’absurdité de l’époque, d’un éclair de génie dans un océan de bêtise. On ne le répétera jamais assez, Road movie et J’ai rien compris, tout confidentiels qu’ils soient, trônent parmi les chefs d’oeuvre du grincement poétique en langue française. Que vaut Nonstop en 2021 ? Faites le calcul vous-même ! 5G + PS5 + épisode 8147 de la saison 23 + 4°C de réchauffement climatique d’ici 2030. Zyklon Bio se matérialise une fois de plus sous le crayon de Stéphane Blanquet, avec un artwork ambiance black metal. C’est un Nonstop qui a perdu son multicolore et sa légèreté avec le temps. Un Nonstop noir, orageux, chargé à bloc de colère sociale et de dépit politique. Qui a 30 minutes de choses à dire, et qui ne reprend son souffle que pour laisser parler Raymond le gilet jaune et Christian l’ouvrier. Il faut saluer le travail fait sur les instrus, qui rendent ce morceau-fleuve très digeste et qui ne souffrent quasiment d’aucune faiblesse. De vieilles compos raclées par Frédo au fond de son disque dur, retravaillées par Renan Guilcher (autrefois guitariste live de Nonstop), bout-à-boutées pour composer une fresque puissante et évocatrice. Là-dessus, comme d’hab, Frédo romance, Frédo poétise, Frédo dramatise. Son interprétation vocale, enregistrée en un soir, est peut-être la meilleure qu’il ait jamais livrée. La plus spontanée, la plus touchante aussi, pénétrée maintenant de l’inquiétude du père qu’il est devenu. Les textes tapent toujours aussi juste et regorgent de trésors d’imagination. Un duel sergio-leonien entre Yann-Arthus Bertrand et Bolsonaro. Minecraft avec les dents pour seul outil. Séance de lecture du Comité invisible sur la plage. Des gens du voyage en voyage dans l’espace. Des coucous aux migrants depuis le ferry. C'était la Belle époque diront les gens de plus tard ! Zyklon Bio c’est une version collapso du Gorafi, mise en musique pour violons, percussions et voix. L’indignation réactive nuit quelquefois à l’inventivité (reprise littérale du slogan « quand tout sera privé… », tirade un peu téléphonée contre le binge watching), mais ce tournant plus revendicatif de Nonstop est globalement à l’image d’un temps où la connerie règne et l’insurrection couve. Même si on finit par zapper les samples documentaires, Zyklon Bio est insidieusement addictif et se bonifie au fil des écoutes — comme ses prédécesseurs. Frédo annonce que ce disque vient clôturer, après 12 ans de coma, ce qu’il considère aujourd’hui comme une trilogie. Fin d’une ère, début d’une autre ? « Réponse au prochain confinement ». En attendant, la diffusion de Nonstop est une affaire de santé publique !

note       Publiée le vendredi 3 décembre 2021

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Zyklon Bio".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Zyklon Bio".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Zyklon Bio".

saïmone › mardi 14 décembre 2021 - 14:21 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Comme les deux autres, il se révèle dans la longueur et la répétition, les vannes deviennent des punchlines, les slogans des aphorismes, le génial devient ridicule et vice-versa. Quel retour !

Note donnée au disque :       
Procrastin › dimanche 12 décembre 2021 - 01:27 Envoyez un message privé àProcrastin

L'album sonne comme derrière un filtre sonore d'anxiolytiques, pendant que ça crache des vérités inacceptables mais assimilées, avec en bonus la nostalgie d'un échec. Et pourtant bizarrement ça fait du bien de l'entendre ailleurs que dans ses propres ruminances, et verbalisé avec talent.

"On s'est inventé une nostalgie pour un passé qui n'a jamais existé, le temps ne s'est pas vraiment écoulé, on a juste vieilli. Un désert dans un sablier ou on apprend à tenir debout, à marcher sur les main, à peindre avec les pieds ; à gâcher du papier."

Message édité le 12-12-2021 à 05:06 par Procrastin

Raven › samedi 4 décembre 2021 - 00:45 Envoyez un message privé àRaven
avatar

Retour inespéré. Titre d'album pioché dans le topic imaginaire à la clé.