Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDomjord › Sporer

Domjord › Sporer

cd 1 • 5 titres • 43:06 min

  • 1Fornblod04:04
  • 2Sporer10:36
  • 3Avgrund07:36
  • 4Ande06:55
  • 5Natt13:45

enregistrement

Enregistrement aux Holy Poison Studios entre 2012 et 2019

line up

Daniel Rostén

remarques

chronique

Domjord est un tout nouveau projet de Daniel Rostén qui est surtout connu sous les surnoms Mortuus et Arioch dans ses différents groupes de black metal suédois, Marduk, Funeral Mist et Triumphator. Ici, il n'est point question de metal extrême, mais de musique électronique minimaliste, donc à des années lumières de ce pour quoi il est connu. Domjord est un projet solo où absolument tout a été réalisé par lui, de la composition à la création musicale, l'enregistrement, le concept et l'artwork ! Il a fallu attendre l'une de ses très rares interviews en ce début d'année pour annoncer la création de ce nouveau projet ainsi que la sortie du premier album, "Sporer", fruit d'un travail étalé sur huit années. Je ne suis personnellement pas du tout spécialiste de ce genre de musique et je me suis intéressé à ce disque par simple curiosité par rapport à tout ce que Daniel a pu sortir dans ses différents projets et j'étais tout simplement curieux de voir ce qu'il allait pouvoir créer dans ce style si antagoniste. Mon avis sur cet album correspond donc à celui d'un fan de l'artiste plutôt que d'un connaisseur du genre. "Sporer" est donc un album totalement électronique, terriblement synthétique, dans une veine minimaliste et répétitive, à des années lumières de la furie et de la complexité de ses autres projets. Il s'agit du genre de dark ambient qui instaure progressivement une atmosphère trippante qui se met en place sur la durée. Il n'y a pas ou peu d'à coups. Le disque est assez limpide, ce qui rend son écoute facile. Le principe est semblable sur tous les morceaux, cela commence par une loop avec une phrase musicale qui se répète et évolue calmement avec des petits ajouts d'éléments, de textures différentes, toujours synthétique, permettant un voyage sonore optimal. Comme je vous l'indiquais plus haut, je ne suis ni spécialiste ni fan du genre et ne possède que très peu de références. Je retrouve ici le même schéma que sur les premiers albums ambient de Burzum, avec une palette plus importante de sons ceci dit et une meilleure production mais sans le côté folklorique. L'ambiance générale est vraiment noire, opaque. Cependant, l'album manque de diversité. Les morceaux les plus longs tournent un peu trop sur le même thème et j'aimerais qu'il y ait plus de progression, qu'ils soient plus aventureux. Le début de l'album est bon, le morceau titre possède un bon côté rituel intéressant et prenant, mais par la suite, sur la longueur, cela stagne un peu trop. Je comprends bien le concept de créer une musique calme, qui prenne son temps pour que l'auditeur soit imprégné des différents sons, mais n'empêche, par moments, je trouve que ça tourne en rond. J'aurais aimé un voyage plus ambitieux. La base est quand même là, les ambiances sont très bien réalisées et il faut avouer que la nuit, dans le noir, apaisé, l'album prend toute sa dimension. En cela, l'album atteint son but. Je vois surtout "Sporer" comme une tentative de création d'une musique méditative et d'exploration d'un monde différent. Attendons de voir maintenant s'il ne s'agira que d'un one shot où s'il y aura une suite...

note       Publiée le samedi 23 mai 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sporer".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sporer".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sporer".

Twilight › dimanche 24 mai 2020 - 00:52  message privé !
avatar

Pffff, comme souvent avec des blackeux qui font du dark ambient, ça sonne très synthétique. Ce n'est pas toujours mal composé mais ces sons 100% synthétiques, ça empêche de plonger dans un vrai univers...Ca fonctionnerait mieux comme musique de film...

Note donnée au disque :