Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIİskeletor › İskeletor

İskeletor › İskeletor

  • 2013 • Tektosag 1 Téléchargement Web

téléchargement • 4 titres • 9:59 min

  • 1Maru1:28
  • 2Bomba3:08
  • 3Gak+1:33
  • 4Aframax (Gantz Şeytan RMX)3:50

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Kerem Sevinçli

Musiciens additionnels : Gantz (remix 4)

remarques

https://iskeletor.bandcamp.com/album/skeletor-ep

chronique

Styles
electro
dub
Styles personnels
dubstep train-fantôme

hi hi hi… Coucou !!!! C’est le retour de Skeletor ! Le Skeletor d’Istanbul !! Le İskeletor ! C’est avec ses petits doigts osseux, planqué sous sa capuche qu’il fait les nouvelles soirées de Kadıköy. Pour danser, faudra revenir une autre fois. Comme la plupart de la drôle de faune abritée par le label Tektosag, İskeletor est une bestiole bizarre qui concocte des sons tout déformés, venus d’un univers un peu parallèle. Ou alors c’est qu’à partir de trois pintes, on se vautre dans les canapés de l’Arkaoda et on n'entend plus très clair, les sons se difforment, des voix hostiles de bobines de films se tordent et se retordent, des beats à base de cliquettements d’os et de coups de ciseaux battent la mesure des hallucinations du Seigneur de l’Ombre, des synthétiseurs ombrageux crachotent une sourde atmosphère crapoteuse. İskeletor remanie des petites ritournelles grotesques, des soundtracks de jeux de plate-forme horrifiques poussés jusqu'au délirium tremens, du dubstep by step sans bass-drop à moins de se pêter la gueule contre les marches piteusement, c’est le côté comique de l’affaire, de l’électronica spatio-flippée, du beatmaking de dialogues cinématographique tranchés comme un maitre sushi, avec accents de Gremlins, petits lutins du Malin indispensables auprès de la forme squelettique du producteur. D’autant plus diabolique quand l’acolyte Gantz, autre affreux jojo dubmaster stambouliote fout la main dans le cambouis pour un remix special Şeytan (« sheitan » en bon français post-colonial, c’est à dire « diable » !), ahanements et pulsations cardio-schyzophréniques, cascades d’échos métalliques de mauvaise augure, du dubstep qui aurait envie de gerber suite à intoxication. İskeletor, un coup tu ris, un coup t’as peur, un coup tu cries, un coup tu pleures. Bouh !!!! DUBBOUH !!!!!

note       Publiée le mercredi 29 mars 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "İskeletor".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "İskeletor".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "İskeletor".