Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDub Trio › Cool Out and Coexist

Dub Trio › Cool Out and Coexist

  • 2007 • Roir RUSCD8304 • 1 CD

cd • 14 titres • 47:28 min

  • 1Angle of Acceptance02:38
  • 2Who Wants to Die?03:08
  • 3Interlude #100:29
  • 4One Man Tag Crew02:58
  • 5Interlude #200:42
  • 6Untitled02:09
  • 7Casting Out the Nines04:54
  • 8Jack Bauer02:23
  • 9Drive By Dub04:34
  • 10Extract05:54 [Reprise de Seefeel]
  • 11Cool Out and Coexist06:40
  • 12Screaming at the Sea05:48
  • 13Illegal Dub03:28
  • 14Jog On02:44

enregistrement

Enregistré par Marc Goodman, sans overdubs, les 19 et 20 février 2007 à l'Union Pool, Brooklyn. Produit par Dub Trio. Mixé par Joel Hamilton au Studio G, Brooklyn. Masterisé par Michael Fossenkemper au Turtle Tone Studio.

line up

Stu "Bassie" Brooks (basse), DP Holmes (guitare), Joe Tomino (batterie).

remarques

chronique

Je crois que c’est sur un disque de Linton Kwesi Johnson qu’il y a un morceau intitulé « Paranoid Dub ». Je sais aussi qu’un autre groupe signé chez ROIR avait créé des albums avec du hardcore punk furieux, mélangé avec des pistes dub ou reggae. Mais alors des groupes de « dub metal », j’en n’ai pas entendu des masses, ça semble tellement éloigné sur le spectre général… sans parler des distances et influences culturelles des deux genres. Mais si on se gratte la tête deux minutes, quoi qu’on trouve ? Et bien on trouve la basse, le rythme. Cherchez bien, et lorgnez dans tous les bons morceaux de metal ce que j’appellerai la « tranche de lard » pour faire pas compliqué, vous voyez ? Ces grosses tranches si appétissantes, si grasses, si compactes qu’on se met à balancer la tête d’avant en arrière très vite tellement on aime en bouffer. Et quoi qu’on a dans le dub ? Une succession de grosses papattes bien grasses. Et quoi qu’on trouve aussi à l’intersection de ces deux cercles stylistiques ? Un des effets secondaires de cette drogue qui peut elle aussi être sombre et expérimentale : la parano, le dévoilement de la dark side de not’ moon, la violence de notre monde révélée hop ! avec un coup de baguette magique. Le dub, ou le metal sous des aspects qui peuvent paraitre simplistes nous dévoilent seulement la rudesse du monde, cette énergie primitive qui couve derrière les apparences, et pour choper cette vision, c’est vrai, pas besoin forcément de taper la weed à Chris Barnes, on va juste dire que celle-ci est l’ascenseur jusqu’au treizième étage, alors que le randonneur sobre, le contemplatif prendra les escaliers pour arriver à la même destination interne. Dub Trio donc joue du « dub metal » instrumental et là, le terme n’est absolument pas galvaudé, même du « dub rock » par moment très « post-rock », et construit ses morceaux en balançant la sauce avec des riffs mammouths et une rythmique mammoutha (la femme du mammouth), en parsemant ces grosses furies par des dubs très profonds, très bien gérés, s’intégrant par magie dans le paysage sonore violent, oppressant apporté par les grosses guitares, la grosse batterie, la grosse basse. Sur cet album où les pistes ont été enregistrées en concert on peut particulièrement bien apprécier le paysage car je pense que le groupe comme beaucoup de groupes de dub ou de metal sont bien plus susceptibles de vous en mettre plein la tronche avec un gros matos sonore dans une salle de concert bien équipée que chez vous sur votre pc minable, si cet objet est bien devenu la norme de l’appareil d’écoute… Puissant, contemplatif, assez désarmant, finalement ce groupe et leur musique est une très bonne surprise, après la bataille, comme quoi, faut creuser même si on a l'impression que tout le monde est mort sur la morne plaine car on trouve toujours quelques obus qui n'ont pas encore explosé.

note       Publiée le samedi 10 octobre 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cool Out and Coexist".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cool Out and Coexist".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cool Out and Coexist".

dimegoat › samedi 10 octobre 2015 - 21:11  message privé !

Oui, dub et metal même combat. En fait, toutes les musiques qui ont du gros "beat" (ah ah) peuvent se tenir la main et le reste (soit un bon paquet de styles bien différents et de tous âges). J'en discutais avec autrui l'autre jour qui me disait être plus captée par la mélodie que par le rythme, en général. Je répondis l'inverse. Voilà pourquoi j'écoute du dub, du metal et assez peu de chanson. En somme.

No background › samedi 10 octobre 2015 - 20:01  message privé !

Dub trio ! Ce groupe m'avait fait une grosse impression quand je les avais vus, ça devait être au festival Garorock 2008. Bonne baffe en concert, mais je n'ai pas eu l'idée de les écouter sur skeud ensuite (on oublie vite quand on a 2-3 grammes). Merci du rappel.