Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlut Aus Nord / P.H.O.B.O.S. › Triunity

Blut Aus Nord / P.H.O.B.O.S. › Triunity

cd | 6 titres | 41:00 min

  • 1 Blut Aus Nord - De Librio Arbitrio
  • 2 Blut Aus Nord - Hùbris
  • 3 Blut Aus Nord - Némeïnn
  • 4 P.H.O.B.O.S. - Glowing Phosphoros
  • 5 P.H.O.B.O.S. - Transfixed At Golgotha
  • 6 P.H.O.B.O.S. - Ahrimanic Impulse Victory

line up

Blut aus Nord : Vindsval (Vocals, Guitars), GhÖst (Bass), Gionata "Thorns" Potenti (Drums) ; P.H.O.B.O.S.: Frédéric Sacri (Tout)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
pas mal

Après son époustouflante trilogie à final étoilé, la Lady Gaga du black-metal — Blut Aus Nord — se devait de changer un peu sa garde-robe ; sans quoi, les auditeurs les moins abrutis menaçaient de lui faire le même coup que Ravaillac à Henri IV, lorsque ce dernier, dans un élan de bonté aveugle, prodigua à son peuple autant de poule au pot qu’il en fallut pour en manger chaque dimanche, et que, Ravaillac, gras et las et excessivement dégoûté de ce mets, décida de mettre un terme à la vie du bon Roi. Malheureusement pour elle, l’entêtée Lady Blut, ne sachant plus trop où donner de la tête entre inspiration et abondance, avait réaffirmé sa ligne démagogique en sortant son mini-album "Debemur MoRTi", sans voir que, dans la foule, des Ravaillac comme moi commençaient à s’énerver des redondances. Alors, nous voici à considérer cette nouvelle offrande, attendue avec perplexité et méfiance, d’autant qu’elle comportait une inconnue — qui se révélera une excellente découverte —, P.H.O.B.O.S. Mais quoi de mieux qu’un split album pour tenter, sans trop se mouiller maintenant que l’on fait partie des têtes couronnées pompe-à-fric du black, une innovation légère ? C’est là que la batterie, organique, cinglante, prégnante — ô combien attendue et fantasmée par les fans —, vient remplacer cette antiquité de boîte à rythme qui faisait l’identité de BaN depuis une quinzaine d’années. Mais ne serait-ce pas une façon furtive d'étaler une noisette de moutarde sur la poule au pot, sans pour autant rien masquer de ses saveurs écoeurantes ? Car, soyons honnêtes, il n’y a rien de franchement nouveau si l’on excepte le jeu de ce batteur qui, à défaut d’apporter sa personnalité, son originalité, sa folie rythmique (comme d’autres le font chez Abigor ou Deathspell Omega), est tout au plus acceptable et classique pour du black mid-tempo. Sinon, c’est la même rengaine depuis 777 : son lourd et mordant des guitares, alternances de passages dissonants et lumineux, leads mirifiques, synthés cosmiques, références pseudo-religieuses et -philosophiques, somptuosité fallacieuse de l’artwork, choeurs de curetons émoustillés en pleine messe, puis un "moshpart" bien sale sur "Hubris". Mais, il faut le reconnaître : le feu prend. Chez moi, en tout cas. Peut-être suis-je trop con et me laissé-je berner, mais ce son de batterie apporte un élément étranger qui, ma foi, renouvelle quelque peu la musique de BaN et émousse, après écoutes répétées, la lassitude qu’il y avait à découvrir encore la même musique — fait contradictoire j’en conviens ; mais peut-être est-ce parce qu’on l’intègre, on le discerne mieux, ce son sec et plein qui est seul porteur ici du nouveau. Quant à la partie de P.H.O.B.O.S., sur lequel on me pardonnera de passer moins de temps quoiqu’il ne démérite aucunement, elle est très bonne. Il faut se représenter un son moins ample que celui de BaN pour une atmosphère similaire ; une rythmique godfleshienne carrée et continuelle ; des guitares tellement noyées d'effets qu’elles en deviennent des fantômes, apparaissant ci et là pour hanter le paysage musical de façon parfois indiscernable ; des synthés cyberespace et dark ambiant ; et des grommellements de canard mécontent. La formule devient répétitive sur certains morceaux, si l'on prête trop attention, mais il faut se laisser porter au courant… Au final donc, un split réjouissant eu égard aux précédents sorties de BaN, et qui met en lumière l’intérêt que peut avoir cette formation peu connue, P.H.O.B.O.S.

note       Publiée le vendredi 25 juillet 2014

partagez 'Triunity' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Triunity"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Triunity".

ajoutez une note sur : "Triunity"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Triunity".

ajoutez un commentaire sur : "Triunity"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Triunity".

Klarinetthor › lundi 13 octobre 2014 - 21:39  message privé !

Plus inspirés les biloutes aus ch'nord (oui je la refais, car il y avait des absents) que généralament ces derniers temps, effectivement. Mais l'intéret du split réside dans PHOBOS. Déjà il faut en avoir pour passer après BAN avec un son approximatif. Mais par contre, ça ne rigole pas. L'influ godflesh, mais aussi funeral. Le Transfixed at Golgotha, ce n'est pas vraiment barbeque ensoleillé sur le Mont des Oliviers, au cas ou l'invite ne serait pas assez claire. J'ai pensé un rien à March, des débuts de Cathedral. BAN 4; PHOBOS 5, moyenne 4.

Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 25 juillet 2014 - 21:07  message privé !

Je trouve la partie BAN bien supérieure au précédent EP et j'aime bien l'apport du batteur qui va visiblement jouer sur "Memoria Vetusta III".

Note donnée au disque :