Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFull of Hell › Trumpeting Ecstasy

Full of Hell › Trumpeting Ecstasy

cd | 11 titres

  • 1 Deluminate
  • 2 Branches Of Yew
  • 3 Bound Sphinx
  • 4 The Cosmic Vein
  • 5 Digital Prison
  • 6 Crawling Back To God
  • 7 Fractured Quartz
  • 8 Gnawed Flesh
  • 9 Ashen Mesh
  • 10 Trumpeting Ecstasy
  • 11 At The Cauldron's Bottom

line up

Samuel Di Gristine (basse), Spencer Hazard (guitare, bruit), David Bland (batterie), Dylan Walker (voix, bruit)

chronique

Je déteste le bruit. Celui qu'on m'impose, que ce soit du voisin ou du magasin. Et pourtant j'aime le bruit - celui je m'impose, sans trop savoir pourquoi. Full of Hell, depuis ses débuts, hésite entre les deux : le bruit pur, et le bruit sympa. La noise et le grindcore. Tantôt une plage, tantôt une autre, et puis Merzbow, et puis The Body, etc. Full of Hell n'est cependant jamais meilleur que quand il est totalement dévoué à la cause de la coolitude, avec son style fringos ringardos sur les bords, coupe de cheveux inadmissible et basket itou. Était-ce une velléité ? Car en l'absence des mecs qui en font profession de foi (Masami Akita), l'amour du bruit pur est rarement une réussite, surtout quand tout est confondu. C'est parfois difficile d'assumer son côté « metal », déjà en terme de neurones et de représentations, et ça soustrait à ce que le bruit peut avoir d'élitiste – ce qu'il n'est pas, au demeurant. Mais, enfin, en témoigne l'évolution du logo, s'assumer metal, c'est pratiquement la meilleure chose puisse arriver à un individu qui aime ça. C'est comme accepter d'être gay, quand ça y est ça soulage ! Et le résultat n'en est que meilleur. Et sa signature sur le label d'élite du milieu n'est point trompeur : déflagration il y a (c'est bien épais et bien gras), mais avec des mélodies qu'on oserait presque dire... pop (à 240 bpm, certes), sans oublier le dispensable léger braconnage du côté du black metal, qui permet cependant à l'album de se fredonner en son absence. Le grind cool a un nouvel ambassadeur et les pistes qui se ferment avec le dernier titre épique de l'album tend à nous rassurer : envoyer la sauce, ils n'ont jamais rien fait de mieux. Alors ouvrez grand !

note       Publiée le samedi 8 juillet 2017

partagez 'Trumpeting Ecstasy' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Trumpeting Ecstasy"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Trumpeting Ecstasy".

ajoutez une note sur : "Trumpeting Ecstasy"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trumpeting Ecstasy".

ajoutez un commentaire sur : "Trumpeting Ecstasy"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trumpeting Ecstasy".