Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHypnopazūzu › Create Christ, Sailor Boy

Hypnopazūzu › Create Christ, Sailor Boy

cd • 10 titres

  • 1Your eyes in the skittle hills
  • 2Incidentally, Shaitan
  • 3Christmas with the chanellers
  • 4The crow at play
  • 5The sex of stars
  • 6Magog at the Maypole
  • 7Sweet Sodom singsongs
  • 8Pinocchio's handjob
  • 9The auras are escaping in the forest
  • 10Night shout, bird tongue

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

David Tibet (chant), Youth (basse, guitare, synthés, cloches, cordes, percussions)

Musiciens additionnels : Michael Rendall (batterie, piano, programmation)

remarques

chronique

Et si la nuit était le fruit du déluge, Sailor Boy ? Si la vie n’était qu’un gigantesque océan aux vagues noires dont on parcourrait l’immensité sans espoir d’apercevoir un jour le moindre rivage ? Et si nous trouvions ça grandiose et magnifique ? Parmi les dream teams de luxe, en voici un bel exemple: David Tibet et Youth alias Hypnopazūzu. Comment trouver les mots pour décrire l’indescriptible ? Comment trouver la règle pour mesurer l’univers ? ‘Create Christ, Sailor Boy’ est une navigation lente dans le cosmos, entre des étoiles troubles, ou sur une mer infinie, au choix; un prologue en trois morceaux tout en étendues de nappes d’orgue, d’accords synthétiques amples, de percussions étouffées comme autant de pouls aléatoires d’un monde sans lumière mais tellement prenant qu’il donne envie de s’en inventer une tant il est évident qu’elle doit exister. Dire que Tibet, prêcheur de l’après-apocalypse, est sublime est un doux euphémisme. L’homme nous transporte littéralement dans ses montées vocales (chantées quasiment, si si et magnifiquement) tantôt mélancoliques, tantôt menaçantes lorsqu’il renoue avec son timbre grinçant. Aucune agressivité. Pire. Une colère froide mêlée d’amertume et de revanche (‘Christmas with the channelers’) avec d’étranges interludes ethno-excentriques (‘The crow at play’, ‘Magog at the maypole’) et des flirts non moins bizarres avec le post punk atmosphérique (‘Sweet Sodom singsongs’) avant de replonger dans une transe prédicatrice sur les trois ultimes pièces, en plus sombre. Ceux qui se languissaient du Tibet des années industrielles en retrouveront l’intensité dans ce projet fantastique (une des meilleures perfos vocales du sieur) flanqué d’un Youth créatif comme jamais, démiurge d’un arsenal electro-éthnique parfaitement maîtrisé. Et quand la lumière s’abattra sur le monde, des tribus d’aveugles s’assiéront sur le sable à écouter les oiseaux venus du haut de la montagne, derniers ersatz d’un messie qu’il a fallu créer mais dont on n’est plus si certain de l'utilité. La ténèbre, c’est tout un univers avec ses propre lois, sa propre mystique...

note       Publiée le dimanche 26 septembre 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Create Christ, Sailor Boy".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Create Christ, Sailor Boy".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Create Christ, Sailor Boy".

taliesin › mardi 28 septembre 2021 - 07:45 Envoyez un message privé àtaliesin

Arf, il manque douloureusement à ma collection celui-là ! :-(