Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDiapsiquir › 180°

Diapsiquir › 180°

cd | 13 titres | 58:42 min

  • 1 Tabula rasa [02:58]
  • 2 Banlieusard [03:41]
  • 3 Après [04:32]
  • 4 180° [07:08]
  • 5 Credo [04:00]
  • 6 Vitriol & lithium [05:09]
  • 7 Poussières et postillons [04:02]
  • 8 Minute de silence [05:59]
  • 9 Le septième thème [00:20]
  • 10 Autodafé [06:19]
  • 11 Comédie verticale [04:30]
  • 12 Libidau79 [05:43]
  • 13 Dangeureuse onction [04:21]

enregistrement

Enregistré dans la Cave du 18

line up

Damien (chant, guitares, basse, batterie, synthés), Pascal (chant, basse, programmation, bruitages)

Musiciens additionnels : Grégory Protche (chant), Goldenbed (chant), Toma (chant), Job (batterie), Alex (piano), Martin (violon), La Petite Blonde (violoncelle), Trio classique Jean-Christophe M'Fouara (trompettes)

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
table rase urbaine

Diapsiquir est un groupe totalement à part dans la scène alternative et extrême. Son créateur, Damien, aka Toxik H. par le passé, s'est bien souvent trouvé dans des situations ambiguës vis-à-vis du public. Lors de ses quelques prestations scéniques avec Diapsiquir (et finalement aussi avec le recul, même du temps d'Arkhon Infaustus), il passait son temps à insulter ce public qu'il méprisait. Il se rendait compte de ce qu'il voulait créer, une musique foncièrement provocante, pour les initiés, inspirant le rejet des masses. Seulement voilà, le black metal, sphère dont il est issu, est devenu un style presque comme les autres, communs, perdant finalement son essence même, le rejet, le dégoût, la méfiance, la violence, la haine. Il fallait donc trouver autre chose, qui sortirait totalement de ces schémas qui ne faisaient plus peur, dont le but avait été perverti. Les précédents albums de Diapsiquir cherchaient toujours à aller plus loin, en bas vers Lui, mais toujours en gardant cette base "metal", qui parle au public "metal" avec ses thèmes, ses sonorités, bref, ces albums-là allaient plutôt plaire à ce public baigné aux sons du black metal même si le style de Diapsiquir mélangeait beaucoup de styles différents, souvent au sein même d'un même morceau. Sauf que maintenant, déjà Satan ne fait plus peur à personne, surtout celui véhiculé par des groupes sur scène devant un public de fête foraine venu là pour se faire peur, mais pour de faux... Donc que faire ? Comme indiqué dans l'intro de ce "180°" (titre ô combien opportun...), "Tabula rasa" (là aussi, titre très bien choisi....) "Diapsiquir est mort ! Vive Diapsiquir !". Déjà, le ton est donné, Diapsiquir a TOUT changé, modifié, refait. Faisons table rase du passé, oublions tout, inversons tout. Toxik H. et SXC n'existent plus, maintenant ils s'assument sous leur vrai prénom, Damien et Pascal. L'album ne suit absolument aucun schéma de cette sphère metal qu'il rejette depuis tant d'années. Ce disque est quasiment entièrement improvisé avec des sonorités très synthétiques sur du chant parlé, rappé, vocodé. Il ne reste plus aucun lien avec le passé. Tous les mécanismes de construction d'un morceau metal/rock ont été annihilés, tous les éléments sur lesquels on pouvait se rattacher ont été supprimés. Dès qu'un début de riff tourne sur quelques mesures, il est stoppé, à l'arrache, cassant totalement le début d'une hypothétique montée d'intensité. Toutes les pistes sont brouillées, on nage dans un maelström opaque. Niveau visuel, tous les clichés metal ont été inversés, pochette très lumineuse avec couleurs flashy et portraits détaillés avec filtres colorés. Bref, tout ici a été fait dans le but de sortir de cette sphère metal extrême qui ne fait plus peur, que tous les fans historiques du groupe venant de cette sphère-là n'adhèrent pas à ce virage du groupe. Et il faut bien avouer que le but est entièrement atteint. Pour moi qui vient directement de cette sphère et qui ait connu Diapsiquir avant même la sortie de leur premier album, absolument rien ne me parle ici. Il est même impressionnant d'avoir un tel résultat, une réussite totale, de A à Z. Un suicide complet mais totalement voulu et réussi... pour une renaissance... ...ailleurs... ...loin.........

note       Publiée le lundi 26 février 2018

partagez '180°' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "180°"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "180°".

ajoutez une note sur : "180°"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "180°".

ajoutez un commentaire sur : "180°"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "180°".

microbe666 › mardi 11 septembre 2018 - 14:27  message privé !

mixtape cave du 18 volume 2 https://soundcloud.com/diapsiquir/m... "Comment être sûr de ne jamais, fût-ce par erreur, s'élever au dessus de la sous-culture ?"

Potters field › mercredi 7 mars 2018 - 10:16  message privé !

Damien m'avait revendu un vieux darkthrone, rien que pour ça je peux pas dire du mal...

Aranbeer › mardi 6 mars 2018 - 17:27  message privé !

Un album suicide réussi. C'est fait pour rompre avec tout, cracher à la gueule d'un max de monde. Le plus désolant là dedans? Y'en a qui vont aimer

Note donnée au disque :       
cantusbestiae › mardi 6 mars 2018 - 15:07  message privé !

On arrive vraiment au bout de la blague avec cet album "improvisé", d'une fadeur rare. Je ne leur reconnais qu'une qualité, celle d'avoir réussi à faire presser ce délire de branleurs. Joli trolling.

The Gloth › mardi 27 février 2018 - 14:02  message privé !

Il y avait eu une chouette interview sur Vice quand l'album est sorti : https://noisey.vice.com/fr/article/535dd8/diapsiquir-arriver-sur-scene-et-se-tirer-une-balle-on-y-a-pense-mais-a-quoi-bon